2016-02-10 (rtv) Le Dr Philippe Champagne de Labriolle, psychiatre des hôpitaux, de nouveau harcelé par sa hiérarchie

• Pour citer le présent article : http://goo.gl/CCRFij ou http://psychiatrie.crpa.asso.fr/540

Document du mercredi 10 février 2016
Article mis à jour le 20 mars 2016
par  A.B., H.F.

  • Pour retrouver cet article sur l’édition participative Les Contes de la folie ordinaire de Mediapart : https://goo.gl/DXSXgB

Note introductive du CRPA

Le lien ci-après (https://youtu.be/goU4wD1Skko) pointe sur un reportage de France 3 Orléans-Centre du 10 février 2016, dans lequel le Dr Philippe Champagne de Labriolle résume quelques unes des persécutions qu’il a dû affronter durant son exercice de psychiatre au centre hospitalier Georges Daumezon de Fleury-les-Aubrais (Loiret). La dernière d’entre elles étant une convocation en vue d’un examen par un comité médical paritaire composé de médecins désigné par l’administration préfectorale.

Le Docteur Philippe de Labriolle est praticien des hôpitaux depuis la fin des années 70 et est affecté depuis 2000 au centre hospitalier départemental de Fleury-les-Aubrais. Pour appliquer les textes de loi régissant l’hospitalisation sous contrainte, et singulièrement ceux ayant trait aux droits des patients admis en hospitalisations sans consentement, ce psychiatre doit faire front depuis plus de 15 ans, contre la direction de son hôpital, qui multiplie les harcèlements à son encontre.

Après avoir été placé en congé d’office longue durée en 2002, ce dont il a obtenu l’annulation par la juridiction administrative et l’invalidation par un nouveau collège d’experts, et après avoir été réintégré dans ses fonctions en 2011, ce courageux psychiatre se voit de nouveau convoqué pour expertise par un comité médical paritaire aux fins d’évaluer son aptitude à l’exercice de ses fonctions de psychiatre des hôpitaux.

C’est dire à quel point lorsqu’on travaille dans un établissement psychiatrique moyen on a fortement intérêt à laisser les droits des patients à l’état de clauses de style sur quelques feuilles de papier, qu’on se doit de ne surtout pas rendre opérationnelles puisque sinon votre hiérarchie peut vous tomber dessus et vous exclure de gré ou de force de votre exercice médical.

Dans cette affaire, on observera que le Dr Philippe Champagne de Labriolle n’a pas pu bénéficier d’un soutien quelconque d’un syndicat de psychiatres, et que le soutien est venu du Conseil départemental de l’ordre des médecins du Loiret tout d’abord, ainsi que de nos associations, le Groupe information asiles tout d’abord dans les années 2000, puis le CRPA.



Publications

Derniers articles publiés

Agenda

<<

2017

 

<<

Mai

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
2930311234
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois