2014-08-01 (jpj/ca) C.A. Colmar • Mainlevée d’un programme de soins SDRE : le sentiment d’injustice de la requérante n’est pas, en soi, révélateur d’un trouble mental

• Pour citer le présent article : http://goo.gl/9d6O08 ou http://psychiatrie.crpa.asso.fr/445

Document du vendredi 1er août 2014
Article mis à jour le 18 août 2019

De cette même Cour d’appel : 2011-10-20 (jpj/ca/cn/cm) Cour d’appel de Colmar : Mainlevée d’une SDT au motif de défaut de décision d’admission de la part du directeur de l’hôpital où était internée la patiente

Auteurs : A.B. - H.F.


PDF - 2.2 Mo
2014-08-01 Ordonnance de la Cour d’appel de Colmar
levant un programme de soins sous SDRE

Ci-joint une ordonnance de mainlevée d’une mesure de réintégration sur soins sur décision du représentant de l’État (SDRE), prise par la Cour d’appel de Colmar, le 1er août 2014. Dans cette affaire, deux médecins psychiatres installés dans le privé ont été certificateurs du suivi alternatif au suivi hospitalier de la requérante, laquelle était maintenue sous mesure de SDRE depuis le 14 novembre 2013. Cette personne avait été réintégrée en hospitalisation complète le 10 juillet 2014, et le 23 juillet suivant le juge des libertés et de la détention de Strasbourg avait ordonné le maintien de la mesure. C’est cette décision qui est infirmée par cette ordonnance du 1er août 2014.

La motivation page 2. — de cette ordonnance présente un certain intérêt :

"… Attendu que Mme (…) admet qu’elle a besoin d’un suivi psychiatrique qui est assuré par les Drs Hertzog et Gosselin à raison de deux consultations par semaine.

Attendu qu’elle conteste par contre son hospitalisation d’office et les traitements chimiques administrés de force qu’elle supporte mal et qui ne sont pas nécessaires.

Attendu que cette opinion de Mme … ne résulte pas d’une prétendue « recrudescence délirante » mais est fondée sur les avis et attestations des deux psychiatres libéraux précités, indiquant notamment que le traitement psycho-thérapeutique suivi par Mme … depuis le début de l’année 2014 a amélioré son état de santé et qu’il est plus efficace que le traitement médicamenteux préconisé par les médecins du centre hospitalier.

Attendu que ces avis divergents sont révélateurs de querelles d’école entre les différents psychiatres, dont Mme … ne saurait faire les frais.

(…) Attendu que le sentiment d’injustice qui l’habite peut s’expliquer par la séparation d’avec ses enfants et qu’il n’est pas en soi révélateur d’un trouble mental, ainsi que l’a indiqué le Dr Gosselin dans un certificat du 24 juin 2014.

Attendu qu’il n’est pas justifié d’un risque de dangerosité imminent et avéré ni pour Mme … elle-même, ni pour autrui …", la mainlevée de l’hospitalisation complète est ordonnée.

On voit ici qu’un suivi psychiatrique privé a un certain poids pour mettre fin à des situations de soins sans consentement injustifiées ou inopportunes, s’il est opéré par des psychiatres décidés à livrer une concurrence au suivi hospitalier, à mettre en place un suivi humain de la personne elle-même, et du moment que ces psychiatres de secteur privé acceptent d’en attester devant justice.



Publications

Derniers articles publiés

Navigation

Agenda

<<

2019

 

<<

Décembre

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
2526272829301
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
303112345
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Sur le Web

11 décembre - Les violences interpersonnelles dans les lieux de privation de liberté

10 décembre - Communiqué d'Inter Urgences et du Collectif inter hôpitaux

10 décembre - Oui, nous sommes du côté des libertés

9 décembre - Cour de cassation, 04/12/2019, Patient en fugue hospitalisé en SDRE suite à une irresponsabilité pénale

9 décembre - Commission Thiriez : mieux vaut en rire...

9 décembre - Le Collectif Inter-Hôpitaux soutient la grève des internes du 10 décembre

9 décembre - Communiqué commun des organisations syndicales des personnels médicaux hospitaliers, des internes et des étudiants

6 décembre - « Recommandations en urgence relative au centre hospitalier Le Rouvray à Sotteville-les-Rouen du Contrôleur général des lieux de privation de liberté »

3 décembre - Décret open data des décisions de justice : on achève bien les chevaux…

29 novembre - Non ! La pilule ne passe toujours pas !

28 novembre - Observations devant la mission d'information de l'Assemblée nationale sur l'immunité parlementaire

26 novembre - Recommandations en urgence relatives au centre hospitalier du Rouvray à Sotteville-lès-Rouen (Seine-Maritime)

24 novembre - Le contrôle des suites du programme de soins : la position de la Cour de cassation

22 novembre - Appel à la grève pour la défense du service public de la Justice

22 novembre - Décret de procédure civile : improvisation, opacité et mépris

22 novembre - Avis relatif à la prise en charge des personnes détenues atteintes de troubles mentaux

21 novembre - Face aux philippiques, grève et action

20 novembre - Printemps de la psychiatrie - Pour soigner sans entrave

20 novembre - Communiqué commun des organisations syndicales représentatives des personnels médicaux hospitaliers et des internes du 20 novembre 2019

20 novembre - Communiqué unitaire : Le Premier ministre ne répond pas à la gravité de la situation

19 novembre - Pour ne plus subir. Lettre ouverte de l'équipe du secteur de psychiatrie d'Asnières. Le 14 novembre 2019

18 novembre - Budget 2020 : Toujours les mêmes écueils !

18 novembre - Nos observations dans le cadre du « Grenelle des violences conjugales »

17 novembre - La Cour de cassation confirme que le contrôle de la légalité d'un placement en chambre d'isolement ne relève pas du JLD

16 novembre - Communiqué Action Praticiens Hôpital - Jeunes Médecins - Santé des migrants : APH-JM s'oppose a toute dégradation des soins