2016-04-12 (jpj/ca) C.A. Versailles • Un appel non motivé d’une ordonnance d’un JLD est recevable si la motivation est régularisée dans le délai d’appel de 10 jours

• Pour citer le présent article : http://goo.gl/GNMwFW ou http://psychiatrie.crpa.asso.fr/552

Document du mardi 12 avril 2016
Article mis à jour le 18 août 2019
par  A.B., H.F.

Cf. de façon connexe une ordonnance de la Cour d’appel de Versailles du 2 novembre 2014 (lien), qui avait validé une déclaration d’appel non strictement motivée et reçue tardivement. Celle-ci avait été introduite dans le délai de 10 jours à dater de la notification de l’ordonnance du juge des libertés et de la détention, devant une Cour d’appel territorialement incompétente à en connaître. La Cour d’appel de Versailles avait considéré que du moment que la précédente Cour d’appel lui avait transmis la déclaration d’appel, même avec retard, cette déclaration était recevable.


PDF - 2.1 Mo
2016-04-12 Ordonnance de la Cour d’appel de Versailles.

Cour d’Appel de Versailles, 12 avril 2016, maintien d’une mesure de programme de soins.

Mail de Me Pierre Bordessoule de Bellefeuille, avocat au Barreau de Versailles,
Reçu le 23 avril 2016
.

Cette jurisprudence à toutes fins.

Aux termes des articles R.3211-18 et R. 3211-19 du code de la santé publique, une ordonnance du juge des libertés et de la détention est susceptible d’appel dans un délai de 10 jours à compter de sa notification par une déclaration d’appel motivée « transmise par tout moyen au greffe de la cour d’appel ».

En conséquence, selon la jurisprudence ici transmise :

  • « la déclaration d’appel déposée au greffe du JLD doit être déclarée recevable dès lors qu’elle a été transmise à la cour dans le délai d’appel » (au sein du délai de 10 jours).
  • « l’absence de motivation de la déclaration d’appel est susceptible de régularisation dès lors que la motivation intervient dans le délai d’appel de dix jours ».

Cette jurisprudence introduit plus de souplesse :

  • quant à la forme. Une absence totale de motivation sera possible dans la mesure où la motivation surviendra au sein du délai de dix jours,
  • quant au lieu de dépôt de l’appel : tout endroit à condition que la déclaration d’appel parvienne au greffe de la Cour. C’est le cas des patients qui confient leur délaration d’appel à leur administration hospitalière, laquelle la fait suivre au greffe de la Cour d’appel (de façon plus ou moins diligente).

Cette jurisprudence :

  • ouvre largement la possibilité d’appels conservatoires, sans motivation immédiate,
  • fait peser sur l’avocat l’obligation d’essayer de sauvegarder tout appel non-motivé, le cas échéant déposé en tout endroit, au sein du délai de dix jours, par une motivation adaptée.

Je suggère cependant de ne pas « jouer avec le feu » et de préserver au sein des cabinets d’avocats le principe d’appels motivés adressés soigneusement et dans les délais au greffe de la Cour.

Bien cordialement et confraternellement.

Pierre BORDESSOULE de BELLEFEUILLE, avocat à la Cour d’appel de Versailles.



Publications

Derniers articles publiés

Agenda

<<

2020

 

<<

Mars

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
2425262728291
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
303112345
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Sur le Web

27 mars - COVID-19 : recommandations du CGLPL relatives aux établissements de santé mentale

27 mars - Réponse à Mme Wonner, co-rapporteuse de la mission parlementaire sur la psychiatrie

26 mars - Ordonnances justice : la gestion des stocks vaut bien de confiner les droits et de sacrifier la santé des personnels

26 mars - le droit durant la crise Covid19

25 mars - Arrêt n°271 du 04mars 2020 (19-24.080) - Cour de cassation

25 mars - Arrêt n°270 du 05 mars 2020 (19-23.287) - Cour de cassation

25 mars - Arrêt n° 176 du 4 mars 2020 (19-14.269)

25 mars - Covid-19 : notre courrier à la ministre

25 mars - Communiqué commun : Je reste confiné, je limite la propagation du virus

25 mars - Etat d'urgence sanitaire : première analyse !

23 mars - L'USP soutient ce communiqué écrit par des responsables du champ psychiatrique : Tous solidaires contre l'épidémie du Covid-19

18 mars - Prisons, centres de rétention : il y a urgence à réduire l'enfermement dans ces lieux non conformes aux mesures sanitaires

18 mars - Respect des mesures de confinement au ministère de la Justice, notre courrier commun

17 mars - Situation sanitaire des prisons et centres de rétention administrative : le CGLPL demande la prise de mesures pour la protection des personnes privées de liberté

16 mars - Activités du CGLPL dans le cadre de l’épidémie de coronavirus

13 mars - Une couronne pour Macron ?

10 mars - Pour une convergence des luttes les 15 et 22 mars 2020

10 mars - Semaines de la Folie Ordinaire franciliennes 15 au 29 mars 2020

6 mars - Commission d'enquête sur les obstacles à l'indépendance de la justice : notre audition

27 février - Requête devant la CEDH pour l'interdiction des armes mutilantes lors des manifestations

27 février - Thouars, 13 février 2020

26 février - Justice à bout de souffle : Magistrats, avocats, fonctionnaires de justice lancent la première journée nationale pour la justice

25 février - Mort d'un enfant en prison, ne l'acceptons pas !

20 février - Communiqué intersyndical : Tant qu'il le faudra !

18 février - Notre réponse à la garde des Sceaux à sa consternante missive aux magistrats et fonctionnaires de greffe