2013-03-29 (jp/ca) Le président de la Cour d’appel de Versailles donne mainlevée d’une SDT, au motif, entre autre, qu’aucun certificat médical de situation n’était porté au dossier depuis plus de 15 jours

• Pour citer le présent article : http://goo.gl/kzHor ou http://psychiatrie.crpa.asso.fr/333

Document du vendredi 29 mars 2013
Article mis à jour le 28 avril 2013

Du même cabinet d’avocats, sur notre site, cf. : 2013-01-04 (jpj/tgi/jld) Le juge des libertés et de la détention de Versailles ordonne le même jour, lors d’une audience de contrôle obligatoire, la mainlevée de trois internements différents, sur des illégalités substantielles.


PDF - 109.5 ko
2013-03-29 Ordonnance de mainlevée d’une SDT par le président de la Cour d’appel de Versailles

Trouvez en pièce jointe, une ordonnance de mainlevée d’une SDT (mesure de soins sur demande d’un tiers), prise par le premier président de la Cour d’appel de Versailles, le 29 mars 2013. Me Raphaël Mayet, qui a obtenu cette ordonnance a joint un court commentaire que vous trouvez en suite de ce mail. Le dernier certificat médical de ce dossier remontait au 7 mars 2013, le juge des libertés et de la détention avait statué en première instance dans ce dossier le 13 mars 2013. Aucun élément médical actualisé n’a été versé au dossier au-delà de ce certificat médical du 7 mars courant. Cette absence sert d’argument à la mainlevée, point à noter.

Vous observerez que la personne dont il s’agit est placée au long cours dans un foyer médicalisé gérontologique et médico-social ; que nombre de ces personnes placées dans de telles structures n’ont pas l’âge de la retraite, alors qu’il s’agit souvent de maisons de retraite médicalisées ; et qu’elles n’ont pas non plus une atteinte psychiatrique telle qu’un placement hors milieu ordinaire soit nécessaire. Les difficultés au relogement, la stigmatisation sur le passif psychiatrique, mais aussi l’incurie et la cruauté de certaines équipes psychiatriques, comme de certains services sociaux municipaux, font le reste.

A.B. et H.F., pour le CRPA,
 

Mail de Me Mayet du 4 avril 2013, au CRPA :

Monsieur,

Vous trouverez, ci-joint, une intéressante décision rendue par le Premier Président de la Cour d’Appel de Versailles ordonnant la mainlevée de l’hospitalisation complète au motif notamment qu’aucun élément médical postérieur à l’audience de première instance n’avait été fourni à la Cour.

Je vous prie de croire, Monsieur, à l’assurance de mes sentiments les meilleurs.

Raphaël MAYET.



Publications

Derniers articles publiés

Navigation

Agenda

<<

2017

 

<<

Février

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
303112345
6789101112
13141516171819
20212223242526
272812345
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Sur le Web

23 février - 25éme rencontre des Psy causent

22 février - Festival Divers d’hiver divergents

20 février - Bref compte rendu de l'audition concernant le bilan de la loi 2013 sur les soins psychiatriques sans consentement

20 février - Les soins sans consentement en psychiatrie : bilan après quatre années de mise en œuvre de la loi du 5 juillet 2011

19 février - APPEL DES PSYCHIATRES ET MEDECINS DU CH LE VINATIER BRON

17 février - Exigence 1 : Pour une justice indépendante

17 février - Dix exigences pour la justice en 2017

17 février - Majorité pénale à seize ans. Non, être un enfant n'est pas une excuse mineure !

17 février - Prochains conseils nationaux : dimanche 9 avril, 21 mai et 25 juin 2017

17 février - Réunion publique le 24 mars 2017 à Poitiers - MIGRANTS : SOLIDARITE ! Hospitalité pour les migrants

16 février - Ordonnance n° 2017-192 du 16 février 2017 relative à l'adaptation des dispositions législatives relatives aux ordres des professions de santé | Legifrance

16 février - Rapport au Président de la République relatif à l'ordonnance n° 2017-192 du 16 février 2017 relative à l'adaptation des dispositions législatives relatives aux ordres des professions de santé | Legifrance

15 février - Article de Libération du 15 février 2017 : Les chiffres affolants des soins psy sans consentement

14 février - Appel à la Grève Nationale du 7 mars 2017 pour la Défense du Service Public de Santé, du Secteur Médico-Social et contre les Politiques d'Austérité

14 février - Prescription pénale : les bonnes intentions ne font pas une bonne législation