2014-01-17 (jpj/ca) La Cour d’appel de Rouen ordonne la mainlevée d’une mesure de soins sur décision du représentant de l’État, pour absence de preuve du recueil des observations de l’interné sur son internement

• Pour citer le présent article : http://goo.gl/Ic0dA2 ou http://psychiatrie.crpa.asso.fr/401

Document du vendredi 17 janvier 2014
Article mis à jour le 8 novembre 2016

De façon connexe : 2013-04-16 (jpj/tgi/jld) Le juge des libertés et de la détention de Bordeaux donne mainlevée d’un programme de soins sur SDRE, pour non respect de l’obligation de recueillir, de façon contradictoire, les observations du patient sur la mesure de contrainte qu’il subit

Ou même : 2013-02-15 (jpj/tgi/jld) Internements illégaux — Deux ordonnances de mainlevée de mesures de soins sur demande d’un tiers en urgence (SDTU), du juge des libertés et de la détention de Paris, le même jour, pour une même avocate de permanence qui réalise ainsi un carton plein

Auteurs : A.B - H.F.


PDF - 231.5 ko
2014-01-17 Ordonnance de mainlevée d’une SDRE par la Cour d’appel de Rouen

Ci-joint transmis par Me Raphaël Mayet, avocat au Barreau de Versailles, qui a emporté cette décision, une ordonnance de la Cour d’appel de Rouen du 17 janvier 2014 levant une réadmission à temps complet à la suite d’un programme de soins établi dans le cadre d’une mesure de soins sur décision du représentant de l’État initiée à la suite d’une décision d’irresponsabilité psychiatrique selon l’article 122-1 du code pénal.

Le prévenu encourait moins de 5 ans de prison pour les faits qui lui étaient reprochés. Cette ordonnance met en œuvre le retour au droit commun du régime de mainlevée pour les personnes déclarées pénalement irresponsables pour des faits peu graves, mis en place par la loi du 27 septembre 2013, réformant partiellement la loi du 5 juillet 2011.

Nous attirons votre attention sur le fait que, dans la logique de cette décision, et en prenant appui sur ses deux derniers attendus (en bas de la page 2. — et en haut de la page 3. — de l’ordonnance), les seules mentions stéréotypées sur les certificats médicaux, disant que les observations du patient ont été recueillies, sans autres précisions, sans qu’on sache quelle en est la teneur, et sans qu’il y ait une preuve quelconque de ce recueil, sont insuffisantes en tant que preuves de ce recueil des observations. Dés lors l’argument de la violation du contradictoire au regard des articles L. 3211-3 du code de la santé publique, et L. 3211-2-1-II en ce qui concerne les programmes de soins, peut être valablement soulevé.

En résumé : C’est à l’administration (dans le cas d’une mesure de soins sur décision du représentant de l’État), ou à l’hôpital (dans celui d’une mesure de soins sur demande d’un tiers ou en cas de péril imminent), de rapporter la preuve que le recueil des observations du patient sur la mesure de contrainte en cours d’instauration a été effectivement opéré. La seule mention stéréotypée de ce recueil n’est pas, en soi, suffisante pour prouver l’effectivité de ce recueil.


Mail de Me Raphaël Mayet du 24 janvier 2014.
 

Monsieur,

Je vous prie de trouver, ci-joint, une décision intéressante rendue par la Cour d’Appel de Rouen qui lève une hospitalisation complète d’une personne initialement hospitalisée suite à déclaration d’irresponsabilité pénale.

Après avoir bénéficié d’un programme de soins, l’intéressé a fait l’objet d’une ré-hospitalisation en hospitalisation complète le 10 octobre 2013 après l’entrée en vigueur de la loi du 27 septembre 2013.

Dès lors que la personne hospitalisée rentrait dans le droit commun de l’hospitalisation sous contrainte, compte tenu de la nature de l’infraction initialement reprochée, la Préfecture devait prendre des arrêtés soumis à l’obligation d’information préalable de l’article L. 3211-3 du Code de la Santé Publique.

La Cour retient que les seules mentions du certificat médical sont insuffisantes pour rapporter la preuve du respect de l’obligation de recueillir les observations du patient avant le renouvellement de la mesure, et au cas d’espèce le Juge retient qu’en l’absence de preuve par d’autres éléments du respect de l’obligation d’information la violation du principe du contradictoire est caractérisée.

Ainsi, l’ordonnance en question consacre le principe selon lequel la charge de la preuve du respect de l’obligation prévue à l’article L. 3211-3 du Code de la Santé Publique incombe à l’autorité publique.

Je vous prie de croire, Monsieur, à l’expression de mes sentiments les meilleurs.

Raphaël MAYET.



Publications

Derniers articles publiés

Navigation

Agenda

<<

2019

 

<<

Février

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
28293031123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728123
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Sur le Web

14 février - Tribune : La justice des enfants et adolescents en question

14 février - Grand débat : cause toujours !

14 février - Mission flash psychiatrie : encore raté !

13 février - Plafonnement des indemnités et Greffe des Conseils de prud’hommes, le Gouvernement s’acharne contre les salariés et les juges, mais ils résistent.

12 février - Le traitement judiciaire du mouvement des Gilets Jaunes : un droit d’exception ?

6 février - Publication de rapports de visite

6 février - Communication - Mission flash sur le financement de la psychiatrie

4 février - Les avocat.e.s doivent pouvoir défendre les étrangers à Mayotte

4 février - GREVE GENERALE LE 5 FEVRIER 2019

1er février - Justice hors la loi : une audience illégale au sein du centre de rétention de Toulouse

1er février - Idée fausse sur la justice des mineurs numéro 6 : Les parents des jeunes délinquants sont démissionnaires.

1er février - Idée fausse sur la justice des mineurs numéro 5 : Les enfants roms sont tous des voleurs

1er février - Idée fausse sur la justice des mineurs numéro 4 : Les filles sont plus violentes et de plus en plus nombreuses à commettre des délits

1er février - Contre la destruction du service public et l'atteinte aux libertés : Manifestation nationale à Paris le 5 février !

1er février - Dans la rue le 5 février - Défendre les conditions de travail des soignant.e.s, c'est défendre la santé, c'est défendre un accès aux soins équitables pour toutes et tous sur tout le territoire !

1er février - Dans la rue le 5 février - Défendre les conditions de travail des soignant.e.s, c'est défendre la santé, c'est défendre un accès aux soins équitables pour toutes et tous sur tout le territoire !

31 janvier - Soirée débat : Un nouveau printemps des luttes, le 29 mars 2019 Espace Grammont à Besançon

31 janvier - Recommandations en urgence relatives au centre pénitentiaire de Rémire-Montjoly (Guyane)

30 janvier - Suppression de l'ordonnance du 2 février 1945 en catimini

30 janvier - Idée fausse sur la justice des mineurs numéro 3 : la justice des mineurs est lente

29 janvier - Idée fausse sur la justice des mineurs numéro 2 :Les jeunes entrent dans la délinquance de plus en plus tôt

28 janvier - Recueil des obligations déontologiques du magistrat diffusé par le CSM : notre décryptage

28 janvier - Appel de l'AG Psychiatrie, Social, Médico-Social en Lutte ! - Construisons la suite de la journée nationale pour une psychiatrie humaine du 22 janvier 2019

28 janvier - Laissons à Agnès Buzyn l'austérité hivernale, et mettons le cap vers un Printemps de la psychiatrie !

28 janvier - Idée fausse sur la justice des mineurs numéro 1 : l'ordonnance de 45 n'est plus adaptée