2020-10-16 - La Marseillaise - Affaire Cédric Fusina : après la psychiatrie, la prison ?

• Pour citer le présent article : https://psychiatrie.crpa.asso.fr/779

Document du dimanche 18 octobre 2020
Article mis à jour le 21 octobre 2020
par  A.B.

Sur cette affaire : 2020-02-19 " Harcèlement moral : la femme du capitaine Fusina accuse l’armée" (La Marseillaise)

Cagnotte « Solidarité famille FUSINA » :
https://www.paypal.com/pools/c/8mEalYYZYe


Affaire Cédric Fusina : après la psychiatrie, la prison ?

Source La Marseillaise, cliquer sur ce lien

L’ex-capitaine Fusina, promu depuis commandant, doit répondre le 19 octobre à 14h de désertion et de refus d’obéissance devant le tribunal correctionnel de Marseille.

JPEG - 390.2 ko

La grande muette continue les misères à l’encontre d’un des siens. L’affaire concerne Cédric Fusina, commandant dans l’armée de terre qui a connu l’arrêt de travail forcé, la psychiatrisation et doit répondre lundi devant le tribunal correctionnel de Marseille des accusations de désertion et de refus d’obéir. La totale.

Rappel des faits. C’est Florence Fusina qui lance l’alerte le 19 février 2019 dans nos colonnes afin d’éviter que son mari, soumis au droit de réserve, soit, en plus du harcèlement subi, radié des cadres de l’armée. Lui est contrôleur aérien dans l’aviation légère, chef d’escadrille avec 20 ans de bons et loyaux services à son actif. Et ce, jusqu’à ce qu’il refuse de signer un document au cours d’une nouvelle affectation. Rien de terrible mais l’état du stock qu’on lui demande d’attester ne correspond pas à la réalité, estime-t-il.

Petite mort par ordonnance

« Mon mari a toujours été privé du droit de se défendre, sa parole n’a jamais été prise en compte, pas plus d’ailleurs que les contre-expertises psychiatriques réalisées par des médecins indépendants », explique Florence Fusina en dénonçant « une affaire tronquée et instruite à charge ». « L’armée a choisi la voie médicale pour se débarrasser d’un “encombrant” », poursuit-elle.

En clair, la médecine militaire serait utilisée pour « sortir » les fonctionnaires devenus gênants. Pour Cédric Fusina, ce seront les troubles mentaux. Diagnostic formellement contredit notamment par le Professeur Rondier, spécialisé en santé mentale.

Mais rien n’y fait. Et comme l’homme n’est pas disposé à se laisser faire sans réagir, les sanctions pleuvent. Et sa solde est suspendue à plusieurs reprises. « Cédric a tenté tous les moyens possibles pour reprendre son travail mais sa hiérarchie l’en a empêché », reprend Florence Fusina.

Aujourd’hui, on lui reproche de ne pas avoir répondu à des convocations et c’est pour ces faits qu’il va être jugé lundi. « C’est faux, mon mari les a toutes honorées, en tout cas tant que son état de santé le lui permettait. Des certificats médicaux ont été produits pour les autres… », poursuit-elle.

Empêché tout de même de se rendre à une consultation datée du 29 avril 2016, il prévient sa hiérarchie. Peu importe, il est déclaré immédiatement déserteur, « sans délai de grâce obligatoire ».

Une autre fois, il refuse de se rendre seul à un entretien au cours duquel vont lui être signifiées des sanctions. Rien d’exceptionnel, même pour un militaire.

Il est peut-être temps en effet que la justice prenne le relais pour signer lundi le dénouement de la folle histoire du capitaine Fusina. Restera ensuite à Cédric Fusina à faire valoir ses droits.

La Marseillaise Les Éditions des Fédérés - Tous droits de reproduction et de diffusion réservés © 1943 - 2020



Sur le Web

23 mai - Appel à « voter pour » aux législatives

17 mai - Publication de rapports de visite

17 mai - liberté d'association et Conseil d'Etat

6 mai - Responsabilité pour faute du CH pour défaut de surveillance (2h sans surveillance), à la suite du décès par asphyxie d'un résident d'EHPAD ayant fait l'objet d'une mesure de contention ventrale.

4 mai - Décret du 25 avril 2022 précisant les dispositions de procédure pénale relatives à la responsabilité pénale en cas de trouble mental [communiqué]

3 mai - Avis relatif à l’interprétariat et à la compréhension des personnes privées de liberté

1er mai - Appel du 1er mai

1er mai - 1er mai 2022: entrée en vigueur du premier code pénitentiaire

29 avril - Irresponsabilité pénale

28 avril - Décret n° 2022-714 du 27 avril 2022 modifiant le décret n° 2018-383 du 23 mai 2018 autorisant les traitements de données à caractère personnel relatifs au suivi des personnes en soins psychiatriques sans consentement

19 avril - Le Pen plus puissante que jamais

12 avril - Pôle de psychiatrie du centre hospitalier de Chinon : une prise en charge particulièrement respectueuse des droits des patients [Lettre au ministre de la santé]

29 mars - Appel pour le 7 avril, Journée internationale de la Santé

22 mars - Dilution, dissolution, liquidation : non à un statut soluble !

8 mars - La souffrance psychique va-t-elle enfin devenir un vrai sujet ?

1er mars - Recommandations en urgence relatives au centre de santé mentale Jean-Baptiste Pussin à Lens (Pas-de-Calais)

22 février - Publication de rapports de visite

4 février - 37e congrès de l’Union Syndicale de la Psychiatrie : COLLECTIF(S) !

27 janvier - Communiqué intercollectif suite au discours de M. Véran du 19 janvier 2022

27 janvier - A noter sur vos agendas : Assises citoyennes du soin psychique, 11 et 12 mars 2022