2022-08-30 (Témoignage) "Les patients sont présumés malades"

• Pour citer le présent article : https://psychiatrie.crpa.asso.fr/826

Document du mardi 30 août 2022
Article mis à jour le 11 septembre 2022
par  A.B.

tem : Témoignages

2020-05-12 La cruauté en psychiatrie, parlons-en !

Pour retrouver cet article sur l’édition participative Les contes de la folie ordinaire, de Mediapart, cliquer sur ce lien


Témoignage reçu le 30/08/2022.

PDF - 16.3 ko
2022-08-30 Témoignage.

Le but est d’amener le patient a une coopération optimale aux soins imposés, cette coopération étant un gage de « bonne conduite », en utilisant la répression et la restriction des libertés ici considérées comme des soins qui « bénéficient » aux patients.

L’observation constante du patient ainsi que la notification de tous ses faits et gestes, sans vérification de la véracité des informations relatées, permet de pouvoir justifier a posteriori la prise en otage des droits du patient et de maintenir sur la durée une mesure de contrainte censée être provisoire.

Le médecin s’assure du soutien de l’entourage du patient. Il est épaulé par une équipe entièrement dévouée qui ne remettra jamais frontalement en cause ses directives. Les ordres venus d’en haut sont exécutés machinalement par un personnel soignant dénué d’empathie et de compassion.

Le médecin référent bénéficie d’un ascendant sans limites sur son patient. Il s’agit clairement d’un rapport de domination/soumission qui lui donne les pleins pouvoirs pour une durée indéterminée.

Le cadre de la loi est insuffisamment protecteur et les rares contrôles se fondent quasi uniquement sur la base du/des certificats médicaux. Un tel déséquilibre ne peut être que malsain et faciliter les abus. Contrairement au prévenu qui est présumé innocent, le patient est présumé malade. Quand le doute bénéficie à l’accusé il est un élément à charge pour le malade.

Ainsi certaines mesures sont prolongées a priori pour des questions de facilité de prise en charge et pour s’assurer de la « coopération » du patient dans le cas où celui-ci jugerait les soins inappropriés et souhaiterait participer à l’élaboration de sa prise en charge.

En plus d’enfermer, d’isoler, d’humilier et de déshumaniser le patient, le psychiatre crée souvent un contentieux avec l’entourage en insistant auprès d’un tiers pour que celui-ci consente une mesure de soins sur demande d’un tiers (SDT) profitant de la détresse et du sentiment d’impuissance de ceux-ci face aux problématiques de leur proche, dans le but de faciliter et de réduire les démarches administratives et les garanties nécessaires à l’hospitalisation sous contrainte.

Dans bien des cas le patient est amené à se couper de l’entourage et se développent ranœur et incompréhension mutuelles. Il se retrouve alors encore plus isolé et vulnérable. Il se sent abandonné de tous, de la justice, et de ses proches.

La phrase qui revient régulièrement : "c’est pour ton bien", est l’argument principal avancé par l’entourage du patient et l’équipe médicale. Elle semble être le symptôme d’un aveuglement collectif visant à se rassurer sur le bien-fondé et la nécessité d’une telle mesure aussi traumatisante soit-elle pour la personne. Un autre argument qui vient renforcer cette auto -conviction est que c’est « la seule solution ».

C’est ainsi qu’on retrouve en hôpital psychiatrique des gens aux pathologies très diverses qui n’ont rien à faire ensemble mais qui ont été mis là par défaut, après une errance et/ou des échecs thérapeutiques. On peut y retrouver majoritairement des personnes psychotiques, schizophrènes, délirantes, borderline, démentes etc. Mais aussi des personnes dépressives ou souffrant de troubles de la conduite alimentaire (TCA) qui se retrouvent dans un environnement très anxiogène et insécurisant pour elles.

Une fois en HP vous êtes étiqueté comme « fou » quel que soit le degré de folie. Une personne saine d’esprit peut ainsi se retrouver à côtoyer des personnes gravement atteintes ayant des trajectoires personnelles particulièrement sombres. Tout va être fait pour l’associer et la convaincre qu’elle est elle-même définitivement atteinte.

Parler de soins sous de pareils augures tient de la gageure.



Sur le Web

23 septembre - Préavis de grève du 29 septembre 2022

20 septembre - Les psychologues unis dans la lutte !

12 septembre - Printemps de la psychiatrie : Soutien à la lettre écrite par les patients d’une Unité pour Malades Difficiles

18 juillet - Les USIP : les symptômes de la dérive d’une psychiatrie sans boussole

18 juillet - Publication de rapports de visite

13 juillet - Recommandations en urgence relatives au centre pénitentiaire de Bordeaux-Gradignan (Gironde)

8 juillet - Souffrez et déprimez en paix, bonnes gens, le néolibéralisme veille…

7 juillet - L’intimité au risque de la privation de liberté

5 juillet - Pas question de gagner plus pour travailler aussi mal !

5 juillet - Constat et revendications en conséquence de l’USP

1er juillet - Suite à la grève du 28 juin 2022…

1er juillet - JIM.fr – La psychiatrie hospitalière dans la rue pour alerter sur un « effondrement proche »

27 juin - Cet été, il n’y a pas que les services d’urgences qui risquent de fermer…

2 juin - Rapport d’activité 2021

17 mai - Publication de rapports de visite

17 mai - liberté d'association et Conseil d'Etat

6 mai - Responsabilité pour faute du CH pour défaut de surveillance (2h sans surveillance), à la suite du décès par asphyxie d'un résident d'EHPAD ayant fait l'objet d'une mesure de contention ventrale.

4 mai - Décret du 25 avril 2022 précisant les dispositions de procédure pénale relatives à la responsabilité pénale en cas de trouble mental [communiqué]

3 mai - Avis relatif à l’interprétariat et à la compréhension des personnes privées de liberté

1er mai - 1er mai 2022: entrée en vigueur du premier code pénitentiaire