2016-08-23 (jpj/ca) Cour d’appel de Versailles • Des troubles du comportement lors d’une verbalisation pour infraction au code de la route ne sont pas un motif suffisant pour une mesure de SPI

• Pour citer le présent article : http://goo.gl/DbJZjB ou http://psychiatrie.crpa.asso.fr/586

Document du mardi 23 août 2016
Article mis à jour le 23 octobre 2016
par  A.B., H.F.

PDF - 514.1 ko
2016-08-23 Cour d’appel de Versailles, mainlevée d’une SPI.

Mail de Me Pierre Bordessoule de Bellefeuille, avocat au Barreau de Versailles, 24 août 2016
 

OBJET : Ordonnance de la 1re Présidente de la Cour d’appel de Versailles 23 août 2016

Abstracts :

A - SPI - soins pour péril imminent - article L. 3212-1-2 et s. du code de la santé publique - hospitalisation suite à une garde à vue pour infraction au code de la route : en cas d’hospitalisation sous contrainte sur décision du directeur de l’établissement d’accueil sans que ne soit caractérisée avec une précision suffisante l’existence d’un péril imminent pour la santé de l’intéressée, la mainlevée d’une mesure d’hospitalisation complète doit être ordonnée.

B - ratio decidendi :

— absence de description du “ péril imminent” dans les certificats médicaux ;

— « les troubles du comportement en garde à vue ne sont pas significatifs d’une mise en danger de la personne ou de son entourage caractérisant le péril imminent ; d’ailleurs, il n’est fait état ni de violences physiques ni d’agression verbales à l’égard des policiers mais d’excitation et d’un comportement inadapté à la garde à vue » ;

— « Il n’est pas évoqué de risque suicidaire » ;

— « L’appréciation de l’infraction au code de la route relève du Procureur de la République et ne caractérise pas davantage le “péril imminent” invoqué » ;

— « L’existence d’antécédents non documentés et l’absence de suivi de soins lors de l’épisode critiqué ne peuvent se substituer à cette exigence légale » ;

— « Enfin, l’ajustement du traitement ne requiert pas le régime de l’hospitalisation complète ».

Commentaire : il s’agit d’une décision assez classique de soins péril imminent sans que ne soit caractérisé ce péril imminent. Il est néanmoins à noter une motivation particulière quant aux références faites à des « antécédents non documentés », à la nécessité d’un « ajustement de traitement », référence trouvées sans pertinence.



Publications

Derniers articles publiés

Navigation

Articles de la rubrique

Agenda

<<

2017

 

<<

Février

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
303112345
6789101112
13141516171819
20212223242526
272812345
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Sur le Web

20 février - Bref compte rendu de l'audition concernant le bilan de la loi 2013 sur les soins psychiatriques sans consentement

20 février - Les soins sans consentement en psychiatrie : bilan après quatre années de mise en œuvre de la loi du 5 juillet 2011

19 février - APPEL DES PSYCHIATRES ET MEDECINS DU CH LE VINATIER BRON

17 février - Exigence 1 : Pour une justice indépendante

17 février - Dix exigences pour la justice en 2017

17 février - Majorité pénale à seize ans. Non, être un enfant n'est pas une excuse mineure !

17 février - Prochains conseils nationaux : dimanche 9 avril, 21 mai et 25 juin 2017

17 février - Réunion publique le 24 mars 2017 à Poitiers - MIGRANTS : SOLIDARITE ! Hospitalité pour les migrants

16 février - Ordonnance n° 2017-192 du 16 février 2017 relative à l'adaptation des dispositions législatives relatives aux ordres des professions de santé | Legifrance

16 février - Rapport au Président de la République relatif à l'ordonnance n° 2017-192 du 16 février 2017 relative à l'adaptation des dispositions législatives relatives aux ordres des professions de santé | Legifrance

15 février - Article de Libération du 15 février 2017 : Les chiffres affolants des soins psy sans consentement

14 février - Appel à la Grève Nationale du 7 mars 2017 pour la Défense du Service Public de Santé, du Secteur Médico-Social et contre les Politiques d'Austérité

14 février - Prescription pénale : les bonnes intentions ne font pas une bonne législation

10 février - Libertés fondamentales : il faut consulter !

9 février - Avis relatif au travail et à la formation professionnelle dans les établissements pénitentiaires