2014-09-11 (jpj/tgi/jld) JLD Versailles • Mainlevée d’une SPI : la curatelle de l’internée n’avait pas été signalée par l’hôpital au greffe du JLD

• Pour citer le présent article : http://goo.gl/J8Y7ai ou http://psychiatrie.crpa.asso.fr/451

Document du jeudi 11 septembre 2014
Article mis à jour le 18 août 2019

De façon connexe : 2012-11-23 ( jpj/tgi/jld) Le juge des libertés et de la détention de Dijon lève une mesure de soins péril imminent (SPI) au motif, entre autres, que le curateur de l’internée n’avait pas été informé dans les 24 h de cet internement

Ou bien encore : 2012-12-31 (jpj/tgi/jld) Internement illégal — Le juge des libertés et de la détention de Versailles donne mainlevée d’une SDT d’urgence, le tuteur de l’interné n’ayant pas été convoqué à l’audience

Auteurs : A.B.


PDF - 2.8 Mo
2014-09-11 Ordonnance de mainlevée d’une mesure de SPI par le JLD de Versailles

Ci-joint une intéressante décision de mainlevée d’une mesure de soins en cas de péril imminent, prise par le juge des libertés et de la détention de Versailles, le 11 septembre 2014, sur arguments de Me Julie Barrère, avocate au Barreau de Versailles.

Dans cette affaire, l’état de santé de la personne internée avait été déclaré incompatible avec son transport ou son audition par le tribunal. Alors que l’affaire était mise en délibéré, l’hôpital interrogé a reconnu que cette patiente faisait l’objet d’une mesure de curatelle. L’hôpital n’ayant pas délivré cette information, pourtant obligatoire, lors de sa saisine de la juridiction, le greffe n’avait pas pu valablement convoquer le curateur pour l’audience du juge des libertés et de la détention. En conséquence de cette carence, la mainlevée est accordée avec un effet différé de 24 heures pour l’instauration, le cas échéant, d’un programme de soins.

En l’espèce, l’irrégularité de la saisine, devenue claire en cours de délibéré, était telle que seule une décision de mainlevée était possible. En effet, en application de l’article 468 du code civil (loi du 5 mars 2007 sur les majeurs protégés), pour ce qui concerne les personnes sous curatelle, l’assistance du curateur est requise pour introduire une action en justice ou y défendre.

Me Julie Barrère a joint une note d’introduction à cette ordonnance, que vous trouvez ci-dessous.


Mail de Me Julie Barrère au CRPA, du 15 septembre 2014, 17h04.
 

Cher Monsieur,

Vous trouverez en PJ une ordonnance de mainlevée rendue par le juge des libertés et de la détention de Versailles.

Dans ce dossier aucun membre de la famille, ni aucun tiers ne se sont manifestés alors que la patiente était handicapée du haut du corps et ne pouvait signer aucun document relatif à son hospitalisation.

N’ayant pu joindre la patiente avant l’audience, j’ai donc sollicité un renvoi afin de pouvoir m’assurer de l’absence de tutelle ou de curatelle.

Le Magistrat n’a pas renvoyé l’audience à une date ultérieure préférant interroger l’hôpital dans le cadre de son délibéré et prendre une décision en conséquence.

L’hôpital ayant indiqué que la patiente était sous curatelle renforcée, son hospitalisation a été levée.

Votre bien dévouée.

Julie BARRERE. Avocate au barreau de Versailles.



Publications

Derniers articles publiés

Agenda

<<

2019

 

<<

Septembre

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
2627282930311
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
30123456
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Sur le Web

20 septembre - Décision du Conseil Constitutionnel sur le recours à la visio-audience: une victoire en trompe l’œil

19 septembre - Qui est responsable de la catastrophe ?

16 septembre - La justice, ça n'est pas que pour les autres

13 septembre - Par-delà les différences de nos statuts et de nos exercices, notre combat pour le droit à une retraite fiable, digne et solidaire est le même !

13 septembre - Ensemble à Paris le 16 septembre prochain pour un système de retraite juste et solidaire !

13 septembre - Bien accueillir, ça urge !

12 septembre - Observer l’action de la police et de la gendarmerie est un droit! Soutien à Camille Halut

11 septembre - INDÉPENDANCE DES INSPECTEURS DU TRAVAIL LES ENTRAVES NE DOIVENT PAS ÊTRE PASSÉES SOUS SILENCE !

5 septembre - 33es Journées de l'Association méditerranéenne de psychothérapie institutionnelle (AMPI), à Marseille le 17 et 18 octobre 2019

2 septembre - Nous ne battrons pas en retraite ! Ensemble à Paris le 16 septembre prochain pour un système de retraite juste et solidaire !

29 août - Défense de l'AME, accès inconditionnel aux soins des migrants

21 août - Le « Guide du manifestant arrêté » mis à jour (août 2019)

21 août - Le « Guide du manifestant arrêté » mis à jour (août 2019)

29 juillet - Fichage des mineur·es isolé·es : le Conseil Constitutionnel ne reconnaît pas l’atteinte à l’intérêt supérieur de l’enfant

26 juillet - Observations devant la mission parlementaire d'information sur le secret de l'enquête et de l'instruction

26 juillet - Fusion/spécialisation des juridictions : notre courrier à la garde des Sceaux

24 juillet - Le parquet selon l'exécutif : « en ligne et à l'aise » avec le pouvoir, mais « indépendant » quand ça dérape

22 juillet - Postes de psychiatres disponibles à l'hôpital Edouard Toulouse de Marseille

19 juillet - Réforme des retraites : pas si simple et plus injuste!

19 juillet - Publication de rapports de visite

18 juillet - Réforme de l’assurance-chômage : une reprise en main de fer par l’Etat conduisant à une précarisation inacceptable des plus fragiles

18 juillet - La marchandisation du cerveau

18 juillet - A pourvoir : poste de psychiatre au Samu social de Paris

18 juillet - BAREME MACRON : UN AVIS… MAIS PAS UN COUP D’ARRET

15 juillet - Vers un renouveau du soin psychique - Soirée débat le 25 juillet 2019 à Aix en Provence