2017-03-03 (jpj/tgi/jld) JLD Rennes • L’absence d’interprète porte atteinte aux droits d’une personne non francophone internée

• Pour citer le présent article : https://goo.gl/1cUzIB ou http://psychiatrie.crpa.asso.fr/634

Document du vendredi 3 mars 2017
Article mis à jour le 13 février 2020
par  A.B., H.F., Y.F.

Sur notre site internet, de façon connexe : 2014-03-11 (jpj/tgi/jld) JLD Versailles • Mainlevée d’une SDTU visant un immigré non francophone pour défaut d’interprète

Ainsi que : 2014-08-21 (jpj/tgi/jld) JLD Versailles • Mainlevée d’une SDRE subie par un étranger non francophone, pour défaut d’interprète


Note introductive - CRPA

Nous rendons publique une décision de mainlevée d’une mesure de soins péril imminent prise le 3 mars 2017 par le juge des libertés et de la détention de Rennes, sur arguments de Me Isma Hammarlebiod, avocate au Barreau de Rennes, pour un anglophone interné au CH Guillaume Regnier de Rennes sans que cette personne puisse comprendre ce qu’on lui voulait et les motifs de son hospitalisation involontaire en milieu psychiatrique.


Lettre adressée au CRPA par Me Isma Hammarlebiod, avocate

OBJET : jurisprudence.

Rennes, le 5 avril 2017

Nos/Réf. : 2012/41

Madame, Monsieur,

PDF - 1.3 Mo
2017-03-03 Ordonnance du JLD de Rennes.

Je vous adresse une décision qui rappelle le droit à l’interprète.

Même si le juge ne précise pas que le moyen ait été soulevé par l’avocat (c’est constant à Rennes comme une forme de mépris à notre encontre), il est nécessaire de le rappeler.

C’est un droit reconnu par la jurisprudence de la CEDH.

Il est ainsi mis en lumière une pratique de l’hospitalisation sans consentement dangereuse et liberticide en ce que toute une procédure a pu être initiée et mise en place sans que le patient ne puisse comprendre quoi que ce soit…

Il n’est qu’à constater la présence des certificats médicaux, lesquels ont pu être rédigés par des psychiatres sur la base d’un prétendu entretien (ne parlons pas de l’examen somatique) avec un patient ne parlant pas la même langue… !

Ce qui m’inquiète également c’est l’attitude de chacun des intervenants (psychiatres, directeur, infirmiers, etc.) jusqu’à l’audience…

Aucun n’a soulevé cette difficulté.

Quelle est donc alors, et notamment, la réalité de l’examen somatique et des entretiens avec les psychiatres ?

Cela rappelle nécessairement que le droit à l’assistance par un avocat est primordial et sans ambages.

Bien cordialement,

Isma Hammarlebiod. Avocate au Barreau de Rennes.



Publications

Derniers articles publiés

Navigation

Agenda

<<

2020

 

<<

Avril

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
303112345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930123
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Sur le Web

8 avril - Prolongation automatique des détentions provisoires : après le scandale et le fatras, la désinvolture !

8 avril - Peut-on contraindre un patient non respectueux des règles de confinement ?

7 avril - Membres du conseil national et du bureau

7 avril - Contre-circulaire relative à l'adaptation de l'activité pénale des juridictions aux mesures de prévention et de lutte contre la pandémie COVID-19

6 avril - Une nouvelle charge virale pour les libertés fondamentales

6 avril - Notre lettre ouverte concernant la situation des enfants pendant l'état d'urgence sanitaire

3 avril - Fichier HOPSYWEB, notre communiqué commun

3 avril - DATAJUST : notre courrier à la ministre de la justice

3 avril - Pendant ce temps-là, en psychiatrie…

2 avril - Sars Cov 2 : la répression passe, la santé trépasse

2 avril - Les droits de l'Etat doivent préserver l'Etat de droit

1er avril - COVID-19 en prison : des mesures gouvernementales insuffisantes

30 mars - Notre vade-mecum sur vos droits pendant le confinement

27 mars - COVID-19 : recommandations du CGLPL relatives aux établissements de santé mentale

27 mars - Réponse à Mme Wonner, co-rapporteuse de la mission parlementaire sur la psychiatrie

26 mars - Ordonnances justice : la gestion des stocks vaut bien de confiner les droits et de sacrifier la santé des personnels

26 mars - le droit durant la crise Covid19

25 mars - Arrêt n°271 du 04mars 2020 (19-24.080) - Cour de cassation

25 mars - Arrêt n°270 du 05 mars 2020 (19-23.287) - Cour de cassation

25 mars - Arrêt n° 176 du 4 mars 2020 (19-14.269)

25 mars - Covid-19 : notre courrier à la ministre

25 mars - Communiqué commun : Je reste confiné, je limite la propagation du virus

25 mars - Etat d'urgence sanitaire : première analyse !

23 mars - L'USP soutient ce communiqué écrit par des responsables du champ psychiatrique : Tous solidaires contre l'épidémie du Covid-19

18 mars - Prisons, centres de rétention : il y a urgence à réduire l'enfermement dans ces lieux non conformes aux mesures sanitaires