2014-05-12 (jpj/ca) Le premier président de la Cour d’appel de Grenoble lève une mesure de SDRE, l’arrêté préfectoral de base était insuffisamment circonstancié

• Pour citer le présent article : http://goo.gl/JpyyG7 ou http://psychiatrie.crpa.asso.fr/429

Document du lundi 12 mai 2014
Article mis à jour le 9 mai 2018

De façon connexe : 2012-10-09 (jpj/tgi/jld) Le Juge des libertés et de la détention de Paris lève une SDRE (ex-H.O.) au motif, entre autres, que l’interné n’a pas été mis à même de faire valoir ses observations, par tous moyens et de manière appropriée à son état

Ou bien : 2011-10-19 (jpj/tgi/jld) Le juge des libertés et de la détention de Lyon donne mainlevée d’une hospitalisation d’office (SPDRE) au motif que le certificat initial fondant l’arrêté préfectoral est insuffisamment circonstancié


Note par le CRPA
 

Source (site Legifrance) : http://www.legifrance.gouv.fr/affic…

PDF - 42.5 ko
2014-05-12 Premier président de la Cour d’appel de Grenoble
Mainlevée d’une mesure de SDRE

En pièce jointe une ordonnance de mainlevée d’une mesure de soins sur décision du représentant de l’État (ancienne hospitalisation d’office), issue du site Legifrance, rubrique jurisprudence judiciaire, mot clé « soins psychiatriques ».

Cette ordonnance provient d’une juridiction habituellement particulièrement répressive en matière d’hospitalisations psychiatriques sans consentement, dont on ne connaît pas de décision de mainlevée sur ce terrain.

Le magistrat délégué du premier président de la Cour d’appel de Grenoble ordonne, dans cette décision, la mainlevée d’une mesure de soins d’office, alors même que l’appelante, particulièrement fantasque a refusé de signer les notifications et avis successifs, ainsi que de se présenter à l’audience d’appel qu’elle avait elle-même déclenchée en tant qu’appelante de la décision du premier juge de maintenir son hospitalisation sans consentement.

Le magistrat d’appel, en l’absence de la requérante, s’estimant valablement saisi en vue d’un contrôle de légalité de la mesure déférée, s’en empare et estime que l’arrêté préfectoral de départ de la mesure de soins sur décision du représentant de l’État, est insuffisamment circonstancié au fond. L’existence des deux conditions cumulatives (liées par un « et » et non par un « ou »), de l’état de santé psychiatrique de la personne rendant nécessaire des soins sous contrainte, et de la compromission de la sûreté des personnes ou de l’atteinte grave à l’ordre public, n’étant pas certifiée de façon suffisante, le magistrat ordonne la mainlevée de la mesure d’hospitalisation complète, en la différant de 24 h, afin de permettre la mise en place d’un programme de soins.

Or, en effet, le contrôle de légalité des hospitalisations sans consentement est bel et bien une des fonctions à part entière des juges des libertés et de la détention, comme des présidents de Cour d’appel.

Le seul examen du bien fondé apparent, au plan psychiatrique, des mesures d’hospitalisations contraintes à temps complet, n’est pas, à soi seul, suffisant pour que le contrôle judiciaire s’en arrête là. D’autant plus que les nullités de droit externes, forment des exceptions préalables, qui doivent être soulevées et traitées, dans la procédure de contrôle judiciaire des mesures, au préalable, avant tout examen au fond du bien fondé des mesures.

On voit mal qu’une mesure de soins psychiatriques sous contrainte avec hospitalisation à temps complet, prise sur un titre illégal, puisse être considérée comme étant fondée. En effet, il y aurait violation de l’article 5-1-e de la Convention européenne de sauvegarde des droits de l’homme qui stipule que seule la détention légale et régulière d’un aliéné est recevable.



Publications

Derniers articles publiés

Agenda

<<

2019

 

<<

Mai

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
293012345
6789101112
13141516171819
20212223242526
272829303112
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Sur le Web

17 mai - Première victoire relative au fichier biométrique des mineurs non accompagnés !

16 mai - COMMUNIQUE DE PRESSE UNITAIRE Proposition de loi pour l’aide sociale à l’enfance : Un pas en avant… deux pas en arrière… et au final c’est le droit des jeunes qui recule !

16 mai - Réaction ! Le Conseil d’Etat accepte de renvoyer au Conseil Constitutionnel la question de la conformité à la Constitution du fichage des mineur.es isolé.es étranger.es

15 mai - Proposition de loi Bourguignon pour l'aide sociale à l'enfance : un pas en avant...deux pas en arrière...

15 mai - Réforme de la procédure d’appel : les avocats méritent mieux qu’un râteau !

14 mai - L'USP et les élections professionnelles

13 mai - Communiqué commun contre le projet de loi de destruction de la fonction publique

13 mai - 1er mai : Régressions générales, mobilisation générale !

13 mai - Observations auprès de l'IGJ sur le bilan de la procédure d'appel

13 mai - Observations sur les conditions de lutte contre la délinquance économique et financière

13 mai - Nos observations sur le traitement de la criminalité organisée par les JIRS

13 mai - Commission d'avancement : nos revendications, nos actions et notre profession de foi

13 mai - Contributions sur la réforme de la Cour de cassation

13 mai - Communiqué commun : demande d'abrogation du décret autorisant l'échange d'informations entre le fichier Hopsyweb et le fichier des signalements pour la prévention et la radicalisation à caractère terroriste (FSPRT)

10 mai - Se soigner, être fiché, être fliqué

9 mai - Rapport d’activité 2018

6 mai - Prochain CN : le 23 juin 2019

6 mai - Appel à la grève le 9 mai 2019

2 mai - Quand manifester n’est plus un droit mais un risque

2 mai - Pour le 1er mai le SAF célèbre les travailleuses et les travailleurs à sa façon : Plafonnement des indemnités en cas de licenciement injustifié, on ne lâche rien !

2 mai - Projet de protocole additionnel à la convention sur les droits de l’homme et la biomédecine du Conseil de l’Europe

26 avril - JUSTICE INDÉPENDANTE ?

18 avril - Rapport de l’Observatoire toulousain des Pratiques Policières – OPP

16 avril - Le SAF apporte tout son soutien à notre consœur Brigitte JEANNOT et réaffirme son opposition aux vidéo-audiences pour les demandeurs d’asile

15 avril - NON A UNE DECHEANCE DE NATIONALITE DE FAIT! POUR LE RETOUR DES FRANCAIS DU LEVANT! JUSTICE ET HUMANITE!