2013-12-04 (jpa/ce) Audience au Conseil d’État, mercredi 4 décembre, 14 h, à propos du deuxième décret du 18 juillet 2011 relatif à l’organisation des soins sans consentement

Pour citer le présent article : http://goo.gl/uP7XX0 ou http://psychiatrie.crpa.asso.fr/393

Document du mercredi 4 décembre 2013
Article mis à jour le 10 février 2015

Auteurs : A.B. - H.F.


Nous informons les lectrices et lecteurs de ce site que l’audience publique du Conseil d’État, sur la requête du CRPA en annulation du décret n°2011-847 du 18 juillet 2011 relatif à l’organisation de la prise en charge des personnes faisant l’objet de soins sans consentement, aura lieu mercredi prochain 4 décembre, à 14 heures.

Mme Maud Vialettes, rapporteur public, donnera lecture de ses conclusions concernant notre affaire durant cette audience. Cet exposé, de 30 à 45 mn, est susceptible de contenir des arguments de droit public importants concernant les modalités d’exécution des mesures de soins sous contrainte en hospitalisation complète, ainsi que sur les programmes de soins, et sur l’admission et le déroulement des internements en Unités pour malades difficiles. Nous devrions être fixés notamment sur la question de savoir si le Conseil d’État estime que le seul cadre réglementaire est suffisant concernant les Unités pour malades difficiles, ou si un cadre législatif s’impose, vu l’atteinte aux libertés individuelles qu’emporte le placement en Unité pour malades difficiles.

L’examen de notre requête en annulation de ce deuxième décret du 18 juillet 2011 avait été disjoint de celui du premier décret (n°2011-846), qui a été mis au rôle de l’audience du 21 octobre dernier, et qui a prêté lieu à un arrêt d’annulation partielle en date du 13 novembre dernier.

Les lectrices et lecteurs de ce site peuvent si elles, ou ils le souhaitent assister à cette audience, qui est publique. Nous nous donnons rendez-vous à 13h45 devant le Conseil d’État. Prévoir une pièce d’identité à produire à l’entrée de la haute Cour, en échange d’un badge. Votre titre d’identité vous sera remis à votre sortie du Conseil d’État.

Adresse du Conseil d’État : 1, place du Palais-Royal, 75001, Paris. Métro : Palais-Royal, ligne de métro 1. Le Conseil d’État est en face du palais du Louvre.



Publications

Derniers articles publiés

Navigation

Mots-clés de l’article

Articles de la rubrique

Agenda

<<

2017

 

<<

Février

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
303112345
6789101112
13141516171819
20212223242526
272812345
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Sur le Web

19 février - APPEL DES PSYCHIATRES ET MEDECINS DU CH LE VINATIER BRON

17 février - Exigence 1 : Pour une justice indépendante

17 février - Dix exigences pour la justice en 2017

17 février - Majorité pénale à seize ans. Non, être un enfant n'est pas une excuse mineure !

17 février - Prochains conseils nationaux : dimanche 9 avril, 21 mai et 25 juin 2017

17 février - Réunion publique le 24 mars 2017 à Poitiers - MIGRANTS : SOLIDARITE ! Hospitalité pour les migrants

16 février - Ordonnance n° 2017-192 du 16 février 2017 relative à l'adaptation des dispositions législatives relatives aux ordres des professions de santé | Legifrance

16 février - Rapport au Président de la République relatif à l'ordonnance n° 2017-192 du 16 février 2017 relative à l'adaptation des dispositions législatives relatives aux ordres des professions de santé | Legifrance

15 février - Article de Libération du 15 février 2017 : Les chiffres affolants des soins psy sans consentement

14 février - Appel à la Grève Nationale du 7 mars 2017 pour la Défense du Service Public de Santé, du Secteur Médico-Social et contre les Politiques d'Austérité

14 février - Prescription pénale : les bonnes intentions ne font pas une bonne législation

10 février - Libertés fondamentales : il faut consulter !

9 février - Avis relatif au travail et à la formation professionnelle dans les établissements pénitentiaires

7 février - Projet de loi sécurité publique : refusez ce débat expédié !

1er février - Communiqué intersyndical : MANIFESTE pour la santé, la sécurité au travail et la justice sociale : passons à l'offensive !