2012-09-18 (jpj/tgi/jld/cn/cm) Internement illégal (loi du 5 juillet 2011) — Le juge des libertés et de la détention de Perpignan lève un internement en S.D.R.E. (ex-H.O.) à temps complet : l’interné, qui était sous programme de soins, avait été réadmis en internement sans que l’autorité préfectorale ne prenne préalablement une décision de réintégration

• Pour citer le présent article : http://goo.gl/Dx8b8 ou http://psychiatrie.crpa.asso.fr/265

Document du mardi 18 septembre 2012
Article mis à jour le 10 février 2015
par  CRPA

Sur la décision du Conseil constitutionnel sur QPC du CRPA du 20 avril 2012, voir notre chapitre - dossier, en cliquant sur ce lien.

Ou bien aussi notre article suivant : 2012-07-16 (jpa/ref/ce/sasc) Loi du 5 juillet 2011 — Pour le Conseil d’état, la contestation des traitements lors des mesures de contrainte psychiatrique (programmes de soins inclus), relève de la compétence de la juridiction judiciaire


PDF - 1.6 Mo
2012-09-18 Ordonnance de mainlevée du JLD de Perpignan

En pièce jointe une ordonnance intéressante du Juge des libertés et de la détention de Perpignan (Pyrénées-Orientales), du 18 septembre dernier, donnant mainlevée d’une mesure de soins sur décision du représentant de l’État (S.D.R.E.), en hospitalisation complète sur réintégration, selon les trois moyens suivants, dont le premier est, à ma connaissance, un moyen nouveau :

  • 1. — L’interné a été réintégré en S.D.R.E. (soins sur décision du représentant de l’État), à temps complet le 6 septembre dernier, alors qu’il était sous programmes de soins sans consentement.
     
    Mais cela sans que l’autorité préfectorale ait pris, préalablement à son transfert autoritaire au CH de Thuir, un arrêté de réadmission. Cet arrêté préfectoral de réintégration en internement contraint à temps complet n’est intervenu que le lendemain, soit le 7 septembre 2012, en violation de l’article L. 3211-2-1 du code de la santé publique tel que lu par le Conseil constitutionnel dans sa décision QPC du 20 avril 2012, sur requête du CRPA.
     
    En effet, dans le cadre de cette QPC, les juges constitutionnels ont considéré qu’aucune mesure de contrainte à l’égard d’une personne soumise à un programme de soins ambulatoires, ne pouvait être exercée sans que la prise en charge ait été préalablement transformée en hospitalisation contrainte à temps complet… Le JLD de Perpignan considère que la violation de cette disposition rappelée par la décision QPC du 20 avril 2012, justifie qu’il soit donné mainlevée de la mesure d’internement.
     
  • 2. — Le Juge des libertés et de la détention considère, au surplus, qu’il ne résulte pas des derniers certificats et avis médicaux produits, que les troubles mentaux de l’interné compromettent (au présent) la sûreté des personnes ou portent atteinte de façon grave à l’ordre public, et qu’en conséquence les critères légaux de la S.D.R.E. (ex-H.O.) ne sont plus remplis.
     
  • 3. — En dernier lieu, le Juge des libertés et de la détention considère que la famille de l’interné peut lui prodiguer une prise en charge de type familiale, et mettre en œuvre si besoin une mesure de SDT (soins sur demande d’un tiers).
     
    Le premier de ces trois moyens est incontestablement original et met en œuvre un aspect important de la décision du Conseil constitutionnel du 20 avril 2012, sur QPC du CRPA : les programmes de soins ne peuvent être exercés sous contrainte, quoiqu’il s’agisse de soins obligatoires, cela à peine de mainlevée d’une réintégration qui violerait ce principe de l’absence de contrainte dans la mise en œuvre de ces programmes de soins.
     
    Cette ordonnance a été emportée par Me Laurent Friouret, du barreau de Castres (Tarn).


Publications

Derniers articles publiés

Agenda

<<

2019

 

<<

Septembre

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
2627282930311
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
30123456
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Sur le Web

19 septembre - Qui est responsable de la catastrophe ?

16 septembre - La justice, ça n'est pas que pour les autres

13 septembre - Par-delà les différences de nos statuts et de nos exercices, notre combat pour le droit à une retraite fiable, digne et solidaire est le même !

13 septembre - Ensemble à Paris le 16 septembre prochain pour un système de retraite juste et solidaire !

13 septembre - Bien accueillir, ça urge !

12 septembre - Observer l’action de la police et de la gendarmerie est un droit! Soutien à Camille Halut

11 septembre - INDÉPENDANCE DES INSPECTEURS DU TRAVAIL LES ENTRAVES NE DOIVENT PAS ÊTRE PASSÉES SOUS SILENCE !

5 septembre - 33es Journées de l'Association méditerranéenne de psychothérapie institutionnelle (AMPI), à Marseille le 17 et 18 octobre 2019

2 septembre - Nous ne battrons pas en retraite ! Ensemble à Paris le 16 septembre prochain pour un système de retraite juste et solidaire !

29 août - Défense de l'AME, accès inconditionnel aux soins des migrants

21 août - Le « Guide du manifestant arrêté » mis à jour (août 2019)

21 août - Le « Guide du manifestant arrêté » mis à jour (août 2019)

29 juillet - Fichage des mineur·es isolé·es : le Conseil Constitutionnel ne reconnaît pas l’atteinte à l’intérêt supérieur de l’enfant

26 juillet - Observations devant la mission parlementaire d'information sur le secret de l'enquête et de l'instruction

26 juillet - Fusion/spécialisation des juridictions : notre courrier à la garde des Sceaux

24 juillet - Le parquet selon l'exécutif : « en ligne et à l'aise » avec le pouvoir, mais « indépendant » quand ça dérape

22 juillet - Postes de psychiatres disponibles à l'hôpital Edouard Toulouse de Marseille

19 juillet - Réforme des retraites : pas si simple et plus injuste!

19 juillet - Publication de rapports de visite

18 juillet - Réforme de l’assurance-chômage : une reprise en main de fer par l’Etat conduisant à une précarisation inacceptable des plus fragiles

18 juillet - La marchandisation du cerveau

18 juillet - A pourvoir : poste de psychiatre au Samu social de Paris

18 juillet - BAREME MACRON : UN AVIS… MAIS PAS UN COUP D’ARRET

15 juillet - Vers un renouveau du soin psychique - Soirée débat le 25 juillet 2019 à Aix en Provence

11 juillet - Après les élections