2013-09-29 (cm/oru) Pour une représentation des usagers en psychiatrie digne de ce nom

• Pour citer le présent article : http://goo.gl/Pcb5XW ou http://psychiatrie.crpa.asso.fr/380

Document du dimanche 29 septembre 2013
Article mis à jour le 10 février 2020

Sur notre site, sur un sujet connexe : 2013-02-26 (cm/oru) La FNAPSY lance une pétition au soutien de sa survie

Ou bien : 2013-10-17 (art/oru) Mail ouvert au député Denys Robiliard, rapporteur de la Mission d’information santé mentale et psychiatrie

2016-03-18 (pner/gvt) Compte-rendu d’un rendez-vous avec le Bureau Psychiatrie - santé mentale de la DGS

Auteurs : A.B. - H.F.


André Bitton, président du Cercle de réflexion et de proposition d’actions sur la psychiatrie (CRPA).

Pour Mme Geneviève Castaing, cheffe du Bureau santé mentale, Direction générale de la santé. Ministère des affaires sociales et de la santé. Copie par voie postale en lettre recommandée avec A.R.

— Copies pour Mme la Ministre des affaires sociales et de la santé.
— Copie pour M. Denys Robiliard, député, rapporteur de la Mission sur la santé mentale et l’avenir de la psychiatrie.
— Copies pour les association d’usagers en psychiatrie au contact, et pour le Bureau du CRPA.

Paris, le 29 septembre 2013
 

Madame,

L’association Advocacy France - dont le CRPA est membre à titre de personne morale - avait rendez-vous avec vous et vos collaborateurs vendredi 27 septembre dernier, sur la question d’une subvention que votre direction (la Direction générale de la santé) pourrait accorder à cette association pour son rôle dans la représentation des usagers.

J’ai cru comprendre qu’au cours de ce rendez-vous vous avez posé des conditions de neutralité politique et d’absence de contestation du circuit psychiatrique, qui me semblent, de votre part, on ne peut plus malvenues.

PDF - 1.1 Mo
2012-02-24 Rapport d’inspection de l’IGAS sur la FNAPSY

La situation actuelle qui s’est créée entre votre Ministère et nos organisations, depuis l’officialisation de la crise de la représentation des usagers en psychiatrie en France avec la publication en novembre 2011 du rapport de l’IGAS sur son inspection de la FNAPSY courant 2011 (cf. pièce jointe), ne rend plus tenable votre position, ainsi que vos conditions léonines, tutélaires et technocratiques.

En effet, vous n’avez plus d’interlocuteur unique, tenable, fiable en matière de représentation des usagers en psychiatrie, à l’heure actuelle, vu la quasi faillite de la FNAPSY, qui était, pour une bonne part d’ailleurs dans sa réalité pratique, un organisme dépendant de vos services (mais aussi de l’UNAFAM). Vous devez donc vous résoudre à vous en tenir à la réalité de nos organisations et de nos structurations et non à vos fantasmes ou désidérata sur ce que vous auriez souhaité que soient les organisations d’usagers en psychiatrie dans ce pays.

Nous ne savons que trop que votre optique sur ce que nous devons être, est une optique tutrice et, politiquement intenable en particulier depuis la série des questions prioritaires de constitutionnalité qui ont impacté le terrain psychiatrique et qui proviennent de nous (je suis un ancien président du Groupe Information Asiles, et j’ai codirigé l’action qui a mené à la décision historique du Conseil constitutionnel du 26 novembre 2010).

Nous vous prions de vous faire à la réalité de ce que sont nos organisations et de discuter avec nous, dans nos diversités, en tenant compte qu’il y a, dans ce pays, un courant important et effectivement actif, qui conteste le technocratisme psychiatrique. Vous devez vous y faire et discuter avec nous, et non continuer dans une optique de déni de la réalité et de volonté dictatoriale et totalitaire de n’avoir que des chiffes médiquées et soumises en face de vous.

Veuillez croire, madame, en ma considération distinguée.



Publications

Derniers articles publiés

Agenda

<<

2020

 

<<

Août

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
272829303112
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31123456
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Sur le Web

10 août - Censure de la proposition de loi « terrorisme » : une claque fondamentale !

4 août - Avenir de l'audience : nos observations devant le CNB

3 août - Notre porte étroite sur la loi instaurant des mesures de sûreté à l'encontre des auteurs d'infractions terroristes à l'issue de leur peine

30 juillet - Amende forfaitaire pour usage de stupéfiants : une illusoire fermeté pour de réels effets pervers

24 juillet - Publication de rapports de visite

20 juillet - Il est temps d'arrêter les prolongations sécuritaires

14 juillet - Observations sur la loi organisant la sortie de l'état d'urgence sanitaire

13 juillet - Appel pour le 14 juillet 2020 : Le beau casting ou les pompiers pyromanes

11 juillet - Communiqué APH & JM du 11 juillet 2020 : Le Ségur et les médecins : l'erreur politique

11 juillet - Tract unitaire : Ensemble pour que notre système de Santé et d'Action sociale soit une priorité nationale !

10 juillet - 2014-2020 : retour sur six ans d’action au CGLPL

10 juillet - 35e congrès de l'USP sur le thème "La psychiatrie d'après" du 11 au 13 septembre 2020 à Paris

10 juillet - Conférence gesticulée : « Je ne suis pas là pour vous écouter » - La démission de la psychiatrie face au capitalisme

10 juillet - Grand débat : Financer la psychiatrie, Gouverner l'hôpital

9 juillet - Dignité en prison : un droit enfin effectif

8 juillet - Le Conseil d'État interdit une nouvelle fois au gouvernement de fouler aux pieds la liberté de manifester

8 juillet - Rétention : la Justice se rend à l'Intérieur

7 juillet - L'État décide de frapper au porte-monnaie les départements qui résistent au fichage des enfants

7 juillet - Notre courrier au nouveau Garde des Sceaux

6 juillet - « Les enfermés » : un livre photographique pour donner à voir la réalité de l’enfermement

5 juillet - CGLPL respect des droits fonadementaux à l'épreuve du covid

5 juillet - Liberté d'expression et poursuites disciplinaire

5 juillet - ce ne pas faute de l'avoir annoncé

5 juillet - un constat de plus sur l'état de la psychiatrie

2 juillet - Les droits fondamentaux des personnes privées de liberté à l’épreuve de la crise sanitaire