2013-06-17 (jpj/ca) Le premier président de la Cour d’appel de Limoges donne mainlevée d’une mesure de SDT, transformée en SDRE, sur réintégration à la suite d’un programme de soins — Le nouveau contrôle obligatoire par le JLD n’ayant pas eu cours, la mainlevée devait s’en ensuivre

• Pour citer le présent article :http://goo.gl/ata7l ou http://psychiatrie.crpa.asso.fr/352

Document du lundi 17 juin 2013
Article mis à jour le 10 février 2015

Sur des jurisprudences connexes, cf. : 2013-06-21 (jpj/ca) Le premier président de la Cour d’appel de Versailles donne mainlevée d’une réintégration sur SDT, qui suivait un programme de soins — Une nouvelle demande du tiers, avec de nouveaux certificats médicaux sont légalement nécessaires .

Auteurs : A.B. - H.F.


Source (site Legifrance) : http://www.legifrance.gouv.fr/affic…

PDF - 46 ko
2013-06-17 Ordonnance de mainlevée d’une SDRE par le premier président de la Cour d’appel de Limoges

Ci-joint une importante ordonnance de mainlevée d’une mesure de SDRE (soins sur décision du représentant de l’État), en date du 17 juin 2013, du premier président de la Cour d’appel de Limoges, obtenue par Me Preguimbeau avocat de l’internée, sur audience tenue en visio-conférence, et figurant (une fois n’est pas coutume) sur le site Legifrance - rubrique Jurisprudence judiciaire, mot clé « soins psychiatriques ».

La mainlevée de cette mesure de SDRE (sur décision du représentant de l’État), est ordonnée du fait qu’après une réadmission le 28 décembre 2012, à la suite d’un programme de soins non observé par la patiente qui était en mesure de SDT (soins sur demande d’un tiers), et alors que cette mesure a été transformée, dans la foulée de la réintégration, en mesure de SDRE, la Préfecture du Rhône, liée au CH de St-Cyr au Mont d’Or (hôpital d’accueil), n’a pas saisi le JLD de Lyon de la nouvelle situation ainsi créée, en vue d’un nouveau contrôle obligatoire par ce juge de cette mesure de ré-internement à temps complet.

Or, pour la Cour d’appel de Limoges, une telle transformation de régime du soin sur demande d’un tiers (SDT) en mesure de SDRE (sur décision du représentant de l’État), fait repartir le dispositif à 0, et entraîne une nouvelle mesure d’observation de 72 heures, avec les certificats médicaux subséquents, ainsi que la nécessité d’un nouveau contrôle judiciaire obligatoire de la mesure d’H.S.C. à temps complet avant le délai de 15 jours. Cette analyse est renforcée par le fait que les critères des mesures de SDRE et ceux de SDT ne sont pas les mêmes ; les critères de la SDRE reposent sur des considérations de dangerosité, ceux des SDT suivent des considérations liées à la nécessité de soins, et à la présence d’un état pathologique obérant le consentement aux soins et la reconnaissance par le patient de sa pathologie.

Vu l’absence de nouveau contrôle judiciaire sur réintégration à la suite d’un programme de soins, avec transformation du régime d’hospitalisation sans consentement de SDT en SDRE, la mainlevée est donc accordée.

Il s’agit d’une décision importante, d’autant que le site Legifrance (site légal de l’État français) n’a publié jusque là, en la matière, pratiquement que des décisions de maintien, et que nous n’avons pas connaissance d’autres décisions favorables aux internés et donnant mainlevée des mesures de contrainte psychiatriques, sur le ressort de la Cour d’appel de Limoges.



Publications

Derniers articles publiés

Agenda

<<

2019

 

<<

Mars

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
25262728123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Sur le Web

22 mars - Une parodie de justice – 18 avocats turcs condamnés à de longues peines de prison, 159 ans, 1 mois, 30 jours au total

22 mars - Contre l'usage du LBD : une QPC déposée devant le Conseil d'Etat par plusieurs organisations

22 mars - Les examens osseux déclarés conformes à la Constitution : nos organisations continueront d'exiger leur interdiction

22 mars - Décision du Conseil constitutionnel sur la réforme de la justice : des victoires sur les libertés fondamentales, au goût amer

21 mars - Contre l’usage du LBD : la CGT, la LDH, le SM, le SAF, l’UNEF, l’UNL, continuent le combat !

20 mars - Liberté pour notre consœur iranienne Nasrin Sotoudeh

20 mars - Notre porte étroite adressée au Conseil constitutionnel sur la loi « visant à renforcer et garantir le maintien de l'ordre public lors des manifestations »

14 mars - Loi dite « anti-casseurs » : le Conseil constitutionnel doit saisir la balle au bond

12 mars - Levons-nous, ils sont devenus fous !

12 mars - Préavis de grève pour le 21 mars 2019

7 mars - Barème « Macron » des indemnités pour licenciement injustifié : Panique à la chancellerie ?

7 mars - Une proposition de loi contre la liberté de manifester

7 mars - Une proposition de loi contre la liberté de manifester

6 mars - L'amende forfaitaire pour usage de drogues doit être censurée par le Conseil constitutionnel

1er mars - Notre porte étroite adressée au Conseil constitutionnel sur les lois organique et ordinaire de réforme de la justice

28 février - NON au fichage des mineur.e.s non accompagné.e.s !

28 février - Non au fichage des mineurs non accompagnés et à une réforme de l'ordonnance de 45 sans débat démocratique !

27 février - Permanence « Gilets jaunes » lettre ouverte du SAF au Procureur de la République du TGI de Paris

27 février - Non, maintenir enfermés des innocents n'est pas « classique »

27 février - REFORME DE LA JUSTICE : SONNES MAIS PAS KO LE COMBAT CONTINUE POUR UNE JUSTICE DE QUALITE, ACCESSIBLE, EGALE POUR TOUS ET PROTECTRICE DES LIBERTES ET DES MINEURS

27 février - Parlons d'Europe ! Cycle de conférences organisé par MEDEL

26 février - Lettre ouverte du SAF, ELENA et l’ADDE à la Présidente de la CNDA

26 février - Appel à mobilisation nationale le 21 mars 2019 à Paris

26 février - Manifeste pour l'appropriation sociale du médicament à signer en ligne

25 février - Le procureur de la République de Paris : le maillon faible des garants de la liberté individuelle ?