2016-10-06 (ajnn-parl-qp) Question écrite relative à l’aide juridictionnelle pour les personnes hospitalisées sans leur consentement

• Pour citer le présent article : http://goo.gl/DyTaCH ou http://psychiatrie.crpa.asso.fr/584

Document du jeudi 6 octobre 2016
Article mis à jour le 23 octobre 2016
par  A.B., H.F.

Sur notre site internet : 2014-08-18 (tjn) À propos d’une circulaire du Ministère de la Justice sur le contrôle judiciaire des soins psychiatriques sans consentement

Cet article sur Mediapart (édition participative Les contes de la folie ordinaire) : https://blogs.mediapart.fr/edition/…


Note introductive du CRPA

Trouvez ci-dessous pour information la réponse du Ministère de la justice du 6 octobre 2016 à une question écrite de la sénatrice P.S. de la Haute-Vienne, Mme Marie-Françoise Pérol-Dumont, du 25 février 2015 sur les honoraires des avocats dans les contrôles judiciaires obligatoires des mesures d’hospitalisation psychiatrique sans consentement, dans le cas où les personnes ne relèvent pas de l’aide juridictionnelle.

Cette réponse fait apparaître que, dans l’ensemble, les personnes dont la mesure d’hospitalisation sous contrainte est contrôlée par le juge judiciaire bénéficient de l’aide juridictionnelle.

Il n’en reste pas moins que dans le cas d’une mesure de soins sur demande d’un tiers interne à un foyer fiscal, lorsque le titulaire du foyer fiscal n’émarge pas de l’aide juridictionnelle, celui-ci doit acquitter les honoraires d’avocat pour le contrôle de la mesure d’hospitalisation sans consentement de son parent placé sous une telle mesure. Si cela peut freiner certaines ardeurs…

Néanmoins, on peut se demander, si un tel état de fait est admissible. S’il s’agit de la personne elle-même qui est, ou a été, hospitalisée sans son consentement, qui n’a rien demandé et qui doit payer des honoraires pour une représentation par avocat qu’elle n’a même pas sollicitée…


Question écrite

Source (site internet du Sénat) : http://www.senat.fr/basile/visio.do…

Assistance juridique des personnes faisant l’objet de soins psychiatriques

Question écrite n° 15012 de Mme Marie-Françoise Perol-Dumont (Haute-Vienne - Socialiste)

Publiée dans le JO Sénat du 26/02/2015 - page 416

Mme Marie-Françoise Perol-Dumont attire l’attention de Mme la ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes sur l’assistance juridique des personnes faisant l’objet de soins psychiatriques.

L’article 6 de la loi n° 2013-869 du 27 septembre 2013 modifiant certaines dispositions issues de la loi n° 2011-803 du 5 juillet 2011 relative aux droits et à la protection des personnes faisant l’objet de soins psychiatriques et aux modalités de leur prise en charge prévoit en effet « qu’à l’audience, la personne faisant l’objet de soins psychiatriques est entendue, assistée et représentée par un avocat choisi, désigné au titre de l’aide juridictionnelle ou commis d’office ».

Si cette présence obligatoire d’un avocat s’inscrit pleinement dans le respect des droits des citoyens, il semblerait néanmoins qu’elle génère un coût conséquent, à la charge des patients ne pouvant bénéficier de l’aide juridictionnelle, constituant par là même un obstacle aux soins.

Elle lui demande donc sa position sur ce sujet et ce qu’elle envisage d’entreprendre en la matière.

Transmise au Ministère de la justice
 

Réponse du Ministère de la justice

Publiée dans le JO Sénat du 06/10/2016 - page 4331

La [loi n°2013-869 du 27 septembre 2013-377], modifiant certaines dispositions issues de la loi n°2011-803 du 5 juillet 2011 prévoit ainsi désormais que la personne qui fait l’objet de soins est assistée ou représentée par un avocat. Cet avocat est choisi par la personne concernée, ou, à défaut désigné au titre de l’aide juridictionnelle ou commis d’office.

Le principe de cette assistance obligatoire - ou représentation obligatoire lorsque la personne refuse de comparaître ou lorsque le juge décide de ne pas l’entendre au vu d’un avis médical circonstancié - vise à ce que la défense des intérêts de la personne faisant l’objet de soins psychiatriques soit assurée de façon effective.

Il est vrai qu’en principe, lorsque l’avocat est désigné ou commis d’office, les frais d’avocat restent à la charge de la personne faisant l’objet de soins si les ressources de cette dernière dépassent le plafond ouvrant droit à l’aide juridictionnelle. Néanmoins, depuis l’entrée en vigueur de ces nouvelles dispositions (1er septembre 2014), les dépenses engagées par l’État au titre de l’aide juridictionnelle (totale et partielle) pour les audiences devant le juge des libertés et de la détention statuant en matière de soins sans consentement ont considérablement augmenté, passant de 3 052 962 € en 2014 à 5 670 498 € en 2015. La plupart des personnes qui comparaissent devant le juge des libertés et de la détention en cette matière bénéficient ainsi de l’aide juridictionnelle. Quand bien même les frais d’avocat resteraient à la charge des personnes faisant l’objet de soins psychiatriques sans consentement lorsqu’elles ne peuvent pas bénéficier de l’aide juridictionnelle, un tel coût ne constitue en aucun cas un obstacle aux soins qui sont assurés et poursuivis dans le cadre de la mission de service public des établissements de santé.



Publications

Derniers articles publiés

Agenda

<<

2019

 

<<

Mai

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
293012345
6789101112
13141516171819
20212223242526
272829303112
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Sur le Web

23 mai - Lettres des magistrats turcs

23 mai - Pas d'hôpital sans médecin

22 mai - Mobilisation syndicale devant les juges contre le plafonnement des indemnités pour licenciement injustifié

22 mai - Réforme de l'ordonnance de 45 : la plateforme commune des professionnels de la justice des enfants et des adolescents

22 mai - Réforme de la justice des mineurs : les professionnels de la justice des enfants et des adolescents formulent des propositions communes

17 mai - Première victoire relative au fichier biométrique des mineurs non accompagnés !

16 mai - COMMUNIQUE DE PRESSE UNITAIRE Proposition de loi pour l’aide sociale à l’enfance : Un pas en avant… deux pas en arrière… et au final c’est le droit des jeunes qui recule !

16 mai - Réaction ! Le Conseil d’Etat accepte de renvoyer au Conseil Constitutionnel la question de la conformité à la Constitution du fichage des mineur.es isolé.es étranger.es

15 mai - Proposition de loi Bourguignon pour l'aide sociale à l'enfance : un pas en avant...deux pas en arrière...

15 mai - Réforme de la procédure d’appel : les avocats méritent mieux qu’un râteau !

14 mai - L'USP et les élections professionnelles

13 mai - Communiqué commun contre le projet de loi de destruction de la fonction publique

13 mai - 1er mai : Régressions générales, mobilisation générale !

13 mai - Observations auprès de l'IGJ sur le bilan de la procédure d'appel

13 mai - Observations sur les conditions de lutte contre la délinquance économique et financière

13 mai - Nos observations sur le traitement de la criminalité organisée par les JIRS

13 mai - Commission d'avancement : nos revendications, nos actions et notre profession de foi

13 mai - Contributions sur la réforme de la Cour de cassation

13 mai - Communiqué commun : demande d'abrogation du décret autorisant l'échange d'informations entre le fichier Hopsyweb et le fichier des signalements pour la prévention et la radicalisation à caractère terroriste (FSPRT)

10 mai - Se soigner, être fiché, être fliqué

9 mai - Rapport d’activité 2018

6 mai - Prochain CN : le 23 juin 2019

6 mai - Appel à la grève le 9 mai 2019

2 mai - Quand manifester n’est plus un droit mais un risque

2 mai - Pour le 1er mai le SAF célèbre les travailleuses et les travailleurs à sa façon : Plafonnement des indemnités en cas de licenciement injustifié, on ne lâche rien !