2018-11-28 (ajnn-parl-qp) Question écrite sur le droit à l’oubli en matière psychiatrique

• Pour citer le présent article : https://goo.gl/tMeqmd ou https://psychiatrie.crpa.asso.fr/686

Document du mercredi 28 novembre 2018
Article mis à jour le 11 février 2019
par  A.B.

Sur notre site internet : 2014-01-27 (jpj/ca) C.A. Paris • Mainlevée : des antécédents psychiatriques ne justifient pas à eux seuls, le maintien d’une mesure de contrainte aux soins

Ainsi que : 2016-11-23 (jpa/ca) C.A. Versailles • l’arrêt du traitement et un antécédent ne sont pas suffisants pour un réinternement


Mail de Me Jean-Marc Panfili, avocat au Barreau du Tarn-et-Garonne, au CRPA

OBJET : question écrite - soins psychiatriques - droit à l’oubli.

28 novembre 2018.

Cher Monsieur,

PDF - 113.7 ko
2018-11-28 Question écrite.

Vous voudrez bien trouver ci-joint la question écrite au Gouvernement relative au droit à l’oubli. C’est Mme la député Valérie Rabault de mon département (Présidente du groupe parlementaire socialiste) qui la pose.

Elle porte sur les voies de recours permettant de faire effacer une décision de soins psychiatriques sans consentement.

En effet, l’unification du contentieux devant le juge judiciaire n’a pas résolu toutes les difficultés pour les patients concernés, notamment au regard du droit à l’oubli des antécédents psychiatriques.

Certains anciens patients se trouvent désemparés, faute de procédure clairement établie.

Bien cordialement.

Jean-Marc PANFILI. Avocat au barreau de Tarn-et-Garonne. Docteur en droit.

Montauban.


L’arrêt de la Cour de cassation dont il est ici question est du 25 janvier 2018, cliquer sur ce lien pour le lire.



Publications

Derniers articles publiés

Agenda

<<

2020

 

<<

Avril

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
303112345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930123
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Sur le Web

9 avril - La crise sanitaire ne justifie pas d'imposer les technologies de surveillance

8 avril - Prolongation automatique des détentions provisoires : après le scandale et le fatras, la désinvolture !

8 avril - Peut-on contraindre un patient non respectueux des règles de confinement ?

7 avril - Membres du conseil national et du bureau

7 avril - Contre-circulaire relative à l'adaptation de l'activité pénale des juridictions aux mesures de prévention et de lutte contre la pandémie COVID-19

6 avril - Une nouvelle charge virale pour les libertés fondamentales

6 avril - Notre lettre ouverte concernant la situation des enfants pendant l'état d'urgence sanitaire

3 avril - Fichier HOPSYWEB, notre communiqué commun

3 avril - DATAJUST : notre courrier à la ministre de la justice

3 avril - Pendant ce temps-là, en psychiatrie…

2 avril - Sars Cov 2 : la répression passe, la santé trépasse

2 avril - Les droits de l'Etat doivent préserver l'Etat de droit

1er avril - COVID-19 en prison : des mesures gouvernementales insuffisantes

30 mars - Notre vade-mecum sur vos droits pendant le confinement

27 mars - COVID-19 : recommandations du CGLPL relatives aux établissements de santé mentale

27 mars - Réponse à Mme Wonner, co-rapporteuse de la mission parlementaire sur la psychiatrie

26 mars - Ordonnances justice : la gestion des stocks vaut bien de confiner les droits et de sacrifier la santé des personnels

26 mars - le droit durant la crise Covid19

25 mars - Arrêt n°271 du 04mars 2020 (19-24.080) - Cour de cassation

25 mars - Arrêt n°270 du 05 mars 2020 (19-23.287) - Cour de cassation

25 mars - Arrêt n° 176 du 4 mars 2020 (19-14.269)

25 mars - Covid-19 : notre courrier à la ministre

25 mars - Communiqué commun : Je reste confiné, je limite la propagation du virus

25 mars - Etat d'urgence sanitaire : première analyse !

23 mars - L'USP soutient ce communiqué écrit par des responsables du champ psychiatrique : Tous solidaires contre l'épidémie du Covid-19