2014-07-23 (cm) À propos du Service territorial de santé mentale dans la loi de santé en cours de préparation

• Pour citer le présent article : http://goo.gl/VisuOx ou http://psychiatrie.crpa.asso.fr/439

Document du mercredi 23 juillet 2014
Article mis à jour le 5 novembre 2016

Position du CRPA : 2013-11-21 (rapp-enqu) Positions du CRPA exposées lors d’une audition par le député Denys Robiliard à propos du rapport définitif de la Mission d’information sur la santé mentale et l’avenir de la psychiatrie

Position de l’Union syndicale de la psychiatrie (USP) sur le service territorial de santé mentale (22 juillet 2014) : http://www.uspsy.fr/La-coupe-psychi…

Position du Syndicat des psychiatres des hôpitaux (SPH) : « On achève bien les secteurs » (22 juillet 2014) : http://www.sphweb.info/spip.php?art…

Les grandes orientations de la loi de santé présentées le 19 juin 2014, par la Ministre des affaires sociales et de la santé Mme Marisol Touraine : http://www.sante.gouv.fr/marisol-to…

Auteurs : A.B. - H.F.


CRPA • Cercle de Réflexion et de Proposition d’Actions sur la psychiatrie Association régie par la loi du 1er juillet 1901 | N° RNA : W751208044
Président : André Bitton |14, rue des Tapisseries, 75017 Paris |
Pour nous contacter, cliquer sur ce lien.
 

PDF - 19.4 ko
2014-07-23 Communiqué du CRPA
À propos du « service territorial de santé mentale ».

Communiqué

Paris, le 23 juillet 2014
 

À propos du service territorial de santé mentale de la loi de santé en cours de préparation
 

S’agissant de la brève concertation initiée par le Ministère des affaires sociales et de la santé entre le 10 et le 21 juillet passé à propos du projet de loi de santé, auprès des syndicats, notre association tient à souligner qu’il n’y a dans ce projet de loi, rien de nouveau, sauf une structuration purement technique des prestations sanitaires des territoires, sous la direction des Agences régionales de santé, prises en tant que Préfectures régionales sanitaires.

Si l’article L. 3211-1 de la loi du 5 juillet 2011, porté au code de la santé publique assure que : « Toute personne faisant l’objet de soins psychiatriques ou sa famille dispose du droit de s’adresser au praticien ou à l’équipe de santé mentale, publique ou privée, de son choix, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur du secteur psychiatrique correspondant à son lieu de résidence », rien ne vient assurer et conforter ce principe du libre choix, pour le patient de son praticien et de son secteur psychiatrique. Surtout pas dès le moment où il y a mesure de contrainte psychiatrique.

Nous en restons à la situation antérieure, que nous avions dénoncée dans notre prise de position devant le rapporteur de la Mission d’information sur la santé mentale et l’avenir de la psychiatrie, M. Denys Robiliard, le 21 novembre 2013, ainsi que dans le texte rendant compte de cette position (cliquer sur ce lien)

Actuellement le libre choix de l’équipe de santé mentale et du praticien, s’agissant de personnes suivies dans le secteur public, et plus particulièrement quand elles le sont sous contrainte, est celui de l’équipe de santé mentale et du praticien qui, s’agissant d’une personne géographiquement hors secteur décident, s’ils la suivent ou s’ils la rejettent …

Cela alors même que lorsque une personne est tenue sous mesure de contrainte psychiatrique et entend changer de psychiatre et d’équipe de secteur psychiatrique, elle se voit opposer l’obligation du suivi dans le cadre de la sectorisation psychiatrique, et ne peut donc pas réchapper à ce suivi, alors que cette personne peut se trouver prise dans une situation où elle subit des abus de pouvoir et des faits de maltraitance sur son secteur de suivi ….

La sectorisation psychiatrique reste ici, sous cet angle, une féodalité.

Notre association entend promouvoir que le libre choix du praticien et de l’équipe de santé mentale soit effectivement mis en œuvre, et que les modalités pratiques de cette mise en œuvre soient réfléchies et concertées dans le cadre même du projet de loi de santé publique actuellement en cours de finalisation.

Le ministère des affaires sociales et de la santé ne l’a pas entendu ainsi. D’ailleurs dans les concertations qui se sont closes la semaine dernière, on observera que seuls les syndicats intervenant en santé ont été concertés et que les associations d’usagers, même agréées au plan national dans la représentation des usagers, ont été ignorées … C’est tout dire.



Publications

Derniers articles publiés

Navigation

Agenda

<<

2017

 

<<

Février

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
303112345
6789101112
13141516171819
20212223242526
272812345
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Sur le Web

23 février - 25éme rencontre des Psy causent

22 février - Festival Divers d’hiver divergents

20 février - Bref compte rendu de l'audition concernant le bilan de la loi 2013 sur les soins psychiatriques sans consentement

20 février - Les soins sans consentement en psychiatrie : bilan après quatre années de mise en œuvre de la loi du 5 juillet 2011

19 février - APPEL DES PSYCHIATRES ET MEDECINS DU CH LE VINATIER BRON

17 février - Exigence 1 : Pour une justice indépendante

17 février - Dix exigences pour la justice en 2017

17 février - Majorité pénale à seize ans. Non, être un enfant n'est pas une excuse mineure !

17 février - Prochains conseils nationaux : dimanche 9 avril, 21 mai et 25 juin 2017

17 février - Réunion publique le 24 mars 2017 à Poitiers - MIGRANTS : SOLIDARITE ! Hospitalité pour les migrants

16 février - Ordonnance n° 2017-192 du 16 février 2017 relative à l'adaptation des dispositions législatives relatives aux ordres des professions de santé | Legifrance

16 février - Rapport au Président de la République relatif à l'ordonnance n° 2017-192 du 16 février 2017 relative à l'adaptation des dispositions législatives relatives aux ordres des professions de santé | Legifrance

15 février - Article de Libération du 15 février 2017 : Les chiffres affolants des soins psy sans consentement

14 février - Appel à la Grève Nationale du 7 mars 2017 pour la Défense du Service Public de Santé, du Secteur Médico-Social et contre les Politiques d'Austérité

14 février - Prescription pénale : les bonnes intentions ne font pas une bonne législation