2016-04-12 (jpj/ca) C.A. Versailles • Un appel non motivé d’une ordonnance d’un JLD est recevable si la motivation est régularisée dans le délai d’appel de 10 jours

• Pour citer le présent article : http://goo.gl/GNMwFW ou http://psychiatrie.crpa.asso.fr/552

Document du mardi 12 avril 2016
Article mis à jour le 18 août 2019
par  A.B., H.F.

Cf. de façon connexe une ordonnance de la Cour d’appel de Versailles du 2 novembre 2014 (lien), qui avait validé une déclaration d’appel non strictement motivée et reçue tardivement. Celle-ci avait été introduite dans le délai de 10 jours à dater de la notification de l’ordonnance du juge des libertés et de la détention, devant une Cour d’appel territorialement incompétente à en connaître. La Cour d’appel de Versailles avait considéré que du moment que la précédente Cour d’appel lui avait transmis la déclaration d’appel, même avec retard, cette déclaration était recevable.


PDF - 2.1 Mo
2016-04-12 Ordonnance de la Cour d’appel de Versailles.

Cour d’Appel de Versailles, 12 avril 2016, maintien d’une mesure de programme de soins.

Mail de Me Pierre Bordessoule de Bellefeuille, avocat au Barreau de Versailles,
Reçu le 23 avril 2016
.

Cette jurisprudence à toutes fins.

Aux termes des articles R.3211-18 et R. 3211-19 du code de la santé publique, une ordonnance du juge des libertés et de la détention est susceptible d’appel dans un délai de 10 jours à compter de sa notification par une déclaration d’appel motivée « transmise par tout moyen au greffe de la cour d’appel ».

En conséquence, selon la jurisprudence ici transmise :

  • « la déclaration d’appel déposée au greffe du JLD doit être déclarée recevable dès lors qu’elle a été transmise à la cour dans le délai d’appel » (au sein du délai de 10 jours).
  • « l’absence de motivation de la déclaration d’appel est susceptible de régularisation dès lors que la motivation intervient dans le délai d’appel de dix jours ».

Cette jurisprudence introduit plus de souplesse :

  • quant à la forme. Une absence totale de motivation sera possible dans la mesure où la motivation surviendra au sein du délai de dix jours,
  • quant au lieu de dépôt de l’appel : tout endroit à condition que la déclaration d’appel parvienne au greffe de la Cour. C’est le cas des patients qui confient leur délaration d’appel à leur administration hospitalière, laquelle la fait suivre au greffe de la Cour d’appel (de façon plus ou moins diligente).

Cette jurisprudence :

  • ouvre largement la possibilité d’appels conservatoires, sans motivation immédiate,
  • fait peser sur l’avocat l’obligation d’essayer de sauvegarder tout appel non-motivé, le cas échéant déposé en tout endroit, au sein du délai de dix jours, par une motivation adaptée.

Je suggère cependant de ne pas « jouer avec le feu » et de préserver au sein des cabinets d’avocats le principe d’appels motivés adressés soigneusement et dans les délais au greffe de la Cour.

Bien cordialement et confraternellement.

Pierre BORDESSOULE de BELLEFEUILLE, avocat à la Cour d’appel de Versailles.



Publications

Derniers articles publiés

Agenda

<<

2019

 

<<

Septembre

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
2627282930311
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
30123456
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Sur le Web

20 septembre - Décision du Conseil Constitutionnel sur le recours à la visio-audience: une victoire en trompe l’œil

19 septembre - Qui est responsable de la catastrophe ?

16 septembre - La justice, ça n'est pas que pour les autres

13 septembre - Par-delà les différences de nos statuts et de nos exercices, notre combat pour le droit à une retraite fiable, digne et solidaire est le même !

13 septembre - Ensemble à Paris le 16 septembre prochain pour un système de retraite juste et solidaire !

13 septembre - Bien accueillir, ça urge !

12 septembre - Observer l’action de la police et de la gendarmerie est un droit! Soutien à Camille Halut

11 septembre - INDÉPENDANCE DES INSPECTEURS DU TRAVAIL LES ENTRAVES NE DOIVENT PAS ÊTRE PASSÉES SOUS SILENCE !

5 septembre - 33es Journées de l'Association méditerranéenne de psychothérapie institutionnelle (AMPI), à Marseille le 17 et 18 octobre 2019

2 septembre - Nous ne battrons pas en retraite ! Ensemble à Paris le 16 septembre prochain pour un système de retraite juste et solidaire !

29 août - Défense de l'AME, accès inconditionnel aux soins des migrants

21 août - Le « Guide du manifestant arrêté » mis à jour (août 2019)

21 août - Le « Guide du manifestant arrêté » mis à jour (août 2019)

29 juillet - Fichage des mineur·es isolé·es : le Conseil Constitutionnel ne reconnaît pas l’atteinte à l’intérêt supérieur de l’enfant

26 juillet - Observations devant la mission parlementaire d'information sur le secret de l'enquête et de l'instruction

26 juillet - Fusion/spécialisation des juridictions : notre courrier à la garde des Sceaux

24 juillet - Le parquet selon l'exécutif : « en ligne et à l'aise » avec le pouvoir, mais « indépendant » quand ça dérape

22 juillet - Postes de psychiatres disponibles à l'hôpital Edouard Toulouse de Marseille

19 juillet - Réforme des retraites : pas si simple et plus injuste!

19 juillet - Publication de rapports de visite

18 juillet - Réforme de l’assurance-chômage : une reprise en main de fer par l’Etat conduisant à une précarisation inacceptable des plus fragiles

18 juillet - La marchandisation du cerveau

18 juillet - A pourvoir : poste de psychiatre au Samu social de Paris

18 juillet - BAREME MACRON : UN AVIS… MAIS PAS UN COUP D’ARRET

15 juillet - Vers un renouveau du soin psychique - Soirée débat le 25 juillet 2019 à Aix en Provence