2016-01-21 (jpa/ta) L’EPSM de Ville-Evrart condamné pour le suicide d’un interné sur demande d’un tiers alors qu’il était en chambre d’isolement

• Pour citer le présent article : http://goo.gl/pSVzrj ou http://psychiatrie.crpa.asso.fr/541

Document du jeudi 21 janvier 2016
Article mis à jour le 28 avril 2018
par  A.B., H.F.

Sur notre site : 2016-01-28 (jpa/ta) L’EPSM de Moisselles condamné à indemniser les ayants droit d’une jeune patiente décédée en 2004 par surdosage de neuroleptiques


Note introductive du CRPA

PDF - 206.9 ko
2016-01-21 Jugement du Tribunal administratif de Montreuil.

1. - Ci-joint un jugement indemnitaire intéressant obtenu par Me Nathalie Raccah, avocate au Barreau de Bobigny, Seine-St-Denis, pris par le Tribunal administratif de Montreuil le 21 janvier 2016.

Ce Tribunal administratif condamne l’établissement public de santé mentale de Ville-Evrart à verser 20 000 euros d’indemnisation à chacune des deux sœurs d’un homme qui s’est suicidé avec la cordelette de son short dans la chambre d’isolement où il avait été placé, dans le cadre d’une hospitalisation à la demande d’un tiers, en juin 2011 sous l’empire de la loi du 27 juin 1990, alors même qu’il avait de lourds antécédents psychiatriques.

Me Nathalie Raccah a soulevé dans ses mémoires le non respect des recommandations de l’ANAES de juin 1998 sur l’usage des chambres d’isolement prescrivant une surveillance stricte et fréquente des patients placés en isolement. Or, cet argument est retenu par le Tribunal administratif de Montreuil lequel rend ainsi opposables ces recommandations.

Nous précisons que l’ANAES (Agence nationale d’accréditation et d’évaluation en santé) est devenue en 2004 la Haute autorité de santé (HAS), dont les avis et recommandations peuvent être attaqués en excès de pouvoir devant le Conseil d’État à l’instar d’un texte réglementaire, ce qui les rend opposables.

Sous cet angle, ce jugement de plein contentieux nous semble particulièrement important d’autant que, dans le cas du suicide en milieu hospitalier, il n’est pas toujours évident d’obtenir que soit reconnu le défaut de surveillance, et le fait que l’établissement ait été en faute. Une telle faute issue du défaut de surveillance n’est, par exemple, pas reconnue dans le service libre en clinique psychiatrique privée. Voir en ce sens, un arrêt de principe de la Cour de cassation du 29 mai 2013, 1re chambre civile, n°12-21194, publié au Bulletin de la Cour. Cet arrêt dit clairement que le service libre, en tant qu’hospitalisation de droit commun non contraignante, n’autorise pas l’établissement de soins à protocoliser les faits, gestes et déplacements du patient, puisque ce serait le restreindre dans sa liberté. Le défaut de surveillance ainsi que la faute de l’établissement en regard du suicide du parent des requérants dans cette instance n’étant ainsi pas reconnus.

On observe au surplus, dans cette affaire, que la compétence de la juridiction administrative est entière dans la mesure où la légalité ainsi que le bien fondé de la mesure d’hospitalisation sans consentement n’était pas contestée. Cette compétence aurait-elle été aussi évidente si la légalité formelle de l’hospitalisation à la demande d’un tiers dans le cadre de laquelle l’interné s’est suicidé avait été contestée ? Cette question est pendante dans une affaire différente de celle-ci devant la 1re chambre civile du Tribunal de grande instance de Paris.
 

PDF - 125.2 ko
2015-12-01 Ordonnance du juge des libertés et de la détention de Bobigny.

2. - Egalement en pièce jointe une décision de mainlevée d’une mesure de soins sur demande d’un tiers, prise le 1er décembre 2015 par le juge des libertés et de la détention de Bobigny, sur arguments et conclusions de Me Nathalie Raccah. La mainlevée est prononcée au motif que le premier certificat médical de la mesure de contrainte renvoyait à un courrier d’un autre médecin non joint à la procédure, et indiquait patiente « non évaluable ». La procédure était irrégulière du fait de l’absence d’un des deux certificats médicaux légaux et obligatoires, mais aussi du fait que l’état de la patiente n’avait pas été évalué.



Publications

Derniers articles publiés

Agenda

<<

2019

 

<<

Mai

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
293012345
6789101112
13141516171819
20212223242526
272829303112
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Sur le Web

23 mai - Lettres des magistrats turcs

23 mai - Pas d'hôpital sans médecin

22 mai - Mobilisation syndicale devant les juges contre le plafonnement des indemnités pour licenciement injustifié

22 mai - Réforme de l'ordonnance de 45 : la plateforme commune des professionnels de la justice des enfants et des adolescents

22 mai - Réforme de la justice des mineurs : les professionnels de la justice des enfants et des adolescents formulent des propositions communes

17 mai - Première victoire relative au fichier biométrique des mineurs non accompagnés !

16 mai - COMMUNIQUE DE PRESSE UNITAIRE Proposition de loi pour l’aide sociale à l’enfance : Un pas en avant… deux pas en arrière… et au final c’est le droit des jeunes qui recule !

16 mai - Réaction ! Le Conseil d’Etat accepte de renvoyer au Conseil Constitutionnel la question de la conformité à la Constitution du fichage des mineur.es isolé.es étranger.es

15 mai - Proposition de loi Bourguignon pour l'aide sociale à l'enfance : un pas en avant...deux pas en arrière...

15 mai - Réforme de la procédure d’appel : les avocats méritent mieux qu’un râteau !

14 mai - L'USP et les élections professionnelles

13 mai - Communiqué commun contre le projet de loi de destruction de la fonction publique

13 mai - 1er mai : Régressions générales, mobilisation générale !

13 mai - Observations auprès de l'IGJ sur le bilan de la procédure d'appel

13 mai - Observations sur les conditions de lutte contre la délinquance économique et financière

13 mai - Nos observations sur le traitement de la criminalité organisée par les JIRS

13 mai - Commission d'avancement : nos revendications, nos actions et notre profession de foi

13 mai - Contributions sur la réforme de la Cour de cassation

13 mai - Communiqué commun : demande d'abrogation du décret autorisant l'échange d'informations entre le fichier Hopsyweb et le fichier des signalements pour la prévention et la radicalisation à caractère terroriste (FSPRT)

10 mai - Se soigner, être fiché, être fliqué

9 mai - Rapport d’activité 2018

6 mai - Prochain CN : le 23 juin 2019

6 mai - Appel à la grève le 9 mai 2019

2 mai - Quand manifester n’est plus un droit mais un risque

2 mai - Pour le 1er mai le SAF célèbre les travailleuses et les travailleurs à sa façon : Plafonnement des indemnités en cas de licenciement injustifié, on ne lâche rien !