2015-01-15 (jpj/cass) La Cour de cassation rappelle l’obligation de motiver la décision de donner un effet différé de 24 heures à une mainlevée judiciaire d’une mesure de soins sans consentement

• Pour citer le présent article : http://goo.gl/kPnkOw ou http://psychiatrie.crpa.asso.fr/481

Document du jeudi 15 janvier 2015
Article mis à jour le 2 avril 2017

Dernières décisions importantes de la Cour de cassation :

Sur le défaut d’information du patient sur ses droits.

Sur la transformation d’une mesure de soins sous contrainte prise par un directeur d’établissement psychiatrique en mesure de soins d’office.

Sur les mesures de soins péril imminent.

À propos du défaut du recueil des observations du patient et de l’absence de notification et d’information des droits et voies de recours au patient.

Auteurs : A.B. - H.F.


Note par le CRPA, du 27 janvier 2015
 

PDF - 41 ko
2015-01-15 Arrêt de la Cour de cassation sur l’effet différé de 24 heures dans une décision de mainlevée

Source (site Legifrance) : http://goo.gl/IwDUz7

En pièce jointe un arrêt de la Cour de cassation (n° 13-26758), du 15 janvier 2015, cassant sans renvoi une ordonnance de la Cour d’appel de Dijon du 18 janvier 2013, en ce que cette ordonnance avait accordé la mainlevée d’une mesure de soins sans consentement prise par un directeur d’établissement psychiatrique, en donnant un effet différé de 24 heures à cette décision, sans toutefois motiver cet effet différé. La Cour de cassation considère que le défaut de motivation de l’effet différé donné à la décision de mainlevée viole l’article L. 3211-12-III., alinéa 2, du code de la santé publique, qui oblige à motiver un tel différé de 24 heures aux fins d’instaurer, le cas échéant, un programme de soins.
 

Citation du III. de l’article L. 3211-12

« III. — Le juge des libertés et de la détention ordonne, s’il y a lieu, la mainlevée de la mesure d’hospitalisation complète. Lorsqu’il ordonne cette mainlevée, il peut, au vu des éléments du dossier et par décision motivée, décider que la mainlevée prend effet dans un délai maximal de vingt-quatre heures afin qu’un programme de soins puisse, le cas échéant, être établi en application de l’article L. 3211-2-1. Dès l’établissement de ce programme ou à l’issue du délai mentionné à la phrase précédente, la mesure d’hospitalisation complète prend fin. »

On notera que la Cour de cassation rejette le moyen soulevé selon lequel dès lors qu’une mainlevée est accordée eu égard aux fait que la décision de soins psychiatriques sans consentement elle-même est entachée d’illégalité, un tel différé de 24 heures ne peut pas être mis en place, puisqu’il prorogerait l’illégalité constatée. Selon ce moyen, l’effet différé de 24 heures sur décision de mainlevée, ne peut être donné que si la mesure de soins sans consentement est régulière. La Cour de cassation rejette ce moyen en considérant que l’article L. 3211-12-III « … ne distingue pas entre les raisons de fond ou de forme, pour lesquelles la mainlevée est décidée… ».

Le raisonnement suivi paraît cependant peu logique, puisqu’on voit mal qu’une mesure de soins sans consentement constatée comme illégale et irrégulière puisse se prolonger par un programme de soins sans que l’on change de décision - support. Sauf à considérer que le programme de soins est une mesure distincte de l’hospitalisation sans consentement à temps complet lui servant de base. C’est ce qu’implique d’ailleurs le fait que lors d’une réintégration en hospitalisation à temps complet sous contrainte, à la suite d’un programme de soins, le système du contrôle judiciaire obligatoire repart à zéro.



Documents joints

2015-01-15 Arrêt de la Cour de cassation sur (...)

Publications

Derniers articles publiés

Agenda

<<

2019

 

<<

Mai

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
293012345
6789101112
13141516171819
20212223242526
272829303112
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Sur le Web

23 mai - Lettres des magistrats turcs

23 mai - Pas d'hôpital sans médecin

22 mai - Mobilisation syndicale devant les juges contre le plafonnement des indemnités pour licenciement injustifié

22 mai - Réforme de l'ordonnance de 45 : la plateforme commune des professionnels de la justice des enfants et des adolescents

22 mai - Réforme de la justice des mineurs : les professionnels de la justice des enfants et des adolescents formulent des propositions communes

17 mai - Première victoire relative au fichier biométrique des mineurs non accompagnés !

16 mai - COMMUNIQUE DE PRESSE UNITAIRE Proposition de loi pour l’aide sociale à l’enfance : Un pas en avant… deux pas en arrière… et au final c’est le droit des jeunes qui recule !

16 mai - Réaction ! Le Conseil d’Etat accepte de renvoyer au Conseil Constitutionnel la question de la conformité à la Constitution du fichage des mineur.es isolé.es étranger.es

15 mai - Proposition de loi Bourguignon pour l'aide sociale à l'enfance : un pas en avant...deux pas en arrière...

15 mai - Réforme de la procédure d’appel : les avocats méritent mieux qu’un râteau !

14 mai - L'USP et les élections professionnelles

13 mai - Communiqué commun contre le projet de loi de destruction de la fonction publique

13 mai - 1er mai : Régressions générales, mobilisation générale !

13 mai - Observations auprès de l'IGJ sur le bilan de la procédure d'appel

13 mai - Observations sur les conditions de lutte contre la délinquance économique et financière

13 mai - Nos observations sur le traitement de la criminalité organisée par les JIRS

13 mai - Commission d'avancement : nos revendications, nos actions et notre profession de foi

13 mai - Contributions sur la réforme de la Cour de cassation

13 mai - Communiqué commun : demande d'abrogation du décret autorisant l'échange d'informations entre le fichier Hopsyweb et le fichier des signalements pour la prévention et la radicalisation à caractère terroriste (FSPRT)

10 mai - Se soigner, être fiché, être fliqué

9 mai - Rapport d’activité 2018

6 mai - Prochain CN : le 23 juin 2019

6 mai - Appel à la grève le 9 mai 2019

2 mai - Quand manifester n’est plus un droit mais un risque

2 mai - Pour le 1er mai le SAF célèbre les travailleuses et les travailleurs à sa façon : Plafonnement des indemnités en cas de licenciement injustifié, on ne lâche rien !