2013-03-04 (jpj/ca/cn/cm) Le premier président de la Cour d’appel de Paris ordonne la mainlevée d’une mesure de programme de soins sous SDRE, au motif que le JLD d’Evry, saisi en première instance, n’avait pas statué dans le délai de 12 jours à dater de l’arrivée de la requête à son greffe

• Pour citer le présent article : http://goo.gl/4ogPC ou http://psychiatrie.crpa.asso.fr/322

Document du lundi 4 mars 2013
Article mis à jour le 10 février 2015

Sur un motif de mainlevée de soins sur décision du représentant de l’État, connexe : 2012-08-03 (jpj/ca/cn/cm) Loi du 5 juillet 2011 — La cour d’appel de Paris lève une mesure d’hospitalisation d’office pour une personne en fugue depuis le 28 février 2011 (soit 17 mois), au motif que la juridiction de contrôle a été saisie tardivement, la mainlevée de la mesure étant acquise d’office.

De la même avocate, cf. : 2013-02-15 (jpj/tgi/jld) Internements illégaux — Deux ordonnances de mainlevée de mesures de soins sur demande d’un tiers en urgence (SDTU), du juge des libertés et de la détention de Paris, le même jour, pour une même avocate de permanence qui réalise ainsi un carton plein.

Auteurs : H.F. - A.B.


PDF - 223.6 ko
2013-03-04 Ordonnance de mainlevée d’une SDRE par le premier président de la Cour d’appel de Paris

En pièce jointe une belle ordonnance de mainlevée, par la Cour d’appel de Paris le 4 mars 2013, d’une mesure de programme de soins sous mesure de soins sur décision du représentant de l’État (SDRE), qui s’éternisait depuis une mainlevée de l’internement à temps complet ordonné par le juge des libertés et de la détention d’Evry, le 24 aout 2012. Le requérant saisit de nouveau le juge des libertés et de la détention, cinq mois plus tard, le 30 janvier 2013. Sa requête est rejetée. Il fait appel. Il se trouve que Me Marie-Laure Mancipoz, du barreau de Paris, hérite de ce dossier en étant commise d’office, et qu’elle conclut en argumentant valablement de sorte d’obtenir cette mainlevée.

Celle-ci est accordée au motif que le juge des libertés et de la détention d’Evry, avait dépassé le délai réglementaire de 12 jours, à dater de l’enregistrement de la requête, qui lui était imparti pour statuer sur la demande de mainlevée, en violation de l’article R 3211-16 du décret n°2011-846, du 18 juillet 2011, relatif à la procédure judiciaire de mainlevée ou de contrôle des mesures de soins psychiatriques (décret d’application de la loi du 5 juillet 2011 sur les soins sans consentement). La mainlevée était donc acquise d’office dès la première instance. Il est ainsi revenu à la Cour d’appel de Paris de prononcer une mainlevée de programme de soins qui aurait dû l’être par le juge des libertés et de la détention d’Evry.

En pratique la requête de l’intéressé était parvenue un 31 janvier 2013 au greffe du juge des libertés et de la détention d’Evry. Ce greffe, sans enregistrer cette requête le jour même, la dérivait vers le service civil du parquet le lendemain 1er février, qui lui-même ne ré-adressait cette requête au juge des libertés et de la détention, que le 5 février 2013, date à laquelle cette requête était enregistrée. Cet enregistrement, avec 5 jours de retard, étant censé être la date de départ du délai de procédure. Me Mancipoz, dans ses conclusions, soulève l’irrégularité de la procédure suivie, en argumentant que l’enregistrement de la requête aurait dû avoir lieu le 31 janvier 2013, le juge des libertés et de la détention devant dès lors statuer le 12 février 2013 au plus tard. Or, ce même juge d’Evry n’avait statué dans cette affaire que le 13 février 2013, en rejetant la demande de mainlevée de la mesure de programme de soins contraints sous SDRE (soins sur décision du représentant de l’État). Son ordonnance était donc irrégulière.

Au surplus, les éléments au dossier n’établissaient pas, au fond, que le maintien d’une mesure de soins sur décision du représentant de l’État avec programmes de soins, était justifié.

Il s’agit donc d’une décision qui enrichit nos jurisprudences, et qui tend à prouver que même sur la juridiction de Paris qui connaît, sur ce terrain, une situation tendue où il n’y a pratiquement que des maintiens ordonnés dans les contrôles obligatoires, ou des rejets des demandes de mainlevée, la situation peut aussi avancer, moyennant des arguments fouillés et détaillés.



Publications

Derniers articles publiés

Navigation

Articles de la rubrique

Agenda

<<

2017

 

<<

Février

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
303112345
6789101112
13141516171819
20212223242526
272812345
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Sur le Web

19 février - APPEL DES PSYCHIATRES ET MEDECINS DU CH LE VINATIER BRON

17 février - Exigence 1 : Pour une justice indépendante

17 février - Dix exigences pour la justice en 2017

17 février - Majorité pénale à seize ans. Non, être un enfant n'est pas une excuse mineure !

17 février - Prochains conseils nationaux : dimanche 9 avril, 21 mai et 25 juin 2017

17 février - Réunion publique le 24 mars 2017 à Poitiers - MIGRANTS : SOLIDARITE ! Hospitalité pour les migrants

16 février - Ordonnance n° 2017-192 du 16 février 2017 relative à l'adaptation des dispositions législatives relatives aux ordres des professions de santé | Legifrance

16 février - Rapport au Président de la République relatif à l'ordonnance n° 2017-192 du 16 février 2017 relative à l'adaptation des dispositions législatives relatives aux ordres des professions de santé | Legifrance

15 février - Article de Libération du 15 février 2017 : Les chiffres affolants des soins psy sans consentement

14 février - Appel à la Grève Nationale du 7 mars 2017 pour la Défense du Service Public de Santé, du Secteur Médico-Social et contre les Politiques d'Austérité

14 février - Prescription pénale : les bonnes intentions ne font pas une bonne législation

10 février - Libertés fondamentales : il faut consulter !

9 février - Avis relatif au travail et à la formation professionnelle dans les établissements pénitentiaires

7 février - Projet de loi sécurité publique : refusez ce débat expédié !

1er février - Communiqué intersyndical : MANIFESTE pour la santé, la sécurité au travail et la justice sociale : passons à l'offensive !