2022-08-18 (Le Monde) "La Chine continue d’envoyer des opposants en hôpitaux psychiatriques contre leur gré"

• Pour citer le présent article : https://psychiatrie.crpa.asso.fr/825

Document du jeudi 18 août 2022

par  A.B.

2017-03-22 - Volet psychiatrie du rapport 2016 du CGLPL

2017-10-13 - La Rapporteure spéciale des nations-unies sur le handicap charge la France sur sa politique du handicap

2017-10-04 Une alerte internationale est demandée sur la France du fait des dérives de son système psychiatrique


Des lois étaient supposées avoir mis fin à ces détentions arbitraires. Une ONG montre que ce système perdure : elle a identifié 99 victimes, hospitalisées entre 2013 et 2021.

Le Monde - Publié le 18/08/2022 - Par Frédéric Lemaître (Pékin, correspondant)

Source : cliquer sur ce lien

Dans la Chine maoïste, les opposants envoyés par l’État en hôpital psychiatrique portaient un nom : « ceux que l’on rend mentalement malades ». Le système avait même été institutionnalisé en 1988 avec la création des « ankang », des hôpitaux psychiatriques directement gérés par le ministère de la sécurité publique. Toutefois, des lois promulguées en 2012 et en 2013 sur les droits des malades étaient supposées avoir mis fin à ces détentions arbitraires. Il n’en est rien.

Un rapport de l’ONG Safeguard Defenders, publié le 16 août, montre non seulement que ces enfermements d’opposants en dehors de toute procédure judiciaire existent toujours, mais que nombre d’hôpitaux psychiatriques gérés par le ministère de la santé participent à ce système contraire au droit chinois et international. L’ONG, installée à Madrid, a identifié 99 victimes, hospitalisées contre leur gré entre 2013 et 2021 dans 109 hôpitaux répartis dans plus de 20 provinces. Elles ne sont que « la partie émergée de l’iceberg », affirme l’ONG.

Lire aussi (2002) : Article réservé à nos abonnés La Chine s’inspire de l’URSS en psychiatrie à caractère politique

Parmi les victimes identifiées, 14 sont des militants politiques et 80 de simples pétitionnaires : des Chinois sans engagement politique, mais qui ont un jour osé se plaindre d’une injustice ou d’un fait de corruption. Soixante-dix n’ont subi qu’une seule hospitalisation et, dans la majorité des cas, celle-ci a duré moins de six mois. Mais certains sont des « multihospitalisés » et restent enfermés plusieurs années. Ainsi, le cauchemar de Jiang Tianlu a débuté en 2004, quand cet homme a dénoncé les officiels qui avaient battu son père à mort – et en public – après que celui-ci eut dénoncé leur corruption. Depuis, Jiang Tianlu ne sait même plus exactement combien d’hospitalisations il a subies. Sans doute sept. La dernière est intervenue en janvier 2021. Il a été arrêté alors qu’il accompagnait sa fille de 7 ans à l’école. Jiang Tianlu affirme avoir été attaché à son lit, battu et drogué à son insu.

Lire aussi la tribune : Article réservé à nos abonnés « Il est temps de comprendre que la dictature chinoise représente une menace pour la paix dans le monde »

« Aucune date de sortie »

Le record d’hospitalisations revient sans doute à Gu Xianghong, une femme internée à une vingtaine de reprises depuis 1999 après avoir été battue par la police. Plusieurs témoignages font état d’électrochocs et d’autres formes de torture. C’est ce qu’aurait subi Dong Yaoqiong ; cette jeune fille vivant à Shanghaï a, en juillet 2018, jeté de l’encre sur un portrait du président Xi Jinping et dénoncé la « dictature » chinoise sur les réseaux sociaux. Arrêtée, elle restera enfermée dans un hôpital psychiatrique jusqu’en novembre 2019. Selon son père, elle en est ressortie souffrant d’une forme de démence due aux médicaments antipsychotiques prescrits par l’hôpital. De nouveau hospitalisée en mai 2020, elle en sort deux mois plus tard, encore plus malade, ayant perdu le contrôle de son système urinaire et souffrant de terreurs nocturnes. Selon Safeguard Defenders, son père a indiqué en février 2021 que la jeune femme a de nouveau été hospitalisée et le serait encore aujourd’hui.

Lire aussi : Article réservé à nos abonnés « Xinjiang Police Files » : révélations sur la machine répressive chinoise contre les Ouïgours

D’autres cas sont moins connus. Zeng Jiping, lui, a été interné en 2017 pendant près de deux ans pour avoir dénoncé le refus de la police locale d’enquêter sur un vol commis à son domicile. Afficher son soutien à des opposants sur les réseaux sociaux peut également valoir un séjour en hôpital psychiatrique, de quelques semaines à quelques mois, avec la plupart du temps les mêmes sévices : isolement, immobilité contrainte, injection forcée de médicaments, électrochocs. « Le pire est qu’il n’y a aucune date de sortie. Vous pouvez y être pour vingt ou trente ans », témoigne le militant Song Zaimin.

Sans lien direct avec la publication de cette étude, les ambassades de France et d’Allemagne en Chine ont organisé conjointement, le 11 août, la projection d’un documentaire réalisé par l’ONG China Change intitulé Les Défenseurs, vingt ans d’avocats des droits humains en Chine. Ce film rappelle la répression qui n’a cessé de s’abattre sur les avocats qui, croyant à la démocratisation pacifique de la Chine, ont tenté, durant une quinzaine d’années, de défendre les pétitionnaires. Ce mouvement a quasiment pris fin après l’arrestation, en juillet 2015, de plusieurs centaines d’avocats qui, par la suite, ont souvent perdu leur permis d’exercer.

Lire aussi (2015) : Article réservé à nos abonnés Pékin réduit au silence les avocats « agitateurs »



Sur le Web

27 septembre - Soins psychiques en voie d’exécution

23 septembre - Préavis de grève du 29 septembre 2022

20 septembre - Les psychologues unis dans la lutte !

12 septembre - Printemps de la psychiatrie : Soutien à la lettre écrite par les patients d’une Unité pour Malades Difficiles

18 juillet - Les USIP : les symptômes de la dérive d’une psychiatrie sans boussole

18 juillet - Publication de rapports de visite

13 juillet - Recommandations en urgence relatives au centre pénitentiaire de Bordeaux-Gradignan (Gironde)

8 juillet - Souffrez et déprimez en paix, bonnes gens, le néolibéralisme veille…

7 juillet - L’intimité au risque de la privation de liberté

5 juillet - Pas question de gagner plus pour travailler aussi mal !

5 juillet - Constat et revendications en conséquence de l’USP

1er juillet - Suite à la grève du 28 juin 2022…

1er juillet - JIM.fr – La psychiatrie hospitalière dans la rue pour alerter sur un « effondrement proche »

2 juin - Rapport d’activité 2021

17 mai - Publication de rapports de visite

17 mai - liberté d'association et Conseil d'Etat

6 mai - Responsabilité pour faute du CH pour défaut de surveillance (2h sans surveillance), à la suite du décès par asphyxie d'un résident d'EHPAD ayant fait l'objet d'une mesure de contention ventrale.

4 mai - Décret du 25 avril 2022 précisant les dispositions de procédure pénale relatives à la responsabilité pénale en cas de trouble mental [communiqué]

3 mai - Avis relatif à l’interprétariat et à la compréhension des personnes privées de liberté

1er mai - 1er mai 2022: entrée en vigueur du premier code pénitentiaire