2013-10-17 (art/oru) Mail ouvert au député Denys Robiliard, rapporteur de la Mission d’information santé mentale et psychiatrie

• Pour citer le présent article : http://goo.gl/8zx9eN ou http://psychiatrie.crpa.asso.fr/385

Document du jeudi 17 octobre 2013
Article mis à jour le 15 janvier 2020

Pour visionner l’audition du Dr Christian Muller, psychiatre, président de la Conférence des présidents des Commissions médicales des établissements psychiatriques, le 17 octobre 2013 au matin, par le rapporteur de la Mission parlementaire sur la santé mentale et la psychiatrie, M. Denys Robiliard : http://videos.assemblee-nationale.f…

Cf. également sur notre site : 2013-09-29 (cm/oru) Pour une représentation des usagers en psychiatrie digne de ce nom

Ou bien : 2013-05-15 (art/oru) La FNAPSY en préavis de faillite aiguille les gens en souffrance vers le Bureau santé mentale du ministère de la Santé

Sur Mediapart : http://blogs.mediapart.fr/edition/c…

Sur l’audition du CRPA et de l’Union nationale des GEM de France, notamment sur la question de la représentation des usagers en psychiatrie, par le député M. Denys Robiliard, cliquer sur ce lien.

Auteurs : A.B. - H.F.


Mail ouvert au député M. Denys Robiliard, 17 octobre 2013

Mail ouvert au député M. Denys Robiliard, en contre de certaines affirmations du Dr Christian Muller, lors d’une audition par la Mission d’information santé mentale et psychiatrie, le 17 octobre 2013, au matin
 
André Bitton, président du CRPA.

Pour M. le député Denys Robiliard, et ses attachées parlementaires.

Mail du 17 octobre 2013, 17h48.
 

Monsieur le député, chère madame,

Suite à notre bref entretien téléphonique de ce jour, 16h30, et à l’audition de ce matin par votre Mission Santé mentale et psychiatrie, du Dr Christian Muller, président de la Conférence des présidents des Commissions médicales d’établissements psychiatriques, disant en substance à un moment donné de son intervention, que son organisation n’instrumentalise certainement pas les usagers en se servant comme ils le font de la FNAPSY et de sa présidente, qui, telle que, leur est tellement utile … je tiens à apporter les précisions factuelles et historiques suivantes :

La FNAPSY ne représente les usagers en psychiatrie guère qu’officiellement, et par un montage passablement manipulatoire, étatique et institutionnel, en date de 1997, qui s’est cristallisé tel qu’il existe actuellement, en 2000. Plus précisément au premier meeting officiel et institutionnel de la FNAPSY le 25 février 2000, à la salle Laroque du Ministère de la santé. Meeting où, justement, j’avais été le seul à être applaudi chaleureusement par la salle, parce qu’intervenant de la salle, j’avais soutenu qu’il fallait mettre en avant des revendications des patients et anciens patients psy., et non étaler cet espèce de caramel mou compliant que servaient les dirigeants de la FNAPSY qui étaient en tribune, dont Mme Claude Finkelstein. J’étais intervenu ce jour-là en tant que militant du GIA, aux côtés de Philippe Bernardet, et d’autres membres du GIA de l’époque, quand la salle a pu intervenir.

Cette représentation des usagers en psychiatrie par la FNAPSY, se fait finalement de la même manière que la bourgeoisie dominante actuellement en place, qui est aussi celle qui dirige les média dominants (TF1, Canal +, France 2, M6 … etc), tient le haut du pavé, et maintient le menu peuple (dont je fais partie, d’ailleurs) au silence… sauf par exemple les faits divers ( ! ). C’est un peu de cette même manière que, tout particulièrement, la FNAPSY, et Mme Claude Finkelstein tenant la FNAPSY sous sa tutelle, ont été entretenus, à coups de millions d’euros de subventions depuis 2000, pour nous tenir au silence (nous : psychiatrisés dissidents, en désaccord), avec ses petits camarades et amis institutionnels, dont les présidents successifs de l’UNAFAM, de la conférences des présidents des CME … etc.

C’est également ainsi que les GEM (Groupes d’entraide mutuelle) ont été mis sur pieds … De sorte que ces GEM — la plupart sont institutionnels et ne sont pas dirigés par des patients ! —, servent aux institutions pour leur périphérie (les post-cures), et à quelques uns de leurs patients potiches et serviles, mais certainement pas à celles et ceux des patients et anciens patients — dont je fais partie ! — qui ont pu terriblement pâtir des aberrations du système psychiatrique tel qu’on le connaît encore de nos jours. Et de côté-ci de la barrière nous sommes fort nombreux !

Vous noterez que le mouvement auquel je me rattache a été exclu, depuis 1997, de toute représentation officielle et sombrement combattu, y compris par les pouvoirs de gauche, sous F. Mitterand, et sous L. Jospin.

Le gonflage artificiel de la FNAPSY à partir de 2000, avec des fonds publics distribués sans contrôle, et une reconnaissance univoque, de sorte d’une part à étouffer les voix dissidentes mais aussi pour que les mouvements d’usagers en psychiatrie restent sous-développés et tenus sous la botte institutionnelle … cet espèce de gonflage manipulatoire a été initié sous le premier mandat de J. Chirac et a été systématisé sous L. Jospin, en 2000.

Cette représentation des usagers en psychiatrie par la FNAPSY n’est guère qu’un artefact, une construction étatique et institutionnelle, sous la houlette et sous la botte de celles et ceux qui tiennent le pouvoir dans les institutions psychiatriques. Pouvoir que Mme Claude Finkelstein, pour la FNAPSY, sert de façon zélée.

Suite donc à cette audition de M. Christian Muller, comme d’ailleurs d’autres intervenants institutionnels qui ont pu se prévaloir de la représentation des usagers en psychiatrie seulement assurée par la FNAPSY, point, je vous demande de bien vouloir auditionner en tant que tels les mouvements d’usagers tels qu’ils existent en France, dont le nôtre, sur la question spécifique de la représentation des usagers en psychiatrie en France. Représentation qui est, actuellement, confisquée, au bénéfice de la seule FNAPSY, et sous des conditions de services rendus aux pouvoirs en place étatiques et institutionnels.

Dans l’attente d’une réponse de votre part.

Veuillez croire, monsieur le député, chère madame, en mes salutations dévouées.


Communiqué de la FNAPSY, sur la marginalisation de la représentation des patients psychiatriques dans la stratégie nationale de santé de la Ministre de la santé

Source (site du Psycom) : http://www.psycom.org/Actualites/No…
 

PDF - 119.1 ko
2013-10-22 Communiqué de la FNAPSY

Ci-joint le dernier communiqué de presse, du 22 octobre 2013, de Mme Claude Finkelstein pour le compte de la FNAPSY, sur la représentation des usagers en psychiatrie, issu du site du Psycom, rubrique « Des nouvelles des usagers ».

La tonalité de ce communiqué est dans cette expression habituellement plaintive de Mme Claude Finkelstein, qui lui permet de ne pas prendre en compte le fait qu’elle est, à titre principal, lourdement responsable de la carence de cette représentation des usagers en psychiatrie, avec sa gestion fermée et aberrante de la FNAPSY depuis 15 ans, d’où elle a exclu ou découragé progressivement pratiquement la plupart des compétences possibles. Une direction ouverte de la FNAPSY, si elle avait eu cours depuis 2000, permettant l’expression dans nos rangs d’une pluralité de porte parole compétents et spécialisés, aurait provoqué un dynamisme réel dans la représentation des usagers en psychiatrie en France. Mais il est vrai, semble-t-il, que tel n’était pas le propos aussi bien pour les décideurs en matière psychiatrique, qui ont préféré n’avoir qu’une représentation des usagers exsangue, que pour Mme Claude Finkelstein et ses proches …



Publications

Derniers articles publiés

Navigation

Articles de la rubrique

Agenda

<<

2020

 

<<

Février

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
272829303112
3456789
10111213141516
17181920212223
2425262728291
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Sur le Web

27 février - Requête devant la CEDH pour l'interdiction des armes mutilantes lors des manifestations

27 février - Thouars, 13 février 2020

26 février - Justice à bout de souffle : Magistrats, avocats, fonctionnaires de justice lancent la première journée nationale pour la justice

25 février - Mort d'un enfant en prison, ne l'acceptons pas !

20 février - Communiqué intersyndical : Tant qu'il le faudra !

18 février - Notre réponse à la garde des Sceaux à sa consternante missive aux magistrats et fonctionnaires de greffe

17 février - Observations du Syndicat de la magistrature devant l'Assemblée nationale sur le féminicide

17 février - Projet de loi relatif au parquet européen et à la justice pénale spécialisée : premiers pas vers une suppression du juge d'instruction ?

17 février - Une infirmière tuée à l'hôpital de Thouars (79). Premières réactions face à ce drame. « On est au bout du bout »

14 février - Manifestation à Paris des hôpitaux le 14 février

13 février - Communiqué de presse collectif pour le retrait du projet de décret sur l'open data

13 février - Soutien à l'équipe du CMMP de Poitiers et de la Vienne

10 février - APPEL USP : TOUS DANS LA RUE LE 14 FEVRIER 2020

10 février - Dr Gaël Nayt : soutien contre l'Ordre des médecins - Rassemblemenbt le 26 février à Paris

7 février - Extractions judiciaires : notre état des lieux !

6 février - Préavis de grève pour le 14 février 2020

6 février - Avis relatif à l’accès à internet dans les lieux de privation de liberté

3 février - Printemps de la psychiatrie : Psychiatrie, nouvelle offensive contre les citoyens... faisons-les battre en retraite !

3 février - 35e congrès de l'USP : Former déformer reformer, les 20, 21 et 22 mars à Paris 14e

30 janvier - CEDH 30 janvier 2020 condamnation de la France

30 janvier - Surpopulation carcérale : condamnation de la France par la Cour européenne des droits de l’homme

27 janvier - Mobilisation contre la réforme des retraites : ne nous trompons pas de combat

27 janvier - A ne pas manquer : deux clips sur la psychiatrie telle qu'elle est et ne devrait pas être !

22 janvier - Tribune inter organisations pour la défense de l'hôpital public, des établissements de Santé et d'Action Sociale

22 janvier - Les violences interpersonnelles dans les lieux de privation de liberté