2012-02-28 et 2011-11-29 (jpa/ta/can) T.A. de Paris • Annulation de décisions d’admission et de maintien sous contrainte pour défaut de délégation de signature valide du directeur

• Pour citer le présent article : http://goo.gl/nWyTB ou http://psychiatrie.crpa.asso.fr/218

Document du mardi 28 février 2012
Article mis à jour le 29 novembre 2019
par  CRPA

Le tribunal administratif de Paris annule dans deux cas distincts d’une part l’admission en HDT, d’autre part les décisions de maintien en H.D.T. au motif que la directrice adjointe signataire de ces décisions — Mme Carole Mache, chargée des relations avec les usagers — n’avait pas délégation de signature du directeur de l’hôpital.

Voir également sur un sujet connexe : 2011-11-17 (jpa/caa/can) (internement abusif) La Cour administative d’appel de Marseille annule une H.D.T. au motif que la demande (manuscrite) du tiers n’était pas au dossier au moment de l’admission de la requérante dans l’établissement.

2016-10-21 (jpj/ca) C.A. Limoges • Mainlevée d’une SDT pour défaut de publicité de la délégation de signature du directeur


Annulation d’une admission en HDT

PDF - 131.5 ko
2011-11-29 Tribunal administratif de Paris, Annulation d’une HDT
Défaut de délégation de signature valide par le directeur de l’établissement

Le 23 juin 2010, une personne a été admise en H.D.T. à l’Hôpital Sainte-Anne. Par jugement du 29 novembre 2011, le Tribunal Administratif de paris a annulé cette H.D.T. car la directrice adjointe chargée des admissions, Mme Carole Mache, qui avait signé la décision d’admission de cette patiente, n’avait pas délégation de signature du directeur de l’hôpital alors qu’il était légalement le seul à pouvoir prendre une telle décision.

Cette annulation, devenue définitive, rend illégale l’ensemble des admissions et des maintiens en H.D.T. du CH Sainte-Anne, pour toutes ces dernières années…


Annulation des arrêtés de maintien en HDT

PDF - 215.3 ko
2012-02-28 Tribunal administratif de Paris, Annulation d’une HDT
Défaut de délégation de signature par le directeur de l’établissement

Une adhérente au CRPA a fait l’objet d’une H.D.T. à l’hôpital Sainte-Anne, le 9 décembre 2010. L’H.D.T. n’a été levée, après deux mois de sortie d’essai, que le 7 avril 2011. Par jugement du 28 février 2012, le Tribunal Administratif de Paris, prenant appui sur sa jurisprudence du 29 novembre précédent, annule les décisions de maintien de cette H.D.T. également au motif que la directrice adjointe chargée des relations avec les usagers et qui avait signé les décisions de maintien en HDT, le 22 décembre 2010, le 17 janvier 2011, le 17 février 2011 et le 22 mars 2011, n’avait pas délégation de signature de la part du directeur de l’hôpital alors qu’il est légalement le seul à pouvoir prendre de telles décisions.

Visiblement le CHS Sainte-Anne de Paris, hôpital modèle s’il en est, n’en est pas à quelques illégalités près. Rappelons que cet hôpital a déjà été épinglé dans un documentaire choc diffusé sur Arte le 7 mai 2010, sur deux de ses services, dont les médecins chefs ont été, par ailleurs, suspendus dans leur exercice de la médecine par décision du Conseil de l’Ordre des médecins du 3 janvier 2012.



Publications

Derniers articles publiés

Agenda

<<

2020

 

<<

Avril

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
303112345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930123
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Sur le Web

8 avril - Prolongation automatique des détentions provisoires : après le scandale et le fatras, la désinvolture !

8 avril - Peut-on contraindre un patient non respectueux des règles de confinement ?

7 avril - Membres du conseil national et du bureau

7 avril - Contre-circulaire relative à l'adaptation de l'activité pénale des juridictions aux mesures de prévention et de lutte contre la pandémie COVID-19

6 avril - Une nouvelle charge virale pour les libertés fondamentales

6 avril - Notre lettre ouverte concernant la situation des enfants pendant l'état d'urgence sanitaire

3 avril - Fichier HOPSYWEB, notre communiqué commun

3 avril - DATAJUST : notre courrier à la ministre de la justice

3 avril - Pendant ce temps-là, en psychiatrie…

2 avril - Sars Cov 2 : la répression passe, la santé trépasse

2 avril - Les droits de l'Etat doivent préserver l'Etat de droit

1er avril - COVID-19 en prison : des mesures gouvernementales insuffisantes

30 mars - Notre vade-mecum sur vos droits pendant le confinement

27 mars - COVID-19 : recommandations du CGLPL relatives aux établissements de santé mentale

27 mars - Réponse à Mme Wonner, co-rapporteuse de la mission parlementaire sur la psychiatrie

26 mars - Ordonnances justice : la gestion des stocks vaut bien de confiner les droits et de sacrifier la santé des personnels

26 mars - le droit durant la crise Covid19

25 mars - Arrêt n°271 du 04mars 2020 (19-24.080) - Cour de cassation

25 mars - Arrêt n°270 du 05 mars 2020 (19-23.287) - Cour de cassation

25 mars - Arrêt n° 176 du 4 mars 2020 (19-14.269)

25 mars - Covid-19 : notre courrier à la ministre

25 mars - Communiqué commun : Je reste confiné, je limite la propagation du virus

25 mars - Etat d'urgence sanitaire : première analyse !

23 mars - L'USP soutient ce communiqué écrit par des responsables du champ psychiatrique : Tous solidaires contre l'épidémie du Covid-19

18 mars - Prisons, centres de rétention : il y a urgence à réduire l'enfermement dans ces lieux non conformes aux mesures sanitaires