2016-04-05 (jpj/ca) La Cour d’appel de Versailles ordonne la mainlevée d’une mesure de SDT d’urgence au motif du défaut de notification de la mesure au patient

• Pour citer le présent article : http://goo.gl/R5ZRpa ou http://psychiatrie.crpa.asso.fr/550

Document du mardi 5 avril 2016
Article mis à jour le 12 décembre 2016
par  A.B., H.F.

Sur notre site : 2014-06-18 (jpj/cass) Pour la Cour de cassation le défaut de notification et d’information aux personnes placées sous mesures de contrainte psychiatrique, sur les mesures qu’elles subissent, est suffisant pour justifier une décision de mainlevée de ces mesures

2015-01-15 (jpj/cass) La Cour de cassation dit que le défaut d’information d’un patient sur ses droits est une illégalité dans l’exécution de la mesure de soins sans consentement, et non une illégalité de la mesure elle-même

Sur le site internet du Groupe information asiles (GIA), une décision de mainlevée d’hospitalisation d’office prise le 8 novembre 2006 par la Cour d’appel de Versailles : http://www.groupeinfoasiles.org/all…


Note introductive du CRPA

PDF - 440.8 ko
2016-04-05 Mainlevée par la Cour d’appel de Versailles d’une mesure de SDT d’urgence.

Trouvez en pièce jointe une ordonnance de mainlevée prise par la Cour d’appel de Versailles le 5 avril 2016, d’une mesure de soins sur demande d’un tiers d’urgence, sur arguments de Me David Riou, avocat au Barreau de Versailles. Annexé ci-dessous le résumé de cette décision par cet avocat.

La décision de mainlevée est prise sur l’argument du défaut de notification de la mesure d’hospitalisation sous contrainte, alors même que le patient est certifié avoir été informé des décisions de maintien en soins sans consentement le concernant de 24 heures et de 72 heures.

Deux arrêts de la Cour de cassation récents ont balisé cette question du défaut de notification des mesures d’hospitalisations sans consentement, ainsi que celle attenante du défaut d’information des patients sur leur situation, leurs droits et leurs voies de recours :

Un arrêt du 18 juin 2014 (lien) a conclu que le défaut de notification et d’information devait entraîner la mainlevée de la mesure contrôlée par le juge judiciaire.

Un deuxième arrêt du 15 janvier 2015 (lien), plus problématique mais néanmoins éclairant, considère que le défaut de notification n’est pas une illégalité externe (illégalité du formalisme de la décision) qui affecte de nullité la mesure elle-même, mais une illégalité dans l’exécution de la mesure, laquelle est postérieure à l’édiction cette mesure. Cet arrêt a été interprété par certaines juridictions, d’ailleurs à tort, comme impliquant que le défaut de notification ne conduit pas nécessairement le juge de contrôle de la mesure de soins sans consentement à ordonner la mainlevée de cette mesure.

L’ordonnance du 5 avril 2016, ici diffusée, rétablit le fait que le défaut de notification au patient de la mesure de soins sous contrainte qu’il subit, est une illégalité qui lui porte nécessairement grief, puisqu’il n’est pas informé de la mesure elle-même de façon formalisée, ainsi que de ses possibilités, droits et voies de recours en relation avec la mesure de contrainte qu’il subit.


Mail de Me David Riou, avocat au Barreau de Versailles

7 avril 2016, 15h22.

Monsieur,

Je vous prie de bien vouloir trouver en pièce jointe une ordonnance de mainlevée rendue le 5 avril dernier par la Cour d’appel de Versailles, au motif d’un défaut de notification des décisions d’admission et de maintien.

Il s’avère que le patient n’était a priori « momentanément pas réceptif à l’information » pour se voir notifier la décision d’admission, sans qu’une nouvelle notification ne soit intervenue ultérieurement, alors même que ce dernier a été reconnu apte à entendre les informations et à participer aux décisions lors des examens ayant conduit à l’établissement des certificats médicaux des 24 h et 72 h.

Ce défaut de notification a nécessairement fait grief au patient, lequel n’avait dès lors notamment pas pu prendre connaissance des certificats médicaux sur lesquels étaient fondées les décisions d’admission et de maintien, ces dernières ayant été motivées par référence aux dits certificats qui devaient y être annexés.

Vous en souhaitant bonne réception, je vous prie de recevoir, Monsieur, mes parfaites salutations.

David Riou. Avocat à la Cour, inscrit au Barreau de Versailles.



Documents joints

2016-04-05 Mainlevée par la Cour d'appel de (...)

Publications

Derniers articles publiés

Agenda

<<

2019

 

<<

Mars

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
25262728123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Sur le Web

24 mars - Les giboulées de mars : Le Conseil constitutionnel censure les atteintes aux droits de la défense et aux libertés mais valide une vision de la justice purement gestionnaire.

22 mars - Une parodie de justice – 18 avocats turcs condamnés à de longues peines de prison, 159 ans, 1 mois, 30 jours au total

22 mars - Contre l'usage du LBD : une QPC déposée devant le Conseil d'Etat par plusieurs organisations

22 mars - Les examens osseux déclarés conformes à la Constitution : nos organisations continueront d'exiger leur interdiction

22 mars - Décision du Conseil constitutionnel sur la réforme de la justice : des victoires sur les libertés fondamentales, au goût amer

21 mars - Contre l’usage du LBD : la CGT, la LDH, le SM, le SAF, l’UNEF, l’UNL, continuent le combat !

20 mars - Liberté pour notre consœur iranienne Nasrin Sotoudeh

20 mars - Notre porte étroite adressée au Conseil constitutionnel sur la loi « visant à renforcer et garantir le maintien de l'ordre public lors des manifestations »

14 mars - Loi dite « anti-casseurs » : le Conseil constitutionnel doit saisir la balle au bond

12 mars - Levons-nous, ils sont devenus fous !

12 mars - Préavis de grève pour le 21 mars 2019

7 mars - Barème « Macron » des indemnités pour licenciement injustifié : Panique à la chancellerie ?

7 mars - Une proposition de loi contre la liberté de manifester

7 mars - Une proposition de loi contre la liberté de manifester

6 mars - L'amende forfaitaire pour usage de drogues doit être censurée par le Conseil constitutionnel

1er mars - Notre porte étroite adressée au Conseil constitutionnel sur les lois organique et ordinaire de réforme de la justice

28 février - NON au fichage des mineur.e.s non accompagné.e.s !

28 février - Non au fichage des mineurs non accompagnés et à une réforme de l'ordonnance de 45 sans débat démocratique !

27 février - Permanence « Gilets jaunes » lettre ouverte du SAF au Procureur de la République du TGI de Paris

27 février - Non, maintenir enfermés des innocents n'est pas « classique »

27 février - REFORME DE LA JUSTICE : SONNES MAIS PAS KO LE COMBAT CONTINUE POUR UNE JUSTICE DE QUALITE, ACCESSIBLE, EGALE POUR TOUS ET PROTECTRICE DES LIBERTES ET DES MINEURS

27 février - Parlons d'Europe ! Cycle de conférences organisé par MEDEL

26 février - Lettre ouverte du SAF, ELENA et l’ADDE à la Présidente de la CNDA

26 février - Appel à mobilisation nationale le 21 mars 2019 à Paris

26 février - Manifeste pour l'appropriation sociale du médicament à signer en ligne