2014-08-15 (tjn) Décret n°2014-897 modifiant la procédure judiciaire de mainlevée et de contrôle des mesures de soins psychiatriques sans consentement

• Pour citer le présent article : http://goo.gl/eOXMEI ou http://psychiatrie.crpa.asso.fr/441

Document du vendredi 15 août 2014
Article mis à jour le 22 décembre 2018

Cf. notre dossier sur la loi du 27 septembre 2013 : 2013-09-27 (tjn) Loi n° 2013-869 du 27 septembre 2013, modifiant certaines dispositions de la loi du 5 juillet 2011 relative aux droits et à la protection des personnes faisant l’objet de soins psychiatriques

Sur Mediapart, les Contes de la folie ordinaire : http://goo.gl/JflMVv

Sur la circulaire du 18 août 2014 explicitant ce décret, cliquer sur ce lien.

Auteurs : A.B. - H.F.


PDF - 65.2 ko
2014-08-15 Décret modifiant la procédure judiciaire de contrôle des mesures d’HSC

Ci-joint un décret n°2014-897 du 15 août 2014, pris en application de la réforme partielle du 27 septembre 2013, de la loi du 5 juillet 2011, qui modifie la procédure judiciaire de mainlevée et de contrôle des mesures de soins psychiatriques sans consentement.

Au 1er septembre prochain, la date butoir du contrôle obligatoire des mesures de soins sans consentement à temps complet, passe de 15 jours à 12 jours. Les audiences auront donc lieu le 9e, 10e ou 11e jour au plus tard des hospitalisations sous contrainte à temps complet. L’assistance d’un avocat sera obligatoire. Elle reste facultative dans les saisines volontaires des juges des libertés et de la détention.

Le domaine du contentieux des mesures d’hospitalisations et de soins psychiatriques non consenties devient donc un terrain quasi complètement professionnel, avec un large monopole de représentation des personnes par les avocats. Il en va donc de la compétence des avocats commis ou choisis, quant à une défense digne de ce nom des personnes hospitalisées sous contrainte. Il en va aussi de la formation et de l’information, comme de la bonne ou de la mauvaise volonté des magistrats qui opèrent ces contrôles, alors qu’à la base, les corporations représentatives des magistrats, rejetaient majoritairement la judiciarisation des hospitalisations psychiatriques sans consentement. Il y a encore un peu plus de trois ans de cela, seul le Syndicat de la magistrature s’était positionné en faveur d’une judiciarisation des hospitalisations sans consentement.

Vous observerez que l’article R. 3211-12 de ce décret, dans son dernier alinéa, stipule que : « … le juge peut solliciter la communication de tous autres éléments utiles », du dossier de la mesure de contrainte. Ce qui veut dire que le juge peut requérir l’entière production du dossier médical de la personne dont la mesure est contrôlée, à charge pour le juge d’obtenir l’accord du concerné pour cette production. Etant entendu que l’avocat commis d’office ou choisi peut, s’il l’estime utile, demander au juge de requérir la production de l’entier dossier.

Ce point est une régularisation de ce que nous avons obtenu dans l’article 6. — de l’arrêt du Conseil d’État n°352667, du 13 novembre 2013, dans le cadre d’un contentieux du CRPA en demande d’annulation du décret n°2011-846 du 18 juillet 2011 relatif à la procédure judiciaire de contrôle des mesures de soins psychiatriques sans consentement. Je cite cet article 6. — de cet arrêt : « … le décret attaqué, qui n’aurait d’ailleurs pas légalement pu prévoir la communication systématique du dossier médical de la personne hospitalisée, ne s’oppose pas à ce que, le cas échéant, le patient en sollicite la transmission ou que le juge en requière lui-même la production par le requérant, ou encore qu’il ordonne, en raison du refus du requérant de produire son dossier ou pour tout autre motif, les expertises qui lui paraîtraient utiles … ».



Publications

Derniers articles publiés

Agenda

<<

2019

 

<<

Mars

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
25262728123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Sur le Web

22 mars - Une parodie de justice – 18 avocats turcs condamnés à de longues peines de prison, 159 ans, 1 mois, 30 jours au total

22 mars - Contre l'usage du LBD : une QPC déposée devant le Conseil d'Etat par plusieurs organisations

22 mars - Les examens osseux déclarés conformes à la Constitution : nos organisations continueront d'exiger leur interdiction

22 mars - Décision du Conseil constitutionnel sur la réforme de la justice : des victoires sur les libertés fondamentales, au goût amer

21 mars - Contre l’usage du LBD : la CGT, la LDH, le SM, le SAF, l’UNEF, l’UNL, continuent le combat !

20 mars - Liberté pour notre consœur iranienne Nasrin Sotoudeh

20 mars - Notre porte étroite adressée au Conseil constitutionnel sur la loi « visant à renforcer et garantir le maintien de l'ordre public lors des manifestations »

14 mars - Loi dite « anti-casseurs » : le Conseil constitutionnel doit saisir la balle au bond

12 mars - Levons-nous, ils sont devenus fous !

12 mars - Préavis de grève pour le 21 mars 2019

7 mars - Barème « Macron » des indemnités pour licenciement injustifié : Panique à la chancellerie ?

7 mars - Une proposition de loi contre la liberté de manifester

7 mars - Une proposition de loi contre la liberté de manifester

6 mars - L'amende forfaitaire pour usage de drogues doit être censurée par le Conseil constitutionnel

1er mars - Notre porte étroite adressée au Conseil constitutionnel sur les lois organique et ordinaire de réforme de la justice

28 février - NON au fichage des mineur.e.s non accompagné.e.s !

28 février - Non au fichage des mineurs non accompagnés et à une réforme de l'ordonnance de 45 sans débat démocratique !

27 février - Permanence « Gilets jaunes » lettre ouverte du SAF au Procureur de la République du TGI de Paris

27 février - Non, maintenir enfermés des innocents n'est pas « classique »

27 février - REFORME DE LA JUSTICE : SONNES MAIS PAS KO LE COMBAT CONTINUE POUR UNE JUSTICE DE QUALITE, ACCESSIBLE, EGALE POUR TOUS ET PROTECTRICE DES LIBERTES ET DES MINEURS

27 février - Parlons d'Europe ! Cycle de conférences organisé par MEDEL

26 février - Lettre ouverte du SAF, ELENA et l’ADDE à la Présidente de la CNDA

26 février - Appel à mobilisation nationale le 21 mars 2019 à Paris

26 février - Manifeste pour l'appropriation sociale du médicament à signer en ligne

25 février - Le procureur de la République de Paris : le maillon faible des garants de la liberté individuelle ?