2013-03-04 (jpj/ca/cn/cm) La Cour d’appel de Paris ordonne la mainlevée d’une mesure de programme de soins SDRE, au motif que le JLD d’Evry n’avait pas statué dans le délai de 12 jours

• Pour citer le présent article : http://goo.gl/4ogPC ou http://psychiatrie.crpa.asso.fr/322

Document du lundi 4 mars 2013
Article mis à jour le 26 octobre 2018

Arrêt de la Cour de cassation du 27 juin 2018 sur ce point, cliquer sur ce lien

Sur un motif de mainlevée de soins sur décision du représentant de l’État, connexe : 2012-08-03 (jpj/ca/cn/cm) C.A. Paris • Mainlevée d’une SDRE sur fugue pour tardiveté de la saisine du JLD.

De la même avocate, cf. : 2013-02-15 (jpj/tgi/jld) JLD Paris • Ordonnances de mainlevée de SDTU obtenues par une avocate de permanence .

Auteurs : H.F. - A.B.


PDF - 223.6 ko
2013-03-04 Ordonnance de mainlevée d’une SDRE par le premier président de la Cour d’appel de Paris

En pièce jointe une belle ordonnance de mainlevée, par la Cour d’appel de Paris le 4 mars 2013, d’une mesure de programme de soins sous mesure de soins sur décision du représentant de l’État (SDRE), qui s’éternisait depuis une mainlevée de l’internement à temps complet ordonné par le juge des libertés et de la détention d’Evry, le 24 aout 2012. Le requérant saisit de nouveau le juge des libertés et de la détention, cinq mois plus tard, le 30 janvier 2013. Sa requête est rejetée. Il fait appel. Il se trouve que Me Marie-Laure Mancipoz, du barreau de Paris, hérite de ce dossier en étant commise d’office, et qu’elle conclut en argumentant valablement de sorte d’obtenir cette mainlevée.

Celle-ci est accordée au motif que le juge des libertés et de la détention d’Evry, avait dépassé le délai réglementaire de 12 jours, à dater de l’enregistrement de la requête, qui lui était imparti pour statuer sur la demande de mainlevée, en violation de l’article R 3211-16 du décret n°2011-846, du 18 juillet 2011, relatif à la procédure judiciaire de mainlevée ou de contrôle des mesures de soins psychiatriques (décret d’application de la loi du 5 juillet 2011 sur les soins sans consentement). La mainlevée était donc acquise d’office dés la première instance. Il est ainsi revenu à la Cour d’appel de Paris de prononcer une mainlevée de programme de soins qui aurait dû l’être par le juge des libertés et de la détention d’Evry.

En pratique la requête de l’intéressé était parvenue un 31 janvier 2013 au greffe du juge des libertés et de la détention d’Evry. Ce greffe, sans enregistrer cette requête le jour même, la dérivait vers le service civil du parquet le lendemain 1er février, qui lui-même ne ré-adressait cette requête au juge des libertés et de la détention, que le 5 février 2013, date à laquelle cette requête était enregistrée. Cet enregistrement, avec 5 jours de retard, étant censé être la date de départ du délai de procédure. Me Mancipoz, dans ses conclusions, soulève l’irrégularité de la procédure suivie, en argumentant que l’enregistrement de la requête aurait dû avoir lieu le 31 janvier 2013, le juge des libertés et de la détention devant dés lors statuer le 12 février 2013 au plus tard. Or, ce même juge d’Evry n’avait statué dans cette affaire que le 13 février 2013, en rejetant la demande de mainlevée de la mesure de programme de soins contraints sous SDRE (soins sur décision du représentant de l’État). Son ordonnance était donc irrégulière.

Au surplus, les éléments au dossier n’établissaient pas, au fond, que le maintien d’une mesure de soins sur décision du représentant de l’État avec programmes de soins, était justifié.

Il s’agit donc d’une décision qui enrichit nos jurisprudences, et qui tend à prouver que même sur la juridiction de Paris qui connaît, sur ce terrain, une situation tendue où il n’y a pratiquement que des maintiens ordonnés dans les contrôles obligatoires, ou des rejets des demandes de mainlevée, la situation peut aussi avancer, moyennant des arguments fouillés et détaillés.



Publications

Derniers articles publiés

Agenda

<<

2020

 

<<

Janvier

>>

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
303112345
6789101112
13141516171819
20212223242526
272829303112
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Sur le Web

14 février - Manifestation à Paris des hôpitaux le 14 février

13 février - Communiqué de presse collectif pour le retrait du projet de décret sur l'open data

13 février - Soutien à l'équipe du CMMP de Poitiers et de la Vienne

10 février - APPEL USP : TOUS DANS LA RUE LE 14 FEVRIER 2020

10 février - Dr Gaël Nayt : soutien contre l'Ordre des médecins - Rassemblemenbt le 26 février à Paris

7 février - Extractions judiciaires : notre état des lieux !

6 février - Préavis de grève pour le 14 février 2020

6 février - Avis relatif à l’accès à internet dans les lieux de privation de liberté

3 février - Printemps de la psychiatrie : Psychiatrie, nouvelle offensive contre les citoyens... faisons-les battre en retraite !

3 février - 35e congrès de l'USP : Former déformer reformer, les 20, 21 et 22 mars à Paris 14e

30 janvier - CEDH 30 janvier 2020 condamnation de la France

30 janvier - Surpopulation carcérale : condamnation de la France par la Cour européenne des droits de l’homme

27 janvier - Mobilisation contre la réforme des retraites : ne nous trompons pas de combat

27 janvier - A ne pas manquer : deux clips sur la psychiatrie telle qu'elle est et ne devrait pas être !

22 janvier - Tribune inter organisations pour la défense de l'hôpital public, des établissements de Santé et d'Action Sociale

22 janvier - Les violences interpersonnelles dans les lieux de privation de liberté

21 janvier - Le 1er février, fêtons les 75 ans de l'ordonnance de 1945 !

21 janvier - Représentants à la Commission d'avancement

17 janvier - Projet de suppression de conseils de prud'hommes : notre lettre ouverte à la ministre

15 janvier - Ethique à Christomaque

14 janvier - Une lettre de notre collègue Claude Schauder en défense de la psychanalyse

10 janvier - Notre recours devant le Conseil d'Etat contre le décret du 11 décembre 2019 réformant la procédure civile

10 janvier - L'heure est grève

7 janvier - Notre appel à la grève pour le 9 janvier

3 janvier - L'USP répond à la députée Martine Wonner qui demande l'interdiction de la psychanalyse