2018-04-13 (tjn) La HAS publie une fiche mémo d’aide à la rédaction des certificats médicaux psychiatriques

• Pour citer le présent article : https://goo.gl/RfNqsG ou http://psychiatrie.crpa.asso.fr/667

Document du vendredi 13 avril 2018
Article mis à jour le 30 avril 2018
par  A.B., H.F.

Sur notre site internet : 2017-03-20 (pner/gvt/aai) Recommandation de la HAS sur l’isolement et la contention en psychiatrie générale

Pour retrouver cet article sur Les Contes de la folie ordinaire, Mediapart : https://blogs.mediapart.fr/edition/…


Source (site internet de la HAS) : https://www.has-sante.fr/portail/jc…

Note introductive - CRPA

PDF - 1.2 Mo
2018-04-13 Rapport introductif à la fiche mémo.

Cette fiche mémo de la HAS, comme on peut le dénoter en lisant le rapport d’élaboration, est destinée à éviter un maximum de décisions de mainlevées judiciaires d’hospitalisations psychiatriques sans consentement basées sur des défauts de rédaction des certificats et avis médicaux, ces défauts formant des nullités provoquant des décisions de mainlevées. Cette fiche n’a malheureusement pas comme objet central de provoquer que les droits fondamentaux des personnes hospitalisées sous contrainte soient mieux respectés par les établissements et les administrations. Il s’agit juste de limiter les décisions de justice en faveur des personnes internées, sachant que toute mainlevée d’une mesure de soins sans consentement sur vice de forme peut trouver son correspondant au plan indemnitaire.

PDF - 75.4 ko
2018-04-13 Fiche mémo.

Ainsi en 2017, 6 700 décisions de mainlevées ont été accordées par les JLD ou par les cours d’appel dans les contrôle judiciaires des mesures d’hospitalisations psychiatriques sans consentement (environ 79 000 mesures ont été contrôlées sur cet exercice), formant ainsi un record, puisque les années précédentes ce nombre de mainlevées était aux alentours de 6 500 mainlevées.

Cette conception du droit et des patients comme étant in fine des ennemis et des adversaires à contrer du soin psychiatrique doit être combattue.

En l’espèce le rapport qui introduit cette fiche mémo établit clairement que le Gouvernement français ne s’est pas aligné de gré sur les principes qui prévalent dans le droit européen en matière d’internement psychiatrique mais bel et bien sous la contrainte des jurisprudences des hautes cours actionnées dans nos différents dossiers, ce qui en soi est parfaitement scandaleux. Cela prouve le caractère féodal et paternaliste du système psychiatrique français.

Nous appelons les professionnels du terrain à se mobiliser pour contrer cette orientation et pour humaniser les prises en charge par des luttes concrètes in situ sur le terrain.


Hospimedia - Psychiatrie - Une aide pour rédiger l’avis circonstancié et motivé de la mesure de soins sous contrainte est parue

Publié le 17/04/18 - 12h20 - Pia Hemery.

Source (site internet d’Hospimedia) : http://www.hospimedia.fr/actualite/…

PDF - 30.9 ko
2018-04-17 Dépêche d’Hospimedia.

La Haute Autorité de santé (HAS) vient de mettre à disposition sur son site une aide à la rédaction des certificats et avis médicaux dans le cadre des soins psychiatriques sans consentement d’une personne majeure à l’issue de la période d’observation de 72 heures. Cette production (une fiche mémo de cinq pages et son rapport d’élaboration, à télécharger ci-dessous) a été commandée par la Direction générale de la santé. L’exercice consistait en effet à concilier les opinions et besoins des différents intervenants (des secteurs de la santé, de la justice, de l’intérieur…) et à permettre aux psychiatres de répondre à l’exigence de production d’avis circonstanciés pour fonder la légalité des décisions administratives ou judiciaires. Ainsi l’agence apporte-t-elle des précisions sur le contenu et la motivation des certificats et avis médicaux à produire en fonction des situations, à savoir celles qui découlent chronologiquement de la période d’observation de 72 heures, consécutive à l’admission en soins sans consentement et pour lesquelles la loi prévoit la production de tels documents.

Dans les messages clés, la HAS écrit que « l’établissement d’un certificat nécessite obligatoirement un examen de la personne. Lorsqu’il ne peut pas être procédé à cet examen, un avis est alors établi sur la base du dossier médical ». Elle ajoute que « le médecin rédacteur doit être obligatoirement un psychiatre inscrit au tableau de l’Ordre des médecins et en situation régulière d’exercice ». Elle précise aussi que le certificat médical doit permettre à ses destinataires non médecins « de comprendre le bien-fondé de la mesure », en respectant d’une part « l’équilibre entre la protection de la santé et les libertés individuelles de la personne » et en pointant d’autre part « les comportements pouvant porter atteinte à la sécurité des personnes et à l’ordre public ». L’agence spécifie bien que le diagnostic médical ne doit pas être révélé eu égard au secret professionnel et invite à respecter les délais d’envoi des documents.

Le fond du certificat médical

Le certificat médical atteste de l’examen de la personne réalisé le jour de sa rédaction. Il doit être circonstancié, précis et motivé. En cela, il s’agit de :

— décrire la symptomatologie constatée ;

— justifier si le tableau clinique relève de soins psychiatriques ;

— décrire la capacité ou non de la personne à consentir aux soins ;

— conclure sur le choix de la mesure de soins.

Pia Hemery

Liens et documents associés

• Le rapport d’élaboration [PDF]
• La fiche mémo [PDF]

Tous droits réservés 2001/2018 — HOSPIMEDIA



Publications

Derniers articles publiés

Navigation

Articles de la rubrique

Agenda

<<

2019

 

<<

Février

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
28293031123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728123
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Sur le Web

14 février - Tribune : La justice des enfants et adolescents en question

14 février - Grand débat : cause toujours !

14 février - Mission flash psychiatrie : encore raté !

13 février - Plafonnement des indemnités et Greffe des Conseils de prud’hommes, le Gouvernement s’acharne contre les salariés et les juges, mais ils résistent.

12 février - Le traitement judiciaire du mouvement des Gilets Jaunes : un droit d’exception ?

6 février - Publication de rapports de visite

6 février - Communication - Mission flash sur le financement de la psychiatrie

4 février - Les avocat.e.s doivent pouvoir défendre les étrangers à Mayotte

4 février - GREVE GENERALE LE 5 FEVRIER 2019

1er février - Justice hors la loi : une audience illégale au sein du centre de rétention de Toulouse

1er février - Idée fausse sur la justice des mineurs numéro 6 : Les parents des jeunes délinquants sont démissionnaires.

1er février - Idée fausse sur la justice des mineurs numéro 5 : Les enfants roms sont tous des voleurs

1er février - Idée fausse sur la justice des mineurs numéro 4 : Les filles sont plus violentes et de plus en plus nombreuses à commettre des délits

1er février - Contre la destruction du service public et l'atteinte aux libertés : Manifestation nationale à Paris le 5 février !

1er février - Dans la rue le 5 février - Défendre les conditions de travail des soignant.e.s, c'est défendre la santé, c'est défendre un accès aux soins équitables pour toutes et tous sur tout le territoire !

1er février - Dans la rue le 5 février - Défendre les conditions de travail des soignant.e.s, c'est défendre la santé, c'est défendre un accès aux soins équitables pour toutes et tous sur tout le territoire !

31 janvier - Soirée débat : Un nouveau printemps des luttes, le 29 mars 2019 Espace Grammont à Besançon

31 janvier - Recommandations en urgence relatives au centre pénitentiaire de Rémire-Montjoly (Guyane)

30 janvier - Suppression de l'ordonnance du 2 février 1945 en catimini

30 janvier - Idée fausse sur la justice des mineurs numéro 3 : la justice des mineurs est lente

29 janvier - Idée fausse sur la justice des mineurs numéro 2 :Les jeunes entrent dans la délinquance de plus en plus tôt

28 janvier - Recueil des obligations déontologiques du magistrat diffusé par le CSM : notre décryptage

28 janvier - Appel de l'AG Psychiatrie, Social, Médico-Social en Lutte ! - Construisons la suite de la journée nationale pour une psychiatrie humaine du 22 janvier 2019

28 janvier - Laissons à Agnès Buzyn l'austérité hivernale, et mettons le cap vers un Printemps de la psychiatrie !

28 janvier - Idée fausse sur la justice des mineurs numéro 1 : l'ordonnance de 45 n'est plus adaptée