2014-08-01 (jpj/ca) La Cour d’appel de Colmar ordonne la levée d’un programme de soins sous SDRE au motif que le sentiment d’injustice de la requérante n’est pas, en soi, révélateur d’un trouble mental

• Pour citer le présent article : http://goo.gl/9d6O08 ou http://psychiatrie.crpa.asso.fr/445

Document du vendredi 1er août 2014
Article mis à jour le 10 février 2015

Auteurs : A.B. - H.F.


PDF - 2.2 Mo
2014-08-01 Ordonnance de la Cour d’appel de Colmar
levant un programme de soins sous SDRE

Ci-joint une ordonnance de mainlevée d’une mesure de réintégration sur soins sur décision du représentant de l’État (SDRE), prise par la Cour d’appel de Colmar, le 1er août 2014. Dans cette affaire, deux médecins psychiatres installés dans le privé ont été certificateurs du suivi alternatif au suivi hospitalier de la requérante, laquelle était maintenue sous mesure de SDRE depuis le 14 novembre 2013. Cette personne avait été réintégrée en hospitalisation complète le 10 juillet 2014, et le 23 juillet suivant le juge des libertés et de la détention de Strasbourg avait ordonné le maintien de la mesure. C’est cette décision qui est infirmée par cette ordonnance du 1er août 2014.

La motivation page 2. — de cette ordonnance présente un certain intérêt :

"… Attendu que Mme (…) admet qu’elle a besoin d’un suivi psychiatrique qui est assuré par les Drs Hertzog et Gosselin à raison de deux consultations par semaine.

Attendu qu’elle conteste par contre son hospitalisation d’office et les traitements chimiques administrés de force qu’elle supporte mal et qui ne sont pas nécessaires.

Attendu que cette opinion de Mme … ne résulte pas d’une prétendue « recrudescence délirante » mais est fondée sur les avis et attestations des deux psychiatres libéraux précités, indiquant notamment que le traitement psycho-thérapeutique suivi par Mme … depuis le début de l’année 2014 a amélioré son état de santé et qu’il est plus efficace que le traitement médicamenteux préconisé par les médecins du centre hospitalier.

Attendu que ces avis divergents sont révélateurs de querelles d’école entre les différents psychiatres, dont Mme … ne saurait faire les frais.

(…) Attendu que le sentiment d’injustice qui l’habite peut s’expliquer par la séparation d’avec ses enfants et qu’il n’est pas en soi révélateur d’un trouble mental, ainsi que l’a indiqué le Dr Gosselin dans un certificat du 24 juin 2014.

Attendu qu’il n’est pas justifié d’un risque de dangerosité imminent et avéré ni pour Mme … elle-même, ni pour autrui …", la mainlevée de l’hospitalisation complète est ordonnée.

On voit ici qu’un suivi psychiatrique privé a un certain poids pour mettre fin à des situations de soins sans consentement injustifiées ou inopportunes, s’il est opéré par des psychiatres décidés à livrer une concurrence au suivi hospitalier, à mettre en place un suivi humain de la personne elle-même, et du moment que ces psychiatres de secteur privé acceptent d’en attester devant justice.



Publications

Derniers articles publiés

Agenda

<<

2019

 

<<

Mai

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
293012345
6789101112
13141516171819
20212223242526
272829303112
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Sur le Web

17 mai - Première victoire relative au fichier biométrique des mineurs non accompagnés !

16 mai - COMMUNIQUE DE PRESSE UNITAIRE Proposition de loi pour l’aide sociale à l’enfance : Un pas en avant… deux pas en arrière… et au final c’est le droit des jeunes qui recule !

16 mai - Réaction ! Le Conseil d’Etat accepte de renvoyer au Conseil Constitutionnel la question de la conformité à la Constitution du fichage des mineur.es isolé.es étranger.es

15 mai - Proposition de loi Bourguignon pour l'aide sociale à l'enfance : un pas en avant...deux pas en arrière...

15 mai - Réforme de la procédure d’appel : les avocats méritent mieux qu’un râteau !

14 mai - L'USP et les élections professionnelles

13 mai - Communiqué commun contre le projet de loi de destruction de la fonction publique

13 mai - 1er mai : Régressions générales, mobilisation générale !

13 mai - Observations auprès de l'IGJ sur le bilan de la procédure d'appel

13 mai - Observations sur les conditions de lutte contre la délinquance économique et financière

13 mai - Nos observations sur le traitement de la criminalité organisée par les JIRS

13 mai - Commission d'avancement : nos revendications, nos actions et notre profession de foi

13 mai - Contributions sur la réforme de la Cour de cassation

13 mai - Communiqué commun : demande d'abrogation du décret autorisant l'échange d'informations entre le fichier Hopsyweb et le fichier des signalements pour la prévention et la radicalisation à caractère terroriste (FSPRT)

10 mai - Se soigner, être fiché, être fliqué

9 mai - Rapport d’activité 2018

6 mai - Prochain CN : le 23 juin 2019

6 mai - Appel à la grève le 9 mai 2019

2 mai - Quand manifester n’est plus un droit mais un risque

2 mai - Pour le 1er mai le SAF célèbre les travailleuses et les travailleurs à sa façon : Plafonnement des indemnités en cas de licenciement injustifié, on ne lâche rien !

2 mai - Projet de protocole additionnel à la convention sur les droits de l’homme et la biomédecine du Conseil de l’Europe

26 avril - JUSTICE INDÉPENDANTE ?

18 avril - Rapport de l’Observatoire toulousain des Pratiques Policières – OPP

16 avril - Le SAF apporte tout son soutien à notre consœur Brigitte JEANNOT et réaffirme son opposition aux vidéo-audiences pour les demandeurs d’asile

15 avril - NON A UNE DECHEANCE DE NATIONALITE DE FAIT! POUR LE RETOUR DES FRANCAIS DU LEVANT! JUSTICE ET HUMANITE!