2014-06-04 (jpj/tgi/jld) Le JLD de Chateauroux lève une mesure de réintégration sur SDT pour cause d’absence d’une nouvelle procédure écrite de ré-hospitalisation à temps complet sur demande d’un tiers

• Pour citer le présent article : http://goo.gl/nmJ9Tb ou http://psychiatrie.crpa.asso.fr/436

Document du mercredi 4 juin 2014
Article mis à jour le 10 février 2015

Cf. précédent jurisprudentiel : 2013-06-21 (jpj/ca) Le premier président de la Cour d’appel de Versailles donne mainlevée d’une réintégration sur SDT, qui suivait un programme de soins — Une nouvelle demande du tiers, avec de nouveaux certificats médicaux sont légalement nécessaires

Auteurs : A.B. - H.F.


PDF - 93.4 ko
2014-06-04 Ordonnance de mainlevée d’une mesure de SDT par le JLD de Châteauroux

Ci-joint une importante décision de mainlevée obtenue par le cabinet de Me Raphaël Mayet, avocat au Barreau de Versailles, du juge des libertés et de la détention de Châteauroux (Indre, 36), le 4 juin 2014, d’une mesure de réintégration en hospitalisation sous contrainte à temps complet, à la suite d’un programme de soins inobservé, sur le fond d’une mesure de soins sur demande d’un tiers en date de 2013. Le juge des libertés et de la détention, sur arguments de la défense, constate qu’aucune décision écrite et motivée de réintégration ne figure au dossier, pas plus qu’une nouvelle demande du tiers. Les conditions légales de la poursuite de l’hospitalisation sans consentement n’étant pas réunies, la mainlevée est accordée avec un effet différé de 24 h, pour permettre la mise en œuvre, le cas échéant, d’un programme de soins.

Cette ordonnance du JLD de Chateauroux prend appui sur une décision de la Cour d’appel de Versailles du 21 juin 2013 de même contenu, publiée sur notre site internet ( cf. lien en-tête d’article ).


Mail de Me Raphaël Mayet au CRPA, du 10 juin 2014, 15h49.

Monsieur,

Je vous prie de trouver, ci-joint, une ordonnance intéressante rendue le 4 juin dernier par le Juge des Libertés et de la Détention de Châteauroux.

Nous avons obtenu la levée d’une hospitalisation complète sur réintégration en soins sur demande d’un tiers (SDT).

Aucune décision de réadmission, ni même la décision initiale d’admission en hospitalisation, n’étaientjointes à la requête de l’hôpital.

Le Juge des Libertés a donc mis fin à l’hospitalisation complète.

Je vous prie de croire, Monsieur, à l’assurance de mes sentiments les meilleurs.

Raphaël MAYET, avocat au Barreau de Versailles.



Publications

Derniers articles publiés

Navigation

Agenda

<<

2017

 

<<

Février

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
303112345
6789101112
13141516171819
20212223242526
272812345
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Sur le Web

23 février - 25éme rencontre des Psy causent

22 février - Festival Divers d’hiver divergents

20 février - Bref compte rendu de l'audition concernant le bilan de la loi 2013 sur les soins psychiatriques sans consentement

20 février - Les soins sans consentement en psychiatrie : bilan après quatre années de mise en œuvre de la loi du 5 juillet 2011

19 février - APPEL DES PSYCHIATRES ET MEDECINS DU CH LE VINATIER BRON

17 février - Exigence 1 : Pour une justice indépendante

17 février - Dix exigences pour la justice en 2017

17 février - Majorité pénale à seize ans. Non, être un enfant n'est pas une excuse mineure !

17 février - Prochains conseils nationaux : dimanche 9 avril, 21 mai et 25 juin 2017

17 février - Réunion publique le 24 mars 2017 à Poitiers - MIGRANTS : SOLIDARITE ! Hospitalité pour les migrants

16 février - Ordonnance n° 2017-192 du 16 février 2017 relative à l'adaptation des dispositions législatives relatives aux ordres des professions de santé | Legifrance

16 février - Rapport au Président de la République relatif à l'ordonnance n° 2017-192 du 16 février 2017 relative à l'adaptation des dispositions législatives relatives aux ordres des professions de santé | Legifrance

15 février - Article de Libération du 15 février 2017 : Les chiffres affolants des soins psy sans consentement

14 février - Appel à la Grève Nationale du 7 mars 2017 pour la Défense du Service Public de Santé, du Secteur Médico-Social et contre les Politiques d'Austérité

14 février - Prescription pénale : les bonnes intentions ne font pas une bonne législation