2014-09-15 (jpj/tgi/jld) Le JLD de Versailles lève une mesure de SDRE au motif que le danger imminent n’était caractérisé ni dans l’arrêté municipal provisoire ni dans le certificat médical correspondant

• Pour citer le présent article : http://goo.gl/xFHvsx ou http://psychiatrie.crpa.asso.fr/457

Document du lundi 15 septembre 2014
Article mis à jour le 10 février 2015

Auteurs : A.B. - H.F.


PDF - 440 ko
2014-09-15 Ordonnance de mainlevée d’une mesure de SDRE par le JLD de Versailles

Ci-joint une décision de mainlevée d’une mesure de soins sur décision du représentant de l’État, prise par le juge des libertés et de la détention de Versailles, le 15 septembre 2014, sur argument de Me David Riou, avocat au Barreau de Versailles, commis d’office.

Le motif retenu pour ordonner la mainlevée est intéressant et à retenir. En effet, il est fréquent que les arrêtés municipaux pris au titre des mesures provisoires de l’article L. 3213-2 du code de la santé publique, ne soient pas motivés et qu’ils correspondent à de simples habitudes, pour des mesures qui pourraient éventuellement, de façon plus légitime, relever d’arrêtés préfectoraux pris directement, sans qu’il y ait d’arrêté municipal provisoire. En l’espèce ni le certificat médical servant de base à l’arrêté municipal, ni cet arrêté ne caractérisaient une situation de danger imminent pouvant fonder une mesure d’internement psychiatrique provisoire. Par ailleurs, la motivation de l’arrêté municipal était stéréotypée, et comme telle défaillante.

Me David Riou ayant joint à son mail une analyse de cette décision, vous la trouvez annexée à ce mail.


Mail de Me David Riou au CRPA, 29 septembre 2014, 18h12.
 

Cher Monsieur,

Je vous prie de bien vouloir trouver en pièce jointe une ordonnance de mainlevée rendue le 15 septembre dernier par le juge des libertés et de la détention de Versailles, au motif de l’irrégularité de l’arrêté d’admission provisoire pris par le Maire de Maurecourt, vu l’absence, compte tenu des circonstances évoquées dans le certificat médical initial, de caractérisation du danger imminent pour la sûreté des personnes autorisant le Maire à prendre une telle décision en application des dispositions de l’article L. 3213-2 du Code de la Santé Publique.

Le patient a pu s’expliquer sur les faits en question auprès du Juge des Libertés et de la Détention, en expliquant avoir effectivement fait brûler quelques papiers confidentiels dans une assiette en terre cuite, ce qui avait manifestement déplu à ses voisins …

La mainlevée est ordonnée en considération de l’atteinte grave et manifestement illégale portée à une liberté fondamentale.

Le Parquet n’a pas fait appel de cette décision.

Vous en souhaitant bonne réception, je vous prie de recevoir, Cher Monsieur, mes parfaites salutations.

David Riou, avocat à la Cour, inscrit au Barreau de Versailles.



Publications

Derniers articles publiés

Navigation

Articles de la rubrique

Agenda

<<

2019

 

<<

Février

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
28293031123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728123
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Sur le Web

14 février - Tribune : La justice des enfants et adolescents en question

14 février - Grand débat : cause toujours !

14 février - Mission flash psychiatrie : encore raté !

13 février - Plafonnement des indemnités et Greffe des Conseils de prud’hommes, le Gouvernement s’acharne contre les salariés et les juges, mais ils résistent.

12 février - Le traitement judiciaire du mouvement des Gilets Jaunes : un droit d’exception ?

6 février - Publication de rapports de visite

6 février - Communication - Mission flash sur le financement de la psychiatrie

4 février - Les avocat.e.s doivent pouvoir défendre les étrangers à Mayotte

4 février - GREVE GENERALE LE 5 FEVRIER 2019

1er février - Justice hors la loi : une audience illégale au sein du centre de rétention de Toulouse

1er février - Idée fausse sur la justice des mineurs numéro 6 : Les parents des jeunes délinquants sont démissionnaires.

1er février - Idée fausse sur la justice des mineurs numéro 5 : Les enfants roms sont tous des voleurs

1er février - Idée fausse sur la justice des mineurs numéro 4 : Les filles sont plus violentes et de plus en plus nombreuses à commettre des délits

1er février - Contre la destruction du service public et l'atteinte aux libertés : Manifestation nationale à Paris le 5 février !

1er février - Dans la rue le 5 février - Défendre les conditions de travail des soignant.e.s, c'est défendre la santé, c'est défendre un accès aux soins équitables pour toutes et tous sur tout le territoire !

1er février - Dans la rue le 5 février - Défendre les conditions de travail des soignant.e.s, c'est défendre la santé, c'est défendre un accès aux soins équitables pour toutes et tous sur tout le territoire !

31 janvier - Soirée débat : Un nouveau printemps des luttes, le 29 mars 2019 Espace Grammont à Besançon

31 janvier - Recommandations en urgence relatives au centre pénitentiaire de Rémire-Montjoly (Guyane)

30 janvier - Suppression de l'ordonnance du 2 février 1945 en catimini

30 janvier - Idée fausse sur la justice des mineurs numéro 3 : la justice des mineurs est lente

29 janvier - Idée fausse sur la justice des mineurs numéro 2 :Les jeunes entrent dans la délinquance de plus en plus tôt

28 janvier - Recueil des obligations déontologiques du magistrat diffusé par le CSM : notre décryptage

28 janvier - Appel de l'AG Psychiatrie, Social, Médico-Social en Lutte ! - Construisons la suite de la journée nationale pour une psychiatrie humaine du 22 janvier 2019

28 janvier - Laissons à Agnès Buzyn l'austérité hivernale, et mettons le cap vers un Printemps de la psychiatrie !

28 janvier - Idée fausse sur la justice des mineurs numéro 1 : l'ordonnance de 45 n'est plus adaptée