2019-04-24 (tem) D’accord pour être en service libre et hospitalisée sous contrainte

• Pour citer le présent article : https://goo.gl/oa6w2y ou https://psychiatrie.crpa.asso.fr/694

Document du mercredi 24 avril 2019
Article mis à jour le 10 mai 2019
par  A.B.

Sur notre site internet : 2012-08-14 (art/tem/ssc) Maltraitance ordinaire dans une clinique psychiatrique

Témoignages : pour accéder à tous les documents de cette nature


Note introductive

Cette hospitalisation à la demande d’un tiers selon la loi du 27 juin 1990 alors en vigueur, se passe en 2000. Il n’y avait pas à cette époque de contrôle systématique des internements psychiatriques.

En 2000 une information efficace sur les droits et voies de recours sur les hospitalisations psychiatriques sans consentement était très confidentielle.

Au Groupe information asiles (GIA) en 2000 nous étions pas loin d’être seuls dans le pays, avec quelques avocats, à manier les saisines des JLD ainsi que les saisines des juridictions administratives en annulation a posteriori en annulation en droit formel des décisions d’hospitalisations sous contrainte comme à saisir les juridictions indemnitaires en demande de dommages et intérêts. On était encore à l’époque pionnière en matière de droits des psychiatrisés sous contrainte.

2000 une époque où les rationalisations de sites et les fermetures de lits poussaient à admettre les gens sous contrainte plutôt qu’en service libre…


Une H.D.T. qui aurait dû être un service libre

(Nous avons reçu ce témoignage le 24 avril 2019)

Bonjour,

Ce message au cas où cela puisse vous servir dans vos démarches ou statistiques ou bien juste par civisme.

J’ai été internée en hôpital psy en étant adulte, volontaire, d’accord et pourtant, la procédure s’est faite « à la demande d’un tiers ».

En octobre-novembre 2000, j’ai fait une tentative de suicide par over-dose médicamenteuse. Un ami a appelé le SAMU, je me suis retrouvée aux urgences de l’hôpital Saint Joseph à Lyon.

Le lendemain, je vois un psy du service. On discute. Il me demande si je suis d’accord pour aller en hôpital psychiatrique (le Vinatier). Je lui dis que je suis d’accord.

Il s’avère que j’ai toute ma tête, cette tentative était un appel à l’aide indirect. J’avais laissé un message à mon colocataire en lui disant que j’avais pris 7 lexomil, (une dose non létale) qu’il fallait appeler le Samu.

Bref, à ce moment là, j’ai 23 ans, je suis adulte, je dis à ce médecin que je suis d’accord pour aller me reposer à l’hôpital psy. Il me demande si je veux bien que mes parents soient au courant. Je dis non. (car ce geste était en quelque sorte un cri pour me me réapproprier à moi-même justement, indépendamment de mes parents, comme un geste de liberté, de réalisation, de droit de vie ou de mort sur moi, indépendamment des autres). Je dis « non ». J’ai toute ma tête. Mais je dis oui pour l’hôpital psy. Et bien, l’hôpital et le psychiatre de l’hôpital m’ont quand même faite hospitaliser à la demande d’un tiers, le tiers étant mes parents, qu’ils ont donc joint et fait signer la mise en « internement ». Sans que j’en sois informée d’une quelconque façon.

Mes parents ont demandé de mes nouvelles auprès de l’hôpital. Sans avoir aucune réponse. Donc ils se sont senti responsables de mon internement sans avoir prise, sans savoir ce qu’il m’arrivait là-bas. Je n’ai été vue par un psychiatre qu’au bout de 10 jours sur place. Ce psychiatre s’est rendu compte que je n’avais pas ma place à cet endroit-là et m’a proposé de sortir le lendemain. Mais 10 jours, avec des gens fous pour de bon, avec une porte de chambre qui ne ferme pas avec un hublot, et la peur que des fous authentiques, viennent dans ma chambre. Insécurité maximale. Du genre, l’asile psychiatrique aurait pu me rendre handicapée psychiquement plus que la dépression à laquelle je faisais face. Mon psychiatre et analyste, n’ont pas été contactés.

Mes parents (dont mon père médecin) ont fait des pieds et des mains pour avoir des nouvelles. Inquiets de la façon dont j’étais traitée ou non traitée plutôt. Ils ont appelé des amis psychiatres pour savoir comment joindre le service et tout. Ils avaient signé la « demande d’un tiers », ils se sentaient responsables et collaborateurs. Mais l’hôpital ne l’entendait pas comme ça.

J’ai donc été internée à la demande d’un tiers de façon abusive. Alors que j’avais toute ma tête et clairement que j’avais accepté d’être hospitalisée. Mais que j’avais refusé de mettre mes parents au courant. A 23 ans, je pensais avoir le droit, être majeure et autonome. Mais non, l’hôpital n’a pas jugé bon de me faire confiance et de me prendre au sérieux, il a jugé bon de contrevenir à ma volonté. Et de ce fait, de se mettre dans l’illégalité. Et mes parents s’en sont mordu les doigts, d’avoir signé sans garanties.

Ce mail au cas où si jamais ça puisse vous servir.

Comme exemple d’internement abusif, de contournement de la loi.

Si jamais ça vous intéresse, je peux demander, s’il n’est pas trop tard en termes de prescriptions, mon dossier médical lié à cet internement.

Personnellement ça m’a pas intéressée de me mobiliser pour ça, d’attaquer l’hôpital pour hospitalisation à la demande d’un tiers abusive vue que l’adulte-patiente que j’étais était d’accord sans ça.

À l’époque, je m’intéressais plus à me sortir d’affaire de la dépression. C’est fait. Mais si cet exemple peut vous servir à vous et à d’autres patients internés abusivement, je veux bien me mobiliser. Et demander les pièces justificatives et tout à l’hôpital.

Si ça peut servir à d’autres personnes je suis intéressée. Car je vois bien que l’hôpital psychiatrique publique (sans parler des cliniques psychiatriques uniquement préoccupées par la rentabilité économique, en général) périclite de plus en plus, et que ça devient encore plus un lieu de stress post traumatique, qui rend plus malade qu’à l’arrivée.

Bref si je peux vous aider, j’en suis.



Publications

Derniers articles publiés

Agenda

<<

2020

 

<<

Juin

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293012345
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Sur le Web

4 juin - « Recommandations minimales pour le respect de la dignité et des droits fondamentaux des personnes privées de liberté ».

3 juin - Recommandations minimales pour le respect de la dignité et des droits fondamentaux des personnes privées de liberté

3 juin - Publication du rapport d’activité 2019

31 mai - Notre « porte-étroite » sur la Loi Avia contre les contenus haineux sur internet

29 mai - « La prison au travers de l’espace architectural »

28 mai - Lettre à M. Véran à propos de l'entetien du 4 juin 2020

28 mai - Fugue d’un patient et responsabilité infirmière

28 mai - Hopsyweb, circulez, il n’y a rien à voir!

26 mai - Deux ordonnances, trois circulaires et un désastre

26 mai - Communiqué USP, CGT, SUD et Printemps de la psychiatrie : Non à la T2A en psychiatrie

25 mai - Rappel de la loi d'Adeline Hazan, Contrôleur Général des Lieux de Privation de Liberté : Les libertés fondamentales et les droits fondamentaux des personnes hospitalisées ne doivent en aucun cas être sacrifié sur l'autel de l'hygiénisme

15 mai - Mission d'information sur le Défenseur des droits : nos observations

14 mai - 1e annonce : 35e congrès du SMG, sur le thème "La psychiatrie d'après" du 11 au 13 septembre 2020 à Paris

13 mai - Communiqué FO CHS Le Vinatier : « Phase 3 de la crise covid »… pour aller plus loin dans la destruction de l'hôpital ?

12 mai - 500 personnalités et professionnels de l'enfance demandent l'abandon du code de justice pénale des mineurs

12 mai - Mariotti : démission !

11 mai - Loi prorogeant l'état d'urgence sanitaire : notre « porte-étroite » devant le Conseil constitutionnel

5 mai - Poursuivre l’effort de déflation carcérale pour mettre fin à la surpopulation en prison

2 mai - Observations sur le pré-projet de loi prorogeant l'état d'urgence sanitaire

1er mai - Le jour d'après : appel du 1er mai

30 avril - Publication de rapports de visite

30 avril - Numerus clausus, oui c'est possible, et c'est le moment

30 avril - L'USP soutient l'appel du Printemps de la Psychiatrie dans son Opération « Déconnexion », Halte au codage du soin !

30 avril - Justice et déconfinement : les réponses à notre questionnaire

30 avril - Quand on veut, on peut ! Une autre justice des enfants