2016-12-08 (jpj/ca) Cour d’appel de Reims • Le Préfet est seul recevable pour saisir le greffe du JLD en vue d’un contrôle judiciaire d’une mesure de SDRE

• Pour citer le présent article : https://goo.gl/RW0Wca ou http://psychiatrie.crpa.asso.fr/605

Document du jeudi 8 décembre 2016
Article mis à jour le 13 janvier 2017
par  A.B., H.F.

Sur notre site internet de façon connexe : 2013-05-21 (jp/tgi/jld) Le juge des libertés et de la détention de Strasbourg donne mainlevée d’une mesure de SDRE, au motif que n’a pas été produite dans la procédure la délégation de signature du Préfet à la sous-Préfète qui avait signé l’arrêté

Ainsi que : 2013-03-04 (jpj/tgi/jld) Le juge des libertés et de la détention de Strasbourg donne mainlevée d’une mesure de soins péril imminent (SPI) : l’hôpital psychiatrique de Brumath n’a pas produit à l’instance, la publication de la délégation de signature au directeur adjoint signataire de la décision d’admission


Note introductive - CRPA

PDF - 1.9 Mo
2016-12-08 Cour d’appel de Reims - Mainlevée de SDRE.

Trouvez en pièce jointe une intéressante décision de mainlevée sèche d’une mesure de soins sur décision du représentant de l’État (SDRE), obtenue par Me Isabelle Loreaux, avocate au Barreau de Châlons-en-Champagne, que nous connaissons par l’intermédiaire de Me Raphaël Mayet dont vous trouvez le mail d’introduction ci-dessous.

Dans le cas d’une mesure de soins sur décision du représentant de l’État, l’hôpital n’est pas compétent pour saisir le greffe du juge des libertés et de la détention à fin de contrôle de plein droit de la mesure d’hospitalisation sans consentement. Cette saisine relève de la compétence de la Préfecture qui est donneur d’ordre en application de l’article L 3211-12-1 du code de la santé publique.

La saisine du JLD par l’hôpital d’accueil du patient est considérée en l’espèce comme irrecevable. En conséquence de l’irrecevabilité de cette saisine, le maintien de la mesure ordonnée par le premier juge est infirmée et la mainlevée de l’hospitalisation sous contrainte est ordonnée.


Mail de Me Raphaël Mayet, du 22 décembre 2016

OBJET : jurisprudence.

Monsieur,

Je vous prie de trouver ci-joint une décision intéressante rendue la 8 Décembre dernier par le 1er Président de la Cour d’Appel de Reims qui rappelle qu’en ce qui concerne les mesures de soins sur décision du représentant de l’État, seul le Préfet et non le Directeur de l’établissement d’accueil peut saisir le juge des libertés et de la détention.

Cette décision m’a été transmise par notre confrère Isabelle Loreaux.

Votre bien dévoué,

Me Raphaël Mayet. Avocat au Barreau de Versailles.



Publications

Derniers articles publiés

Navigation

Articles de la rubrique

Agenda

<<

2017

 

<<

Février

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
303112345
6789101112
13141516171819
20212223242526
272812345
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Sur le Web

19 février - APPEL DES PSYCHIATRES ET MEDECINS DU CH LE VINATIER BRON

17 février - Exigence 1 : Pour une justice indépendante

17 février - Dix exigences pour la justice en 2017

17 février - Majorité pénale à seize ans. Non, être un enfant n'est pas une excuse mineure !

17 février - Prochains conseils nationaux : dimanche 9 avril, 21 mai et 25 juin 2017

17 février - Réunion publique le 24 mars 2017 à Poitiers - MIGRANTS : SOLIDARITE ! Hospitalité pour les migrants

16 février - Ordonnance n° 2017-192 du 16 février 2017 relative à l'adaptation des dispositions législatives relatives aux ordres des professions de santé | Legifrance

16 février - Rapport au Président de la République relatif à l'ordonnance n° 2017-192 du 16 février 2017 relative à l'adaptation des dispositions législatives relatives aux ordres des professions de santé | Legifrance

15 février - Article de Libération du 15 février 2017 : Les chiffres affolants des soins psy sans consentement

14 février - Appel à la Grève Nationale du 7 mars 2017 pour la Défense du Service Public de Santé, du Secteur Médico-Social et contre les Politiques d'Austérité

14 février - Prescription pénale : les bonnes intentions ne font pas une bonne législation

10 février - Libertés fondamentales : il faut consulter !

9 février - Avis relatif au travail et à la formation professionnelle dans les établissements pénitentiaires

7 février - Projet de loi sécurité publique : refusez ce débat expédié !

1er février - Communiqué intersyndical : MANIFESTE pour la santé, la sécurité au travail et la justice sociale : passons à l'offensive !