2018-05-24 (jpj/cass) La Cour de cassation déclare irrecevable un pourvoi d’un hôpital en matière de SDRE

• Pour citer le présent article : https://psychiatrie.crpa.asso.fr/721

Document du jeudi 24 mai 2018
Article mis à jour le 17 août 2019
par  A.B.

Sur notre site site internet l’ordonnance de la Cour d’appel de Versailles qui a été l’objet de ce pourvoi débouté : 2016-10-24 (jpj/ca) C.A. Versailles • L’illégalité de l’isolement du patient justifie la levée de la mesure d’hospitalisation sans consentement

Cette ordonnance est définitive.


Mail de Me Raphaël Mayet au CRPA, du 25 mai 2018

OBJET : Arrêt du 24 mai 2018, publié au Bulletin de la Cour de cassation.

Sur le site internet Legifrance, cliquer sur ce lien

Monsieur,

PDF - 70.9 ko
2018-05-24 Arrêt de la Cour de cassation.

Je vous adresse ci-joint l’arrêt rendu le 24 mai par la première chambre civile de la Cour de Cassation qui déclare irrecevable le pourvoi formé par le Centre Hospitalier de Montvafet à l’encontre de l’ordonnance rendue le 24 octobre 2016 par le Premier Président de la Cour d’appel de Versailles.

La décision attaquée avait été la première à lever une mesure d’hospitalisation en raison du non-respect des dispositions de l’article L 3222-5-1 du code de la Santé Publique issues de la loi Santé du 26 Janvier 2016, texte qui fixe les règles applicables en cas de placement à l’isolement ou sous contention.

Il convient de rappeler que le juge des libertés et de la détention (JLD) avait été saisi par les parents de la personne hospitalisée sur décision du Préfet dans le cadre d’une saisine facultative sur le fondement des dispositions de l’article L 3211-12 du Code de la Santé Publique. Dans le cadre du contrôle obligatoire à 12 jours devant le JLD aucune irrégularité tirée du placement à l’isolement n’avait été soulevée.

En matière d’hospitalisation sous contrainte décidée par le Préfet en application des articles L 3213-1 et suivants du code de la santé publique, la Cour rappelle que l’établissement hospitalier est avisé de l’audience et de la décision, mais que cela ne lui donne pas la qualité de partie à l’instance. Or il résulte des dispositions des articles 609 et 611 du code de procédure civile que seules les parties à l’instance et les personnes qui auraient été condamnées sans être parties à l’instance peuvent former un pourvoi en cassation. L’article R 3211-23 du code de la santé publique étend toutefois en cette matière au ministère public la possibilité de se pourvoir en cassation.

Par un précédent arrêt (Civ. 1, 15 novembre 2017, pourvoi 16-24.629) la Cour de Cassation avait refusé au tiers demandeur, qui n’est pas partie à l’instance en cas de soins sur demande d’un tiers, le droit de se pourvoir en cassation. L’arrêt rendu le 24 mai par la Cour de Cassation se situe dans cette lignée jurisprudentielle qui en réalité ne fait qu’appliquer les règles précitées des articles 609 et 611 du code de procédure civile.

Mais par le présent arrêt la Cour de Cassation laisse même entrevoir qu’en dehors du cas où l’établissement hospitalier est à l’origine de la saisine (contrôle obligatoire de l’article L 3211-12-1 du code de la santé publique en cas de soins sur demande d’un tiers ou de péril imminent), il n’est pas partie à l’instance. Ainsi, dans le cadre d’un contrôle facultatif (demande de levée des soins par la personne qui en fait l’objet ou par des proches), l’établissement hospitalier, qui n’est pas partie à l’instance ne pourrait pas régulièrement se pourvoir en cassation contre une décision du Premier Président. La question de la recevabilité de l’appel d’un établissement hospitalier pourrait également se poser dans la mesure où, comme pour le pourvoi en cassation, la voie de l’appel n’est étendue en toutes hypothèses qu’au ministère public (article R 3211-18 du Code de la Santé Publique).

Si la Cour de Cassation tranche une question de procédure civile importante, elle ne règle pas la question de fond qui lui était soumise, à savoir la possibilité pour le juge des libertés et de la détention, juge judiciaire gardien des libertés individuelles, de lever une mesure d’hospitalisation sous contrainte dès lors qu’il aurait été placé irrégulièrement à l’isolement ou sous contention.

Votre bien dévoué,

Maître Raphaël Mayet. Avocat au Barreau de Versailles.



Publications

Derniers articles publiés

Agenda

<<

2020

 

<<

Juillet

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
293012345
6789101112
13141516171819
20212223242526
272829303112
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Sur le Web

10 juillet - 2014-2020 : retour sur six ans d’action au CGLPL

10 juillet - 35e congrès de l'USP sur le thème "La psychiatrie d'après" du 11 au 13 septembre 2020 à Paris

9 juillet - Dignité en prison : un droit enfin effectif

8 juillet - Le Conseil d'État interdit une nouvelle fois au gouvernement de fouler aux pieds la liberté de manifester

8 juillet - Rétention : la Justice se rend à l'Intérieur

7 juillet - L'État décide de frapper au porte-monnaie les départements qui résistent au fichage des enfants

7 juillet - Notre courrier au nouveau Garde des Sceaux

6 juillet - « Les enfermés » : un livre photographique pour donner à voir la réalité de l’enfermement

5 juillet - CGLPL respect des droits fonadementaux à l'épreuve du covid

5 juillet - Liberté d'expression et poursuites disciplinaire

5 juillet - ce ne pas faute de l'avoir annoncé

5 juillet - un constat de plus sur l'état de la psychiatrie

2 juillet - Les droits fondamentaux des personnes privées de liberté à l’épreuve de la crise sanitaire

30 juin - Nos observations devant la commission relative à l'avenir de la profession d'avocat son équilibre économique et ses conditions d'exercice

29 juin - Observations relatives à la proposition de loi instaurant des mesures de sûreté à l'encontre des auteurs d'infractions terroristes à l'issue de leur peine

29 juin - Travail à distance : notre analyse de vos réponses à notre questionnaire et nos observations sur le sujet

26 juin - Appel du 30 juin

25 juin - Avis relatif à la défense dans les lieux de privation de liberté

21 juin - Sans titre

21 juin - L'isolement et la contention devant le Conseil constitutionnel

19 juin - Remontées d'information : aux actes !

19 juin - Contrôle du juge judiciaire sur les mesures d’isolement et de contention en psychiatrie

19 juin - Recommandations en urgence relatives à l’établissement public de santé Roger Prévot à Moisselles (Val-d’Oise)

18 juin - Témoignages de psychiatres dans la crise Covid

17 juin - Sous la fin annoncée de l'état d'urgence, une reconduction des mesures d'exception attentatoires aux libertés