2017-04-22 (art) Handicap psychique et élections présidentielles 2017

• Pour citer le présent article : https://goo.gl/6pQLbp ou http://psychiatrie.crpa.asso.fr/640

Document du samedi 22 avril 2017
Article mis à jour le 23 avril 2017
par  A.B.

Pour qui peuvent voter des personnes qui sont ou ont été psychiatrisées (soit environ 10 millions de personnes) sachant que les handicapés en général ont été parmi les grands oubliés de cette campagne électorale, et que la question psychiatrique fait partie des tabous de notre société ?

Pour retrouver ce billet sur Mediapart, Les Contes de la folie ordinaire : https://blogs.mediapart.fr/edition/…

Cf. un article publié par 20 minutes le 21 avril sur la politique du handicap grande oubliée de ces présidentielles : http://www.20minutes.fr/elections/p…


Billet d’humeur

Je signale à tous qu’à ma connaissance le seul candidat aux élections présidentielles, dont le premier tour a lieu demain, qui ait clairement parlé de la question du handicap psychique et qui ait identifié les pathologies mentales comme les pathologies du 21e siècle, au cours de cette campagne, a été Benoît Hamon. Cela à travers la problématique du burn out.

Les handicapés en général ont été parmi les grands oubliés de cette campagne électorale (quid par exemple de l’accessibilité du métro parisien pour les handicapés en chaise roulante ?). Quoique tout de même aujourd’hui aux informations du 20 heures de TF1 il a été évoqué que le tueur de la soirée du 20 avril passé qui sur les Champs-Elysées a assassiné un policier en faction et qui lui-même a été tué, présentait un profil tant pénal que psychiatrique. Enfin il fallait sauver les meubles et parler des malades mentaux dangereux … sic !

Celles et ceux qui sont concernés par eux-mêmes par la psychiatrie et par l’exclusion sociale liée, n’ont pas spécialement pour qui voter demain, mis à part pour Benoît Hamon. Nous devons nous considérer comme à l’ordinaire en tant qu’exclus du champ social et politique.

Raison de plus pour que nous nous fassions entendre. Je recommande pour ma part l’usage du droit, des prétoires, des codes, des arguments et de la rhétorique liée, puisque c’est pour nous un des seuls moyens de nous faire entendre. Nous l’avons prouvé ces dernières années à travers les actions contentieuses du CRPA et antérieurement celles du Groupe information asiles (GIA).

Une précision : les réponses envoyées par Philippe Poutou et le représentant de la France insoumise ces derniers jours à une interpellation produite par l’Union syndicale de la psychiatrie (USP) (cliquer sur ce lien), sur la crise actuelle de ce secteur santé et des prises en charge liées, sont bel et bien des réponses faites à un syndicat de psychiatres. Un tel syndicat se doit de défendre et de représenter in fine des intérêts bien compris de professionnels de la psychiatrie. Or, ce n’est pas à des professionnels de la psychiatrie de parler en lieu et place des personnes psychiatrisées. Les patients en général, tous secteurs santé confondus, ont en effet acquis par des textes législatifs et réglementaires le droit à une prise de parole publique et audible.

André Bitton.



Publications

Derniers articles publiés

Navigation

Agenda

<<

2020

 

<<

Mai

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
27282930123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Sur le Web

28 mai - Fugue d’un patient et responsabilité infirmière

28 mai - Hopsyweb, circulez, il n’y a rien à voir!

26 mai - Deux ordonnances, trois circulaires et un désastre

26 mai - Communiqué USP, CGT, SUD et Printemps de la psychiatrie : Non à la T2A en psychiatrie

25 mai - Rappel de la loi d'Adeline Hazan, Contrôleur Général des Lieux de Privation de Liberté : Les libertés fondamentales et les droits fondamentaux des personnes hospitalisées ne doivent en aucun cas être sacrifié sur l'autel de l'hygiénisme

15 mai - Mission d'information sur le Défenseur des droits : nos observations

14 mai - 1e annonce : 35e congrès du SMG, sur le thème "La psychiatrie d'après" du 11 au 13 septembre 2020 à Paris

13 mai - Communiqué FO CHS Le Vinatier : « Phase 3 de la crise covid »… pour aller plus loin dans la destruction de l'hôpital ?

12 mai - 500 personnalités et professionnels de l'enfance demandent l'abandon du code de justice pénale des mineurs

12 mai - Mariotti : démission !

11 mai - Loi prorogeant l'état d'urgence sanitaire : notre « porte-étroite » devant le Conseil constitutionnel

5 mai - Poursuivre l’effort de déflation carcérale pour mettre fin à la surpopulation en prison

2 mai - Observations sur le pré-projet de loi prorogeant l'état d'urgence sanitaire

1er mai - Le jour d'après : appel du 1er mai

30 avril - Publication de rapports de visite

30 avril - Numerus clausus, oui c'est possible, et c'est le moment

30 avril - L'USP soutient l'appel du Printemps de la Psychiatrie dans son Opération « Déconnexion », Halte au codage du soin !

30 avril - Justice et déconfinement : les réponses à notre questionnaire

30 avril - Quand on veut, on peut ! Une autre justice des enfants

30 avril - Le 1er mai et ensuite ? Ensemble pour défendre la santé, l'hôpital public, les établissements du médicosocial et du social

28 avril - La justice doit redevenir notre bien commun

21 avril - Note sur l'organisation judiciaire à partir du 11 mai

20 avril - Saisine du ministre de l’intérieur sur la situation sanitaire dans les centres de rétention administrative

20 avril - Nos communications et écrits liés au Covid-19

19 avril - Prescriptions de la chancellerie : c'est grave docteur !