2013-06-12 (jp/jpj/ca) C.A. Versailles • Mainlevée d’une réintégration au motif, entre autre, que l’examen somatique obligatoire n’avait pas été réalisé

• Pour citer le présent article : http://goo.gl/8cXaa ou http://psychiatrie.crpa.asso.fr/351

Document du mercredi 12 juin 2013
Article mis à jour le 25 août 2019

Sur un précédent jurisprudentiel en matière de SDRE (soins sur décision du représentant de l’État) : 2012-09-18 (jpj/tgi/jld/cn/cm) JLD de Perpignan • Mainlevée pour défaut d’arrêté préfectoral de réadmission.

Sur la décision du Conseil constitutionnel du 20 avril 2012 sur QPC du CRPA, cliquer sur ce lien.

Auteurs : A.B. - H.F.


Commentaire pour le CRPA.

PDF - 212.9 ko
2013-06-12 Ordonnance de mainlevée d’une réintégration sous mesure de SDT de la Cour d’appel de Versailles

Ci-joint une ordonnance de mainlevée d’une réintégration en hospitalisation contrainte à temps complet, sur mesure de soins sur demande d’un tiers, prise le 12 juin 2013, par la déléguée du premier président de la Cour d’appel de Versailles.

La mainlevée est accordée, sur un argumentaire de Me Gaëlle Soulard, avocate au Barreau de Versailles, au motif :

— que, d’une part, la réintégration en internement à temps complet, en date du 27 avril, n’a prêté lieu à un certificat médical d’un psychiatre de l’établissement que deux jours après cette réadmission, soit le 29 avril ;

— et, d’autre part, qu’un examen somatique devait obligatoirement avoir lieu dans les 24 heures après la réadmission de la patiente (cf. le 2e paragraphe de l’article L. 3211-2-2 du code de la santé publique), soit le 28 avril. Ce même examen somatique à 24 heures n’ayant pas eu cours.
 
Or, d’après la décision sur QPC du Conseil constitutionnel du 20 avril 2012 , une réintégration en hospitalisation sans consentement à la suite d’un programme de soins, refait partir le système à zéro, et rouvre le droit d’accès à un juge de contrôle et à une défense, mais donc aussi - comme il est jugé en l’espèce - à un examen somatique obligatoire dans le délai de 24 heures.

On observe au surplus que la mainlevée complète est ordonnée "Vu les exceptions" (de nullité). A notre connaissance, c’est la première fois que le défaut d’examen somatique obligatoire dans le délai de 24 heures est ainsi sanctionné par une mainlevée.
 

Citation du considérant 12 de la décision du Conseil constitutionnel du 20 avril 2012 sur QPC du CRPA :

" (…) 12. Considérant qu’il résulte de ces dispositions qu’en permettant que des personnes qui ne sont pas prises en charge en « hospitalisation complète » soient soumises à une obligation de soins psychiatriques pouvant comporter, le cas échéant, des séjours en établissement, les dispositions de l’article L. 3211-2-1 n’autorisent pas l’exécution d’une telle obligation sous la contrainte ; que ces personnes ne sauraient se voir administrer des soins de manière coercitive ni être conduites ou maintenues de force pour accomplir les séjours en établissement prévus par le programme de soins ; qu’aucune mesure de contrainte à l’égard d’une personne prise en charge dans les conditions prévues par le 2° de l’article L. 3211-2-1 ne peut être mise en œuvre sans que la prise en charge ait été préalablement transformée en hospitalisation complète ; que, dans ces conditions, le grief tiré de la violation de la liberté individuelle manque en fait (…)".


Mail de Me Gaëlle Soulard, jeudi 13 juin 2013.

Monsieur,

Je vous prie de trouver, ci-joint, une ordonnance de mainlevée de soins psychiatriques à la demande de tiers prise par le Premier Président de la Cour d’Appel de Versailles dans le cadre d’une réintégration, au motif qu’il n’est pas justifié d’un examen somatique complet de la patiente dans les vingt-quatre heures de sa réintégration.

Je vous en souhaite bonne réception.

Votre Bien dévoué.

Maître Gaëlle Soulard.
Avocate à la Cour, inscrite au Barreau de Versailles.



Publications

Derniers articles publiés

Agenda

<<

2018

>>

<<

Novembre

>>

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
2930311234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293012
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Sur le Web

15 mai - Mission d'information sur le Défenseur des droits : nos observations

14 mai - 1e annonce : 35e congrès du SMG, sur le thème "La psychiatrie d'après" du 11 au 13 septembre 2020 à Paris

13 mai - Communiqué FO CHS Le Vinatier : « Phase 3 de la crise covid »… pour aller plus loin dans la destruction de l'hôpital ?

12 mai - 500 personnalités et professionnels de l'enfance demandent l'abandon du code de justice pénale des mineurs

12 mai - Mariotti : démission !

11 mai - Loi prorogeant l'état d'urgence sanitaire : notre « porte-étroite » devant le Conseil constitutionnel

5 mai - Poursuivre l’effort de déflation carcérale pour mettre fin à la surpopulation en prison

2 mai - Observations sur le pré-projet de loi prorogeant l'état d'urgence sanitaire

1er mai - Le jour d'après : appel du 1er mai

30 avril - Publication de rapports de visite

30 avril - Numerus clausus, oui c'est possible, et c'est le moment

30 avril - L'USP soutient l'appel du Printemps de la Psychiatrie dans son Opération « Déconnexion », Halte au codage du soin !

30 avril - Justice et déconfinement : les réponses à notre questionnaire

30 avril - Quand on veut, on peut ! Une autre justice des enfants

30 avril - Le 1er mai et ensuite ? Ensemble pour défendre la santé, l'hôpital public, les établissements du médicosocial et du social

28 avril - La justice doit redevenir notre bien commun

21 avril - Note sur l'organisation judiciaire à partir du 11 mai

20 avril - Saisine du ministre de l’intérieur sur la situation sanitaire dans les centres de rétention administrative

20 avril - Nos communications et écrits liés au Covid-19

19 avril - Prescriptions de la chancellerie : c'est grave docteur !

17 avril - COVID-19 : le CGLPL s’est rendu dans les centres de rétention administrative de Paris-Vincennes et du Mesnil-Amelot

17 avril - Audition par la commission des Lois de l’Assemblée nationale sur la situation des prisons dans le contexte de l’épidémie de Coronavirus

15 avril - Unité nationale

9 avril - La crise sanitaire ne justifie pas d'imposer les technologies de surveillance

8 avril - Prolongation automatique des détentions provisoires : après le scandale et le fatras, la désinvolture !