2013-06-12 (jp/jpj/ca) C.A. Versailles • Mainlevée d’une réintégration au motif, entre autre, que l’examen somatique obligatoire n’avait pas été réalisé

• Pour citer le présent article : http://goo.gl/8cXaa ou http://psychiatrie.crpa.asso.fr/351

Document du mercredi 12 juin 2013
Article mis à jour le 25 août 2019

Sur un précédent jurisprudentiel en matière de SDRE (soins sur décision du représentant de l’État) : 2012-09-18 (jpj/tgi/jld/cn/cm) JLD de Perpignan • Mainlevée pour défaut d’arrêté préfectoral de réadmission.

Sur la décision du Conseil constitutionnel du 20 avril 2012 sur QPC du CRPA, cliquer sur ce lien.

Auteurs : A.B. - H.F.


Commentaire pour le CRPA.

PDF - 212.9 ko
2013-06-12 Ordonnance de mainlevée d’une réintégration sous mesure de SDT de la Cour d’appel de Versailles

Ci-joint une ordonnance de mainlevée d’une réintégration en hospitalisation contrainte à temps complet, sur mesure de soins sur demande d’un tiers, prise le 12 juin 2013, par la déléguée du premier président de la Cour d’appel de Versailles.

La mainlevée est accordée, sur un argumentaire de Me Gaëlle Soulard, avocate au Barreau de Versailles, au motif :

— que, d’une part, la réintégration en internement à temps complet, en date du 27 avril, n’a prêté lieu à un certificat médical d’un psychiatre de l’établissement que deux jours après cette réadmission, soit le 29 avril ;

— et, d’autre part, qu’un examen somatique devait obligatoirement avoir lieu dans les 24 heures après la réadmission de la patiente (cf. le 2e paragraphe de l’article L. 3211-2-2 du code de la santé publique), soit le 28 avril. Ce même examen somatique à 24 heures n’ayant pas eu cours.
 
Or, d’après la décision sur QPC du Conseil constitutionnel du 20 avril 2012 , une réintégration en hospitalisation sans consentement à la suite d’un programme de soins, refait partir le système à zéro, et rouvre le droit d’accès à un juge de contrôle et à une défense, mais donc aussi - comme il est jugé en l’espèce - à un examen somatique obligatoire dans le délai de 24 heures.

On observe au surplus que la mainlevée complète est ordonnée "Vu les exceptions" (de nullité). A notre connaissance, c’est la première fois que le défaut d’examen somatique obligatoire dans le délai de 24 heures est ainsi sanctionné par une mainlevée.
 

Citation du considérant 12 de la décision du Conseil constitutionnel du 20 avril 2012 sur QPC du CRPA :

" (…) 12. Considérant qu’il résulte de ces dispositions qu’en permettant que des personnes qui ne sont pas prises en charge en « hospitalisation complète » soient soumises à une obligation de soins psychiatriques pouvant comporter, le cas échéant, des séjours en établissement, les dispositions de l’article L. 3211-2-1 n’autorisent pas l’exécution d’une telle obligation sous la contrainte ; que ces personnes ne sauraient se voir administrer des soins de manière coercitive ni être conduites ou maintenues de force pour accomplir les séjours en établissement prévus par le programme de soins ; qu’aucune mesure de contrainte à l’égard d’une personne prise en charge dans les conditions prévues par le 2° de l’article L. 3211-2-1 ne peut être mise en œuvre sans que la prise en charge ait été préalablement transformée en hospitalisation complète ; que, dans ces conditions, le grief tiré de la violation de la liberté individuelle manque en fait (…)".


Mail de Me Gaëlle Soulard, jeudi 13 juin 2013.

Monsieur,

Je vous prie de trouver, ci-joint, une ordonnance de mainlevée de soins psychiatriques à la demande de tiers prise par le Premier Président de la Cour d’Appel de Versailles dans le cadre d’une réintégration, au motif qu’il n’est pas justifié d’un examen somatique complet de la patiente dans les vingt-quatre heures de sa réintégration.

Je vous en souhaite bonne réception.

Votre Bien dévoué.

Maître Gaëlle Soulard.
Avocate à la Cour, inscrite au Barreau de Versailles.



Publications

Derniers articles publiés

Agenda

<<

2019

>>

<<

Janvier

>>

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
31123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031123
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Sur le Web

14 février - Manifestation à Paris des hôpitaux le 14 février

13 février - Communiqué de presse collectif pour le retrait du projet de décret sur l'open data

13 février - Soutien à l'équipe du CMMP de Poitiers et de la Vienne

10 février - APPEL USP : TOUS DANS LA RUE LE 14 FEVRIER 2020

10 février - Dr Gaël Nayt : soutien contre l'Ordre des médecins - Rassemblemenbt le 26 février à Paris

7 février - Extractions judiciaires : notre état des lieux !

6 février - Préavis de grève pour le 14 février 2020

6 février - Avis relatif à l’accès à internet dans les lieux de privation de liberté

3 février - Printemps de la psychiatrie : Psychiatrie, nouvelle offensive contre les citoyens... faisons-les battre en retraite !

3 février - 35e congrès de l'USP : Former déformer reformer, les 20, 21 et 22 mars à Paris 14e

30 janvier - CEDH 30 janvier 2020 condamnation de la France

30 janvier - Surpopulation carcérale : condamnation de la France par la Cour européenne des droits de l’homme

27 janvier - Mobilisation contre la réforme des retraites : ne nous trompons pas de combat

27 janvier - A ne pas manquer : deux clips sur la psychiatrie telle qu'elle est et ne devrait pas être !

22 janvier - Tribune inter organisations pour la défense de l'hôpital public, des établissements de Santé et d'Action Sociale

22 janvier - Les violences interpersonnelles dans les lieux de privation de liberté

21 janvier - Le 1er février, fêtons les 75 ans de l'ordonnance de 1945 !

21 janvier - Représentants à la Commission d'avancement

17 janvier - Projet de suppression de conseils de prud'hommes : notre lettre ouverte à la ministre

15 janvier - Ethique à Christomaque

14 janvier - Une lettre de notre collègue Claude Schauder en défense de la psychanalyse

10 janvier - Notre recours devant le Conseil d'Etat contre le décret du 11 décembre 2019 réformant la procédure civile

10 janvier - L'heure est grève

7 janvier - Notre appel à la grève pour le 9 janvier

3 janvier - L'USP répond à la députée Martine Wonner qui demande l'interdiction de la psychanalyse