2016-06-22 (jpj/cass) La Cour de cassation précise sa jurisprudence sur la computation des délais lors d’un appel d’un contrôle par le JLD d’une hospitalisation sans consentement

• Pour citer le présent article : http://goo.gl/Kik8gU ou http://psychiatrie.crpa.asso.fr/574

Document du mercredi 22 juin 2016
Article mis à jour le 1er décembre 2016
par  A.B., Y.F.

Sur notre site internet : 2014-10-30 (jpj/tgi/jd) Le JLD de Versailles donne mainlevée d’une mesure de SDTU : l’hôpital l’ayant saisi avec une journée de retard, la mainlevée était acquise

2013-03-04 (jpj/ca/cn/cm) Le premier président de la Cour d’appel de Paris ordonne la mainlevée d’une mesure de programme de soins sous SDRE, au motif que le JLD d’Evry, saisi en première instance, n’avait pas statué dans le délai de 12 jours à dater de l’arrivée de la requête à son greffe


Note introductive - CRPA

Source (site Legifrance) : https://www.legifrance.gouv.fr/affi…

PDF - 39.8 ko
2016-06-22 Arrêt de la Cour de cassation relatif aux délais de procédure.

En pièce jointe un important arrêt de la Cour de cassation rendu le 22 juin 2016, publié au Bulletin de la Cour.

Selon cet arrêt, en cause d’appel d’une ordonnance d’un juge des libertés et de la détention en matière de mesures de soins psychiatriques sans consentement, l’article R 3211-25 du code de la santé publique ne s’applique pas. L’article R 3211-25, issu du décret du 15 août 2014, stipule que le jour de la décision compte dans le calcul du délai, de même que si ce délai tombe un weekend ou un férié.

Pour la Cour de cassation, en cause d’appel, le régime usuel de la computation des délais de procédure tel qu’énoncé dans les articles 641, 1er alinéa, et 642, 2e alinéa, du code de procédure civile, est applicable. Les jours de départ ainsi que de clôture du délai, si cette clôture intervient un weekend ou un férié, ne comptent pas dans le calcul des délais de procédure.

Notons qu’il n’en reste pas moins que les clauses de l’article R 3211-25 du code de la santé publique sont pleinement applicables en première instance dans le cadre des contrôle des mesures de soins psychiatriques sous contrainte par les juges des libertés et de la détention.



Documents joints

2016-06-22 Arrêt de la Cour de cassation (...)
2016-06-22 Arrêt de la Cour de cassation (...)

Publications

Derniers articles publiés

Navigation

Agenda

<<

2017

 

<<

Février

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
303112345
6789101112
13141516171819
20212223242526
272812345
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Sur le Web

23 février - 25éme rencontre des Psy causent

22 février - Festival Divers d’hiver divergents

20 février - Bref compte rendu de l'audition concernant le bilan de la loi 2013 sur les soins psychiatriques sans consentement

20 février - Les soins sans consentement en psychiatrie : bilan après quatre années de mise en œuvre de la loi du 5 juillet 2011

19 février - APPEL DES PSYCHIATRES ET MEDECINS DU CH LE VINATIER BRON

17 février - Exigence 1 : Pour une justice indépendante

17 février - Dix exigences pour la justice en 2017

17 février - Majorité pénale à seize ans. Non, être un enfant n'est pas une excuse mineure !

17 février - Prochains conseils nationaux : dimanche 9 avril, 21 mai et 25 juin 2017

17 février - Réunion publique le 24 mars 2017 à Poitiers - MIGRANTS : SOLIDARITE ! Hospitalité pour les migrants

16 février - Ordonnance n° 2017-192 du 16 février 2017 relative à l'adaptation des dispositions législatives relatives aux ordres des professions de santé | Legifrance

16 février - Rapport au Président de la République relatif à l'ordonnance n° 2017-192 du 16 février 2017 relative à l'adaptation des dispositions législatives relatives aux ordres des professions de santé | Legifrance

15 février - Article de Libération du 15 février 2017 : Les chiffres affolants des soins psy sans consentement

14 février - Appel à la Grève Nationale du 7 mars 2017 pour la Défense du Service Public de Santé, du Secteur Médico-Social et contre les Politiques d'Austérité

14 février - Prescription pénale : les bonnes intentions ne font pas une bonne législation