2013-10-04 (jpa/ce) À la suite d’une question prioritaire de constitutionnalité, le Conseil d’État annule un placement volontaire datant de 1967, pris sous l’empire de la vieille loi du 30 juin 1838

• Pour citer le présent article : http://goo.gl/cPDiFN ou http://psychiatrie.crpa.asso.fr/392

Document du vendredi 4 octobre 2013
Article mis à jour le 9 mai 2018
par  A.B., H.F.

Sur le site du CRPA : 2011-12-02 (jpc/cconst/qpc) Conseil constitutionnel 2011-202 QPC : le placement volontaire de la loi du 30 juin 1838, sur l’enfermement des aliénés, déclaré inconstitutionnel dans le cadre d’un contentieux sur un internement arbitraire

Sur le site du Conseil constitutionnel : http://www.conseil-constitutionnel….

2015-06-25 (cn/cin) Le TGI de Limoges accorde 12 000 € d’indemnisation à une requérante pour un placement volontaire en date de 1967

Auteurs : A.B. - H.F.


Source sur le site Legifrance) : http://www.legifrance.gouv.fr/affic…

PDF - 369.8 ko
2013-10-04 Arrêt d’annulation du Conseil d’État

Le placement volontaire (entendre en fait à la demande d’un tiers) ici annulé remonte à 1967. La requérante, adhérente au CRPA, avait seulement 17 ans. Au détour de son adolescence elle avait décompensé des crises d’épilepsie. Mais malheureusement pour elle, cette pathologie d’ordre neurologique était, à l’époque, traitée en psychiatrie. La neurologie n’a été séparée de la psychiatrie qu’en décembre 1968, à l’issue des événements de mai 1968. Mme Lucienne X a donc été internée en placement volontaire (sur demande de sa mère), sur certificat médical, selon la loi du 30 juin 1838 alors en vigueur.

Ce n’est qu’en 2006 que Mme Lucienne X nous a contactés. Nous lui avons fait constituer ses dossiers. Il n’y avait pas eu de notification des mesures faisant courir le délai de recours contentieux de deux mois des juridictions administratives. D’ailleurs la loi du 17 juillet 1978, en son article 8, qui a légiféré sur ce délai, n’existait pas. Il était donc possible de saisir le tribunal administratif de Limoges d’une demande d’annulation de cet internement, comme du placement « libre », que Mme X a subi l’année suivante en 1968, alors qu’elle était encore mineure. A l’époque la majorité était acquise à l’âge de 21 ans, puisque la réforme qui a fait passer la majorité à 18 ans, a été prise en 1974 par le président Valéry Giscard d’Estaing nouvellement élu.

Il est à noter que cette affaire a prêté lieu à une décision de censure partielle du Conseil constitutionnel statuant sur QPC, du 2 décembre 2011, sur les arguments de Me Raphaël Mayet, fournis à l’avocat au Conseil d’État (Me Caston), qui a instrumenté dans cette affaire. Le Haut conseil a repris, dans ce contentieux, sa jurisprudence du 26 novembre 2010 à propos de la loi du 27 juin 1990, en l’appliquant à la loi du 30 juin 1838, même si celle-ci n’est plus en vigueur, puisqu’elle était ici opposée à la requérante et que celle-ci n’était ni forclose ni irrecevable dans sa requête et dans ses demandes.

C’est du fait de cette censure partielle du Conseil constitutionnel, laissant la porte ouverte à ce qu’une annulation puisse intervenir dans des contentieux en cours, que le Conseil d’État a pris cette décision d’annulation du 4 octobre 2013, laquelle ouvre ainsi à la requérante un droit à indemnisation. Cela même si les faits sont vieux de plus de 40 ans. Le délai de prescription ne court en effet qu’à dater du jugement d’annulation qui constate la créance selon un arrêt de la Cour de cassation du 31 mars 2010, publié au Bulletin, dans une affaire qui avait été également conduite par Me Raphaël Mayet.



Publications

Derniers articles publiés

Agenda

<<

2019

 

<<

Mai

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
293012345
6789101112
13141516171819
20212223242526
272829303112
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Sur le Web

27 mai - Rencontre débat publique avec Jean-Pierre Martin, psychiatre, autour de son livre Emancipation de la psychiatrie, mardi 4 juin 2019

23 mai - Lettres des magistrats turcs

23 mai - Pas d'hôpital sans médecin

22 mai - Mobilisation syndicale devant les juges contre le plafonnement des indemnités pour licenciement injustifié

22 mai - Réforme de l'ordonnance de 45 : la plateforme commune des professionnels de la justice des enfants et des adolescents

22 mai - Réforme de la justice des mineurs : les professionnels de la justice des enfants et des adolescents formulent des propositions communes

17 mai - Première victoire relative au fichier biométrique des mineurs non accompagnés !

16 mai - COMMUNIQUE DE PRESSE UNITAIRE Proposition de loi pour l’aide sociale à l’enfance : Un pas en avant… deux pas en arrière… et au final c’est le droit des jeunes qui recule !

16 mai - Réaction ! Le Conseil d’Etat accepte de renvoyer au Conseil Constitutionnel la question de la conformité à la Constitution du fichage des mineur.es isolé.es étranger.es

15 mai - Proposition de loi Bourguignon pour l'aide sociale à l'enfance : un pas en avant...deux pas en arrière...

15 mai - Réforme de la procédure d’appel : les avocats méritent mieux qu’un râteau !

14 mai - L'USP et les élections professionnelles

13 mai - Communiqué commun contre le projet de loi de destruction de la fonction publique

13 mai - 1er mai : Régressions générales, mobilisation générale !

13 mai - Observations auprès de l'IGJ sur le bilan de la procédure d'appel

13 mai - Observations sur les conditions de lutte contre la délinquance économique et financière

13 mai - Nos observations sur le traitement de la criminalité organisée par les JIRS

13 mai - Commission d'avancement : nos revendications, nos actions et notre profession de foi

13 mai - Contributions sur la réforme de la Cour de cassation

13 mai - Communiqué commun : demande d'abrogation du décret autorisant l'échange d'informations entre le fichier Hopsyweb et le fichier des signalements pour la prévention et la radicalisation à caractère terroriste (FSPRT)

10 mai - Se soigner, être fiché, être fliqué

9 mai - Rapport d’activité 2018

6 mai - Prochain CN : le 23 juin 2019

6 mai - Appel à la grève le 9 mai 2019

2 mai - Quand manifester n’est plus un droit mais un risque