2016-07-08 (jpj/ca) C.A. Versailles • L’absence de notification des certificats médicaux : une irrégularité substantielle

• Pour citer le présent article : http://goo.gl/3hTbyq ou http://psychiatrie.crpa.asso.fr/578

Document du vendredi 8 juillet 2016
Article mis à jour le 18 août 2019
par  A.B.


Note introductive par le CRPA

PDF - 89.8 ko
2016-07-08 Ordonnance de la Cour d’appel de Versailles (SPI).

Trouvez en pièces jointes deux ordonnances de mainlevée de mesures de soins péril imminent, et de soins sur demande d’un tiers d’urgence. Ces ordonnances ont été prises le 8 juillet 2016 par la Cour d’appel de Versailles, sur arguments et conclusions de Me Nathalie de Seguin avocate au Barreau de Versailles.

PDF - 86.9 ko
2016-07-08 Ordonnance de la Cour d’appel de Versailles (SDTU).

Le motif de la mainlevée est l’absence de notification des certificats médicaux référencés dans les décisions du directeur de maintenir les mesures d’hospitalisation complète, alors que ces décisions du directeur se référaient à ces certificats médicaux sans en incorporer les principaux motifs, laissant ainsi les patients concernés dans l’ignorance des motifs médicaux de leur maintien en hospitalisation sous contrainte à temps complet.

Le précédent jurisprudentiel que Me N. de Seguin a obtenu de la Cour d’appel de Versailles le 19 avril 2016, sur cette même nullité, est publié sur notre site internet (cf. lien référence en tête de cet article).

Nous sommes ici devant une conséquence de cette révolution juridique de l’obligation de motivation des décisions des directeurs d’établissements psychiatriques dans les mesures de soins sur demande d’un tiers et en cas de péril imminent, introduite par un arrêt du Conseil d’État du 13 novembre 2013, qui avait rendu obligatoire que ces décisions soient écrites et motivées, précisément du fait du contrôle judiciaire de ces mesures instauré par la loi du 5 juillet 2011 modifiée.

La conséquence logique du fait que les décisions des directeurs d’admettre ou de maintenir des personnes en mesures de soins psychiatriques sans consentement doivent être écrites et motivées est, en effet, que les certificats médicaux, qui sont la référence de ces décisions, doivent être également notifiés aux personnes concernées par ces mesures, à moins que leur contenu ne soit incorporé dans les considérants des décisions des directeurs. Sauf une telle synthèse, portée à la connaissance des personnes hospitalisées sans leur consentement, la notification des certificats médicaux qui servent d’étai aux décisions des directeurs devient ainsi graduellement obligatoire. C’est ce qu’introduisent ces trois jurisprudences de la Cour d’appel de Versailles, du 19 avril 2016 et du 8 juillet 2016.

Nous attirons l’attention des avocats ici contactés sur l’utilité de soulever systématiquement un tel moyen lors de contrôles judiciaires par les juges des libertés et de la détention de mesures de soins sur demande d’un tiers ou en cas de péril imminent.


Mail de Me Nathalie de Seguin au CRPA

11 juillet 2016, 17h53.

OBJET : Mainlevées Cour d’appel de Versailles, 8 juillet 2016, SPI et SDTU

Cher Monsieur,

Vous trouverez ci-joint deux décisions de mainlevées rendues par la Cour d’Appel de Versailles le 8 juillet 2016.

Dans ces deux affaires, (péril imminent et HDTU), la Cour a relevé que les décisions de l’hôpital sont fondées par renvoi au certificat médical sans cependant que les constatations médicales aient été portées à la connaissance de la personne hospitalisée, et sans que les médecins aient posé un motif médical propre à justifier que cette notification ait été contre-indiquée par la santé de la personne, ce qui fait grief et justifie la mainlevée.

Cette jurisprudence de la Cour d’appel de Versailles confirme celle du 19 avril 2016 sur les mêmes motivations.

Votre bien dévouée.

Nathalie de Seguin. Avocate au Barreau de Versailles.



Publications

Derniers articles publiés

Agenda

<<

2020

 

<<

Mai

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
27282930123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Sur le Web

15 mai - Mission d'information sur le Défenseur des droits : nos observations

14 mai - 1e annonce : 35e congrès du SMG, sur le thème "La psychiatrie d'après" du 11 au 13 septembre 2020 à Paris

13 mai - Communiqué FO CHS Le Vinatier : « Phase 3 de la crise covid »… pour aller plus loin dans la destruction de l'hôpital ?

12 mai - 500 personnalités et professionnels de l'enfance demandent l'abandon du code de justice pénale des mineurs

12 mai - Mariotti : démission !

11 mai - Loi prorogeant l'état d'urgence sanitaire : notre « porte-étroite » devant le Conseil constitutionnel

5 mai - Poursuivre l’effort de déflation carcérale pour mettre fin à la surpopulation en prison

2 mai - Observations sur le pré-projet de loi prorogeant l'état d'urgence sanitaire

1er mai - Le jour d'après : appel du 1er mai

30 avril - Publication de rapports de visite

30 avril - Numerus clausus, oui c'est possible, et c'est le moment

30 avril - L'USP soutient l'appel du Printemps de la Psychiatrie dans son Opération « Déconnexion », Halte au codage du soin !

30 avril - Justice et déconfinement : les réponses à notre questionnaire

30 avril - Quand on veut, on peut ! Une autre justice des enfants

30 avril - Le 1er mai et ensuite ? Ensemble pour défendre la santé, l'hôpital public, les établissements du médicosocial et du social

28 avril - La justice doit redevenir notre bien commun

21 avril - Note sur l'organisation judiciaire à partir du 11 mai

20 avril - Saisine du ministre de l’intérieur sur la situation sanitaire dans les centres de rétention administrative

20 avril - Nos communications et écrits liés au Covid-19

19 avril - Prescriptions de la chancellerie : c'est grave docteur !

17 avril - COVID-19 : le CGLPL s’est rendu dans les centres de rétention administrative de Paris-Vincennes et du Mesnil-Amelot

17 avril - Audition par la commission des Lois de l’Assemblée nationale sur la situation des prisons dans le contexte de l’épidémie de Coronavirus

15 avril - Unité nationale

9 avril - La crise sanitaire ne justifie pas d'imposer les technologies de surveillance

8 avril - Prolongation automatique des détentions provisoires : après le scandale et le fatras, la désinvolture !