2013-06-17 (jpj/ca) Le premier président de la Cour d’appel de Limoges donne mainlevée d’une mesure de SDT, transformée en SDRE, sur réintégration à la suite d’un programme de soins — Le nouveau contrôle obligatoire par le JLD n’ayant pas eu cours, la mainlevée devait s’en ensuivre

• Pour citer le présent article :http://goo.gl/ata7l ou http://psychiatrie.crpa.asso.fr/352

Document du lundi 17 juin 2013
Article mis à jour le 10 février 2015

Sur des jurisprudences connexes, cf. : 2013-06-21 (jpj/ca) Le premier président de la Cour d’appel de Versailles donne mainlevée d’une réintégration sur SDT, qui suivait un programme de soins — Une nouvelle demande du tiers, avec de nouveaux certificats médicaux sont légalement nécessaires .

Auteurs : A.B. - H.F.


Source (site Legifrance) : http://www.legifrance.gouv.fr/affic…

PDF - 46 ko
2013-06-17 Ordonnance de mainlevée d’une SDRE par le premier président de la Cour d’appel de Limoges

Ci-joint une importante ordonnance de mainlevée d’une mesure de SDRE (soins sur décision du représentant de l’État), en date du 17 juin 2013, du premier président de la Cour d’appel de Limoges, obtenue par Me Preguimbeau avocat de l’internée, sur audience tenue en visio-conférence, et figurant (une fois n’est pas coutume) sur le site Legifrance - rubrique Jurisprudence judiciaire, mot clé « soins psychiatriques ».

La mainlevée de cette mesure de SDRE (sur décision du représentant de l’État), est ordonnée du fait qu’après une réadmission le 28 décembre 2012, à la suite d’un programme de soins non observé par la patiente qui était en mesure de SDT (soins sur demande d’un tiers), et alors que cette mesure a été transformée, dans la foulée de la réintégration, en mesure de SDRE, la Préfecture du Rhône, liée au CH de St-Cyr au Mont d’Or (hôpital d’accueil), n’a pas saisi le JLD de Lyon de la nouvelle situation ainsi créée, en vue d’un nouveau contrôle obligatoire par ce juge de cette mesure de ré-internement à temps complet.

Or, pour la Cour d’appel de Limoges, une telle transformation de régime du soin sur demande d’un tiers (SDT) en mesure de SDRE (sur décision du représentant de l’État), fait repartir le dispositif à 0, et entraîne une nouvelle mesure d’observation de 72 heures, avec les certificats médicaux subséquents, ainsi que la nécessité d’un nouveau contrôle judiciaire obligatoire de la mesure d’H.S.C. à temps complet avant le délai de 15 jours. Cette analyse est renforcée par le fait que les critères des mesures de SDRE et ceux de SDT ne sont pas les mêmes ; les critères de la SDRE reposent sur des considérations de dangerosité, ceux des SDT suivent des considérations liées à la nécessité de soins, et à la présence d’un état pathologique obérant le consentement aux soins et la reconnaissance par le patient de sa pathologie.

Vu l’absence de nouveau contrôle judiciaire sur réintégration à la suite d’un programme de soins, avec transformation du régime d’hospitalisation sans consentement de SDT en SDRE, la mainlevée est donc accordée.

Il s’agit d’une décision importante, d’autant que le site Legifrance (site légal de l’État français) n’a publié jusque là, en la matière, pratiquement que des décisions de maintien, et que nous n’avons pas connaissance d’autres décisions favorables aux internés et donnant mainlevée des mesures de contrainte psychiatriques, sur le ressort de la Cour d’appel de Limoges.



Publications

Derniers articles publiés

Agenda

<<

2019

 

<<

Mai

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
293012345
6789101112
13141516171819
20212223242526
272829303112
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Sur le Web

23 mai - Lettres des magistrats turcs

23 mai - Pas d'hôpital sans médecin

22 mai - Mobilisation syndicale devant les juges contre le plafonnement des indemnités pour licenciement injustifié

22 mai - Réforme de l'ordonnance de 45 : la plateforme commune des professionnels de la justice des enfants et des adolescents

22 mai - Réforme de la justice des mineurs : les professionnels de la justice des enfants et des adolescents formulent des propositions communes

17 mai - Première victoire relative au fichier biométrique des mineurs non accompagnés !

16 mai - COMMUNIQUE DE PRESSE UNITAIRE Proposition de loi pour l’aide sociale à l’enfance : Un pas en avant… deux pas en arrière… et au final c’est le droit des jeunes qui recule !

16 mai - Réaction ! Le Conseil d’Etat accepte de renvoyer au Conseil Constitutionnel la question de la conformité à la Constitution du fichage des mineur.es isolé.es étranger.es

15 mai - Proposition de loi Bourguignon pour l'aide sociale à l'enfance : un pas en avant...deux pas en arrière...

15 mai - Réforme de la procédure d’appel : les avocats méritent mieux qu’un râteau !

14 mai - L'USP et les élections professionnelles

13 mai - Communiqué commun contre le projet de loi de destruction de la fonction publique

13 mai - 1er mai : Régressions générales, mobilisation générale !

13 mai - Observations auprès de l'IGJ sur le bilan de la procédure d'appel

13 mai - Observations sur les conditions de lutte contre la délinquance économique et financière

13 mai - Nos observations sur le traitement de la criminalité organisée par les JIRS

13 mai - Commission d'avancement : nos revendications, nos actions et notre profession de foi

13 mai - Contributions sur la réforme de la Cour de cassation

13 mai - Communiqué commun : demande d'abrogation du décret autorisant l'échange d'informations entre le fichier Hopsyweb et le fichier des signalements pour la prévention et la radicalisation à caractère terroriste (FSPRT)

10 mai - Se soigner, être fiché, être fliqué

9 mai - Rapport d’activité 2018

6 mai - Prochain CN : le 23 juin 2019

6 mai - Appel à la grève le 9 mai 2019

2 mai - Quand manifester n’est plus un droit mais un risque

2 mai - Pour le 1er mai le SAF célèbre les travailleuses et les travailleurs à sa façon : Plafonnement des indemnités en cas de licenciement injustifié, on ne lâche rien !