2016-02-10 (rtv) Le Dr Philippe Champagne de Labriolle, psychiatre des hôpitaux, de nouveau harcelé par sa hiérarchie

• Pour citer le présent article : http://goo.gl/CCRFij ou http://psychiatrie.crpa.asso.fr/540

Document du mercredi 10 février 2016
Article mis à jour le 10 mai 2018
par  A.B., H.F.

Un article de l’Express de décembre 2005 sur la première période de cette affaire : http://www.lexpress.fr/actualite/so…

Un communiqué du 15 décembre 2005 du Groupe information asiles sur cette affaire, première période : https://psychiatrie.crpa.asso.fr/ar…

2013-05-25 (art/tem) Le droit et les soins ne sont pas incompatibles • Intervention du docteur Philippe de Labriolle au séminaire du Collectif alternatif en psychiatrie (CAP)

2010-11-29 (art) Méditations iconoclastes sur la décision du Conseil constitutionnel du 26 nov. 2010, sur l’H.D.T. • Par le docteur Philippe de Labriolle, psychiatre

Pour retrouver cet article sur l’édition participative Les Contes de la folie ordinaire de Mediapart : https://goo.gl/DXSXgB


Note introductive du CRPA

Le lien ci-après (https://youtu.be/goU4wD1Skko) pointe sur un reportage de France 3 Orléans-Centre du 10 février 2016, dans lequel le Dr Philippe Champagne de Labriolle résume quelques unes des persécutions qu’il a dû affronter durant son exercice de psychiatre au centre hospitalier Georges Daumezon de Fleury-les-Aubrais (Loiret). La dernière d’entre elles étant une convocation en vue d’un examen par un comité médical paritaire composé de médecins désigné par l’administration préfectorale.

Le Docteur Philippe de Labriolle est praticien des hôpitaux depuis la fin des années 70 et est affecté depuis 2000 au centre hospitalier départemental de Fleury-les-Aubrais. Pour appliquer les textes de loi régissant l’hospitalisation sous contrainte, et singulièrement ceux ayant trait aux droits des patients admis en hospitalisations sans consentement, ce psychiatre doit faire front depuis plus de 15 ans, contre la direction de son hôpital, qui multiplie les harcèlements à son encontre.

Après avoir été placé en congé d’office longue durée en 2002, ce dont il a obtenu l’annulation par la juridiction administrative et l’invalidation par un nouveau collège d’experts, et après avoir été réintégré dans ses fonctions en 2011, ce courageux psychiatre se voit de nouveau convoqué pour expertise par un comité médical paritaire aux fins d’évaluer son aptitude à l’exercice de ses fonctions de psychiatre des hôpitaux.

C’est dire à quel point lorsqu’on travaille dans un établissement psychiatrique moyen on a fortement intérêt à laisser les droits des patients à l’état de clauses de style sur quelques feuilles de papier, qu’on se doit de ne surtout pas rendre opérationnelles puisque sinon votre hiérarchie peut vous tomber dessus et vous exclure de gré ou de force de votre exercice médical.

Dans cette affaire, on observera que le Dr Philippe Champagne de Labriolle n’a pas pu bénéficier d’un soutien quelconque d’un syndicat de psychiatres, et que le soutien est venu du Conseil départemental de l’ordre des médecins du Loiret tout d’abord, ainsi que de nos associations, le Groupe information asiles tout d’abord dans les années 2000, puis le CRPA.



Publications

Derniers articles publiés

Agenda

<<

2019

 

<<

Mai

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
293012345
6789101112
13141516171819
20212223242526
272829303112
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Sur le Web

23 mai - Lettres des magistrats turcs

23 mai - Pas d'hôpital sans médecin

22 mai - Mobilisation syndicale devant les juges contre le plafonnement des indemnités pour licenciement injustifié

22 mai - Réforme de l'ordonnance de 45 : la plateforme commune des professionnels de la justice des enfants et des adolescents

22 mai - Réforme de la justice des mineurs : les professionnels de la justice des enfants et des adolescents formulent des propositions communes

17 mai - Première victoire relative au fichier biométrique des mineurs non accompagnés !

16 mai - COMMUNIQUE DE PRESSE UNITAIRE Proposition de loi pour l’aide sociale à l’enfance : Un pas en avant… deux pas en arrière… et au final c’est le droit des jeunes qui recule !

16 mai - Réaction ! Le Conseil d’Etat accepte de renvoyer au Conseil Constitutionnel la question de la conformité à la Constitution du fichage des mineur.es isolé.es étranger.es

15 mai - Proposition de loi Bourguignon pour l'aide sociale à l'enfance : un pas en avant...deux pas en arrière...

15 mai - Réforme de la procédure d’appel : les avocats méritent mieux qu’un râteau !

14 mai - L'USP et les élections professionnelles

13 mai - Communiqué commun contre le projet de loi de destruction de la fonction publique

13 mai - 1er mai : Régressions générales, mobilisation générale !

13 mai - Observations auprès de l'IGJ sur le bilan de la procédure d'appel

13 mai - Observations sur les conditions de lutte contre la délinquance économique et financière

13 mai - Nos observations sur le traitement de la criminalité organisée par les JIRS

13 mai - Commission d'avancement : nos revendications, nos actions et notre profession de foi

13 mai - Contributions sur la réforme de la Cour de cassation

13 mai - Communiqué commun : demande d'abrogation du décret autorisant l'échange d'informations entre le fichier Hopsyweb et le fichier des signalements pour la prévention et la radicalisation à caractère terroriste (FSPRT)

10 mai - Se soigner, être fiché, être fliqué

9 mai - Rapport d’activité 2018

6 mai - Prochain CN : le 23 juin 2019

6 mai - Appel à la grève le 9 mai 2019

2 mai - Quand manifester n’est plus un droit mais un risque

2 mai - Pour le 1er mai le SAF célèbre les travailleuses et les travailleurs à sa façon : Plafonnement des indemnités en cas de licenciement injustifié, on ne lâche rien !