2013-06-17 (artj/jpc) Caroline Mandy • Le Conseil constitutionnel garde-fous : retour sur la première QPC concernant la loi du 5 juillet 2011

• Pour citer le présent article : http://goo.gl/W1DTQ ou http://psychiatrie.crpa.asso.fr/350

Document du lundi 17 juin 2013
Article mis à jour le 25 août 2019

Sur notre site, pour consulter le dossier constitué sur la décision du Conseil constitutionnel du 20 avril 2012, sur QPC du CRPA, cliquer sur ce lien.

Nous précisons que le présent article est une étude fouillée et détaillée de cette décision du Conseil constitutionnel de 2012, sur la loi du 5 juillet 2011.

Jurisprudences sur la question des programmes de soins, cliquer sur ce lien.

Auteurs : A.B. - H.F.


PDF - 195.2 ko
2013-06-17 Article de Mme Caroline Mandy : Le Conseil constitutionnel « garde-fous » : retour sur la première QPC concernant la loi du 5 juillet 2011

LE CONSEIL CONSTITUTIONNEL « GARDE-FOUS » : RETOUR SUR LA PREMIÈRE QPC CONCERNANT LA LOI DU 5 JUILLET 2011

Par Caroline MANDY.
Docteure en droit, chercheuse associée au laboratoire Droit et Changement Social (UMR 6297), Université de Nantes.

Article rédigé en juillet 2012. Dernière version le 17 juin 2013.

Source : http://hal.archives-ouvertes.fr/hal…
 

La loi du 5 juillet 2011 est fille de deux éléments antagonistes : d’un côté, le discours sécuritaire d’Antony du 2 décembre 2008, de l’autre, la QPC du 26 novembre 2010. Le premier prône le resserrement de la surveillance des personnes atteintes de troubles psychiatriques et particulièrement de leur sortie, temporaire ou définitive, des établissements de soins ; l’esprit du discours pose le malade psychiatrique comme un « danger potentiel » dont la société doit se préserver. La seconde précise les exigences constitutionnelles à respecter en matière de soins psychiatriques sous contrainte et déclare inconstitutionnelle la procédure d’hospitalisation sur demande d’un tiers (HDT) en ce qu’elle ne prévoit pas de contrôle par le juge judiciaire de la nécessité de la privation de liberté exercée par le corps médical sur le patient dans un délai de quinze jours. Ultimatum est alors donné au Gouvernement pour réformer l’état du droit en la matière avant le 1er août 2011. C’est donc dans ce climat d’urgence et avec cette arrière-pensée sécuritaire que Gouvernement et Parlement ont dû forger un nouveau texte plus respectueux des libertés de la personne atteinte de troubles psychiques. Une urgence bienvenue puisque, enfin, la révision de la loi de 1990, quémandée depuis plus de quinze ans par tous les acteurs du monde de la psychiatrie, est obtenue ; mais une urgence à l’origine d’un texte source d’insatisfaction unanime.

C’est ainsi que, sitôt les décrets d’application de la loi parus, le Cercle de Réflexion et de Proposition d’Actions sur la psychiatrie (CRPA) a pris prétexte de ses deux recours pour excès de pouvoir demandant l’annulation complète de ces textes devant le Conseil d’État pour présenter deux QPC. Le CRPA dénonçait plus d’une dizaine de dispositions législatives concernant les modalités de mise en œuvre des soins sous contrainte (SSC) et les droits des patients concernés ; le Conseil d’État a considéré comme sérieuses trois des questions soulevées.

Lire le document en son entier, en pièce jointe au format PDF.



Publications

Derniers articles publiés

Navigation

Agenda

<<

2019

 

<<

Septembre

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
2627282930311
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
30123456
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Sur le Web

20 septembre - Décision du Conseil Constitutionnel sur le recours à la visio-audience: une victoire en trompe l’œil

19 septembre - Qui est responsable de la catastrophe ?

16 septembre - La justice, ça n'est pas que pour les autres

13 septembre - Par-delà les différences de nos statuts et de nos exercices, notre combat pour le droit à une retraite fiable, digne et solidaire est le même !

13 septembre - Ensemble à Paris le 16 septembre prochain pour un système de retraite juste et solidaire !

13 septembre - Bien accueillir, ça urge !

12 septembre - Observer l’action de la police et de la gendarmerie est un droit! Soutien à Camille Halut

11 septembre - INDÉPENDANCE DES INSPECTEURS DU TRAVAIL LES ENTRAVES NE DOIVENT PAS ÊTRE PASSÉES SOUS SILENCE !

5 septembre - 33es Journées de l'Association méditerranéenne de psychothérapie institutionnelle (AMPI), à Marseille le 17 et 18 octobre 2019

2 septembre - Nous ne battrons pas en retraite ! Ensemble à Paris le 16 septembre prochain pour un système de retraite juste et solidaire !

29 août - Défense de l'AME, accès inconditionnel aux soins des migrants

21 août - Le « Guide du manifestant arrêté » mis à jour (août 2019)

21 août - Le « Guide du manifestant arrêté » mis à jour (août 2019)

29 juillet - Fichage des mineur·es isolé·es : le Conseil Constitutionnel ne reconnaît pas l’atteinte à l’intérêt supérieur de l’enfant

26 juillet - Observations devant la mission parlementaire d'information sur le secret de l'enquête et de l'instruction

26 juillet - Fusion/spécialisation des juridictions : notre courrier à la garde des Sceaux

24 juillet - Le parquet selon l'exécutif : « en ligne et à l'aise » avec le pouvoir, mais « indépendant » quand ça dérape

22 juillet - Postes de psychiatres disponibles à l'hôpital Edouard Toulouse de Marseille

19 juillet - Réforme des retraites : pas si simple et plus injuste!

19 juillet - Publication de rapports de visite

18 juillet - Réforme de l’assurance-chômage : une reprise en main de fer par l’Etat conduisant à une précarisation inacceptable des plus fragiles

18 juillet - La marchandisation du cerveau

18 juillet - A pourvoir : poste de psychiatre au Samu social de Paris

18 juillet - BAREME MACRON : UN AVIS… MAIS PAS UN COUP D’ARRET

15 juillet - Vers un renouveau du soin psychique - Soirée débat le 25 juillet 2019 à Aix en Provence