2016-04-12 (jpj/tgi/jld) Mainlevée d’une mesure de soins sur demande d’un tiers pour tardiveté de la saisine par l’hôpital du greffe du JLD de Versaillles

• Pour citer le présent article : http://goo.gl/JGyiKo ou http://psychiatrie.crpa.asso.fr/551

Document du mardi 12 avril 2016
Article mis à jour le 28 avril 2016
par  A.B., H.F.

Note introductive du CRPA

PDF - 392.3 ko
2016-04-12 JLD de Versailles, ordonnance de mainlevée d’une mesure de SDT.

En pièce jointe une ordonnance de mainlevée d’une mesure de soins sur demande d’un tiers, prise par le juge des libertés et de la détention de Versailles, le 12 avril 2016, sur arguments et conclusions de Me Helena Ramalho, avocate au Barreau de Versailles. Un résumé de cette ordonnance de Me H. Ramalho est annexé ci-dessous.

Le greffe du juge des libertés et de la détention de Versailles a été saisi, pour un contrôle à six mois de cette mesure de soins sur demande d’un tiers en place depuis 7 avril 2015, le 30 mars 2016, alors même que la dernière ordonnance de contrôle du juge des libertés et de la détention avait été prise le 13 octobre 2015. Or, le 3° de l’article L 3211-12-1 du code de la santé publique, issu de la loi du 5 juillet 2011 modifiée, stipule que dans le cadre d’un contrôle semestriel « le juge des libertés et de la détention est (…) saisi quinze jours au moins avant l’expiration du délai de 6 mois prévu au présent 3°. ». La saisine du juge des libertés et de la détention étant tardive la mainlevée est accordée en application de l’article L 3211-12 IV, faute que des circonstances exceptionnelles rendant légitimes cette tardiveté aient été invoquées.


Mail de Me Helena Ramalho au CRPA

12 avril 2016, 14h37

Cher Monsieur,

Je me permets de venir vers vous afin de vous transmettre copie pour information d’une ordonnance rendue par le Juge des Libertés et de la détention près le Tribunal de Grande Instance de Versailles.

La mainlevée de la mesure d’hospitalisation complète est ordonnée compte tenu de la saisine tardive du Juge des Libertés et de la détention.

Vous en souhaitant une bonne réception.

Je vous prie de croire, Cher Monsieur, à l’assurance de mes sentiments les meilleurs.

Helena Ramalho. Avocat à la Cour d’appel de Versailles.

Membre de l’AARPI PLANCHE MAMOUDY RAMALH.O. Avocats Associés



Publications

Derniers articles publiés

Navigation

Articles de la rubrique

Agenda

<<

2017

 

<<

Février

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
303112345
6789101112
13141516171819
20212223242526
272812345
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Sur le Web

19 février - APPEL DES PSYCHIATRES ET MEDECINS DU CH LE VINATIER BRON

17 février - Exigence 1 : Pour une justice indépendante

17 février - Dix exigences pour la justice en 2017

17 février - Majorité pénale à seize ans. Non, être un enfant n'est pas une excuse mineure !

17 février - Prochains conseils nationaux : dimanche 9 avril, 21 mai et 25 juin 2017

17 février - Réunion publique le 24 mars 2017 à Poitiers - MIGRANTS : SOLIDARITE ! Hospitalité pour les migrants

16 février - Ordonnance n° 2017-192 du 16 février 2017 relative à l'adaptation des dispositions législatives relatives aux ordres des professions de santé | Legifrance

16 février - Rapport au Président de la République relatif à l'ordonnance n° 2017-192 du 16 février 2017 relative à l'adaptation des dispositions législatives relatives aux ordres des professions de santé | Legifrance

15 février - Article de Libération du 15 février 2017 : Les chiffres affolants des soins psy sans consentement

14 février - Appel à la Grève Nationale du 7 mars 2017 pour la Défense du Service Public de Santé, du Secteur Médico-Social et contre les Politiques d'Austérité

14 février - Prescription pénale : les bonnes intentions ne font pas une bonne législation

10 février - Libertés fondamentales : il faut consulter !

9 février - Avis relatif au travail et à la formation professionnelle dans les établissements pénitentiaires

7 février - Projet de loi sécurité publique : refusez ce débat expédié !

1er février - Communiqué intersyndical : MANIFESTE pour la santé, la sécurité au travail et la justice sociale : passons à l'offensive !