2016-06-22 La Cour de cassation précise sa jurisprudence sur la computation des délais lors d’un appel d’un contrôle JLD

• Pour citer le présent article : http://goo.gl/Kik8gU ou http://psychiatrie.crpa.asso.fr/574

Document du mercredi 22 juin 2016
Article mis à jour le 27 août 2020
par  A.B., Y.F.

Sur notre site internet : 2014-10-30 JLD de Versailles • Mainlevée d’une SDTU pour tardiveté de la saisine du JLD

2013-03-04 C.A. Paris • Mainlevée d’un programme de soins SDRE pour dépassement du délai de 12 jours

2018-11-21 Cour de cassation • Sur le délai des certificats médicaux mensuels obligatoires des SDRE


Note introductive - CRPA

Source (site Legifrance) : https://www.legifrance.gouv.fr/affi…

PDF - 39.8 ko
2016-06-22 Arrêt de la Cour de cassation relatif aux délais de procédure.

En pièce jointe un important arrêt de la Cour de cassation rendu le 22 juin 2016, publié au Bulletin de la Cour.

Selon cet arrêt, en cause d’appel d’une ordonnance d’un juge des libertés et de la détention en matière de mesures de soins psychiatriques sans consentement, l’article R 3211-25 du code de la santé publique ne s’applique pas. L’article R 3211-25, issu du décret du 15 août 2014, stipule que le jour de la décision compte dans le calcul du délai, de même que si ce délai tombe un weekend ou un férié.

Pour la Cour de cassation, en cause d’appel, le régime usuel de la computation des délais de procédure tel qu’énoncé dans les articles 641, 1er alinéa, et 642, 2e alinéa, du code de procédure civile, est applicable. Les jours de départ ainsi que de clôture du délai, si cette clôture intervient un weekend ou un férié, ne comptent pas dans le calcul des délais de procédure.

Notons qu’il n’en reste pas moins que les clauses de l’article R 3211-25 du code de la santé publique sont pleinement applicables en première instance dans le cadre des contrôle des mesures de soins psychiatriques sous contrainte par les juges des libertés et de la détention.



Navigation