2020-06-08 (tem) Témoignage sur un internement post-confinement en Vendée

• Pour citer le présent article : https://psychiatrie.crpa.asso.fr/769

Document du jeudi 2 juillet 2020

par  A.B.

Sur notre site : 2019-02-29 (tem) Devenir majeur en chambre d’isolement

Pour retrouver cet article sur l’édition participative Les contes de la folie ordinaire de Médiapart cliquer sur ce lien


Mail reçu le 8 juin 2020

Je suis hospitalisée en soins psychiatriques sur décision du représentant de l’État (SDRE). Quand j’ai eu l’entretien avec le juge des libertés, en visioconférence, ce dernier m’a dit que mon hospitalisation a été signée par le médecin du SAMU venu chez moi (il m’a semblé qu’il y avait des policiers en plus de l’ambulance), et par le médecin psychiatre du secteur nord-ouest du CH Georges Mazurelle à la Roche-sur-Yon, J’étais censée n’y aller que pour une consultation.

Je suis hospitalisée sous contrainte depuis le 22 mai, suite à un appel du 15 de ma soeur qui s’inquiétait pour moi.

J’ai été enfermée pendant cinq jours dans une chambre, sans pouvoir communiquer avec qui que ce soit à l’extérieur. Je n’ai pas pu appeler un médecin ou un avocat puisque mon téléphone avait été confisqué. Pendant cette période, j’ai été emprisonnée totalement sans vêtements, sans mes affaires personnelles, avec pour seule occupation, de la lecture de magazines et d’un livre qu’on a bien voulu me prêter. J’ai été privée de tous droits.

Le 27 mai j’ai eu droit à fumer une cigarette soit cinq minutes dans un patio et le 28 mai, deux sorties de cinq minutes pour fumer une cigarette, en présence de soignants. Ce jour là on m’a redonné mon téléphone.

Si je ne prenais pas le traitement oral prescrit par la psychiatre , je risquais une injection de Loxapac et une mise sous contention, donc d’être attachée. La psychiatre m’a directement menacée et a fait du chantage.

Le 29 mai j’ai eu l’entretien avec la juge en présence d’une avocate, qui a réitéré la régularité de mon hospitalisation. J’ai eu progressivement le droit de sortir plus souvent sans la présence de soignants et de manger avec les autres patients.
Comme je n’ai pas su me taire, je subis une forme d’emprisonnement pour ma protection, et la décision de ma libération revient au Préfet et à la psychiatre.

À Nantes, j’ai été refoulée x fois des urgences alors que j’allais très mal et que ma santé empirait. Les soignants nous demandaient de faire les examens en externe, afin que rien ne paraisse à l’hôpital.

Je suis toujours confinée, en attente d’être libérée et de recouvrer ma liberté. Ma copine m’a apporté des vêtements avant hier, des crayons, et un paquet de M§M’s qui ont été mis en quarantaine pour 48 heures… Pas le temps de les désinfecter.

Ici, les personnes qui vont à une consultation externe même masquées, malgré un test Covid négatif , sont confinées en chambre pendant 48 heures … soi-disant en raison de protocoles pour éviter la Covid. Celles qui sont hospitalisées sont confinées 48 heures selon le protocole du service.

Faute de personnel ou du fait de l’organisation du service nous n’avons pas eu droit aux visites le weekend.

Je tiens à me pourvoir contre cette institution psychiatrique pour violation de mes droits humains.



Publications

Derniers articles publiés

Agenda

<<

2020

 

<<

Août

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
272829303112
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31123456
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Sur le Web

4 août - Avenir de l'audience : nos observations devant le CNB

3 août - Notre porte étroite sur la loi instaurant des mesures de sûreté à l'encontre des auteurs d'infractions terroristes à l'issue de leur peine

30 juillet - Amende forfaitaire pour usage de stupéfiants : une illusoire fermeté pour de réels effets pervers

24 juillet - Publication de rapports de visite

20 juillet - Il est temps d'arrêter les prolongations sécuritaires

14 juillet - Observations sur la loi organisant la sortie de l'état d'urgence sanitaire

13 juillet - Appel pour le 14 juillet 2020 : Le beau casting ou les pompiers pyromanes

11 juillet - Communiqué APH & JM du 11 juillet 2020 : Le Ségur et les médecins : l'erreur politique

11 juillet - Tract unitaire : Ensemble pour que notre système de Santé et d'Action sociale soit une priorité nationale !

10 juillet - 2014-2020 : retour sur six ans d’action au CGLPL

10 juillet - 35e congrès de l'USP sur le thème "La psychiatrie d'après" du 11 au 13 septembre 2020 à Paris

10 juillet - Conférence gesticulée : « Je ne suis pas là pour vous écouter » - La démission de la psychiatrie face au capitalisme

10 juillet - Grand débat : Financer la psychiatrie, Gouverner l'hôpital

9 juillet - Dignité en prison : un droit enfin effectif

8 juillet - Le Conseil d'État interdit une nouvelle fois au gouvernement de fouler aux pieds la liberté de manifester

8 juillet - Rétention : la Justice se rend à l'Intérieur

7 juillet - L'État décide de frapper au porte-monnaie les départements qui résistent au fichage des enfants

7 juillet - Notre courrier au nouveau Garde des Sceaux

6 juillet - « Les enfermés » : un livre photographique pour donner à voir la réalité de l’enfermement

5 juillet - CGLPL respect des droits fonadementaux à l'épreuve du covid

5 juillet - Liberté d'expression et poursuites disciplinaire

5 juillet - ce ne pas faute de l'avoir annoncé

5 juillet - un constat de plus sur l'état de la psychiatrie

2 juillet - Les droits fondamentaux des personnes privées de liberté à l’épreuve de la crise sanitaire

30 juin - Nos observations devant la commission relative à l'avenir de la profession d'avocat son équilibre économique et ses conditions d'exercice