2014-10-30 (jpj/tgi/jd) Le JLD de Versailles donne mainlevée d’une mesure de SDTU : l’hôpital l’ayant saisi avec une journée de retard, la mainlevée était acquise

• Pour citer le présent article : http://goo.gl/bLDxT8 ou http://psychiatrie.crpa.asso.fr/465

Document du jeudi 30 octobre 2014
Article mis à jour le 23 août 2016

Auteurs : A.B. - H.F.


PDF - 184.4 ko
2014-10-30 Ordonnance de mainlevée d’une mesure de SDTU par le JLD de Versailles.

En pièce jointe une ordonnance de mainlevée d’une mesure de soins sur demande d’un tiers d’urgence (SDTU), prise par le juge des libertés et de la détention de Versailles le 30 octobre 2014, sur conclusions et arguments de Me Nathalie De Seguin, avocate inscrite au Barreau de Versailles.

La mainlevée de la mesure de contrainte est accordée au motif que la saisine du juge des libertés et de la détention à fin de contrôle obligatoire de cette mesure, a été opérée par le CH de Mantes-la-Jolie avec un jour de retard, eu égard à l’article L. 3211-12-1-I°) du code de la santé publique issu de la loi du 27 septembre 2013, qui prescrit que le juge des libertés et de la détention doit être saisi par l’établissement qui prononce une hospitalisation sans consentement, dans le délai de huit jours à compter de l’admission de la personne en soins sous contrainte.

Or, l’article R. 3211-31 du code de la santé publique, issu du décret n°2011-846 du 18 juillet 2011, avait prévu que dans le cadre des contrôles obligatoires des mesures de soins sans consentement, les clauses des articles 641 et 642 du code de procédure civile qui excluent le jour de départ d’un délai dans une procédure civile, ainsi que le jour échu à la fin de ce délai s’il s’agit d’un dimanche ou d’un jour férié, ne sont pas applicables en la matière.

Par ailleurs, l’article R. 3211-25 du décret n°2014-897 du 15 août 2014 modifiant la procédure judiciaire de mainlevée ou de contrôle des mesures de soins psychiatriques sans consentement, et permettant l’entrée en vigueur de certains articles de la loi du 27 septembre 2013, avait maintenu cette dérogation au principe de la procédure civile selon lequel le jour de départ d’un délai en matière civile qui se compte en jours ne compte pas dans le calcul de ce délai.

Dans le cas d’espèce, la personne internée ayant été admise en mesure de soins sur demande d’un tiers d’urgence au CH de Mantes-la-Jolie le 19 octobre 2014, le délai de huit jours dans lequel le directeur de cet hôpital devait saisir le juge des libertés et de la détention pour le contrôle obligatoire de cette mesure, expirait le 26 octobre au soir, la journée de l’admission (le 19 octobre) étant comptée comme la première journée du délai de huit jours. La saisine de la juridiction de contrôle ayant été opérée le 27 octobre 2014 était donc tardive d’une journée.

Or, précisément selon les termes de l’article L. 3211-12-IV°) du code de la santé publique selon la loi du 27 septembre 2013 : « Si le juge des libertés et de la détention est saisi après l’expiration du délai de huit jours prévu aux 1°) et 2°) du I°) (de l’article L. 3211-12-1) … il constate sans débats que la mainlevée de l’hospitalisation complète est acquise, à moins qu’il ne soit justifié de circonstances exceptionnelles à l’origine de la saisine tardive et que le débat puisse avoir lieu dans le respect des droits de la défense. ».

La mainlevée de la mesure de SDTU ici contrôlée a été accordée au visa de ces arguments.



Documents joints

2014-10-30 Ordonnance de mainlevée d'une (...)

Publications

Derniers articles publiés

Agenda

<<

2019

 

<<

Mars

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
25262728123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Sur le Web

22 mars - Une parodie de justice – 18 avocats turcs condamnés à de longues peines de prison, 159 ans, 1 mois, 30 jours au total

22 mars - Contre l'usage du LBD : une QPC déposée devant le Conseil d'Etat par plusieurs organisations

22 mars - Les examens osseux déclarés conformes à la Constitution : nos organisations continueront d'exiger leur interdiction

22 mars - Décision du Conseil constitutionnel sur la réforme de la justice : des victoires sur les libertés fondamentales, au goût amer

21 mars - Contre l’usage du LBD : la CGT, la LDH, le SM, le SAF, l’UNEF, l’UNL, continuent le combat !

20 mars - Liberté pour notre consœur iranienne Nasrin Sotoudeh

20 mars - Notre porte étroite adressée au Conseil constitutionnel sur la loi « visant à renforcer et garantir le maintien de l'ordre public lors des manifestations »

14 mars - Loi dite « anti-casseurs » : le Conseil constitutionnel doit saisir la balle au bond

12 mars - Levons-nous, ils sont devenus fous !

12 mars - Préavis de grève pour le 21 mars 2019

7 mars - Barème « Macron » des indemnités pour licenciement injustifié : Panique à la chancellerie ?

7 mars - Une proposition de loi contre la liberté de manifester

7 mars - Une proposition de loi contre la liberté de manifester

6 mars - L'amende forfaitaire pour usage de drogues doit être censurée par le Conseil constitutionnel

1er mars - Notre porte étroite adressée au Conseil constitutionnel sur les lois organique et ordinaire de réforme de la justice

28 février - NON au fichage des mineur.e.s non accompagné.e.s !

28 février - Non au fichage des mineurs non accompagnés et à une réforme de l'ordonnance de 45 sans débat démocratique !

27 février - Permanence « Gilets jaunes » lettre ouverte du SAF au Procureur de la République du TGI de Paris

27 février - Non, maintenir enfermés des innocents n'est pas « classique »

27 février - REFORME DE LA JUSTICE : SONNES MAIS PAS KO LE COMBAT CONTINUE POUR UNE JUSTICE DE QUALITE, ACCESSIBLE, EGALE POUR TOUS ET PROTECTRICE DES LIBERTES ET DES MINEURS

27 février - Parlons d'Europe ! Cycle de conférences organisé par MEDEL

26 février - Lettre ouverte du SAF, ELENA et l’ADDE à la Présidente de la CNDA

26 février - Appel à mobilisation nationale le 21 mars 2019 à Paris

26 février - Manifeste pour l'appropriation sociale du médicament à signer en ligne

25 février - Le procureur de la République de Paris : le maillon faible des garants de la liberté individuelle ?