2013-03-27 (jpj/tgi/jld) Le juge des libertés et de la détention de Strasbourg donne mainlevée d’une mesure de SDT d’urgence : les certificats médicaux ne justifiaient pas d’une telle mesure, n’étant ni détaillés ni circonstanciés

• Pour citer le présent article : http://goo.gl/iwze5 ou http://psychiatrie.crpa.asso.fr/346

Document du mercredi 27 mars 2013
Article mis à jour le 10 février 2015

Sur un même motif de droit, sur notre site : 2013-05-24 (jpj/tgi/jld) Le juge des libertés et de la détention de Versailles donne mainlevée d’une mesure de SDRE — Les arrêtés successifs municipal et préfectoral n’étaient pas motivés.

Plus anciennement, dans le cadre de ce que fut la dualité de compétence entre juridiction administrative et juridiction judiciaire, et des contentieux a posteriori des années 90 et 2000 (sur Legifrance) : http://www.legifrance.gouv.fr/affic…


PDF - 626 ko
2013-03-27 Ordonnance de mainlevée du JLD de Strasbourg d’une mesure de SDT d’urgence

Ci-joint une ordonnance de mainlevée d’une mesure de soins sur demande d’un tiers d’urgence au CHS de Brumath (Bas-Rhin, 67) prise par le juge des libertés et de la détention de Strasbourg, le 27 mars 2013.

La mainlevée se fait au motif que ni le certificat médical d’admission, ni celui de 24 heures ne sont suffisamment circonstanciés, en violation de l’article L 3212-1 du code de la santé publique,, qui stipule que les certificats médicaux fondant une mesure de soins sur demande d’un tiers, doivent être circonstanciés. Cette exigence est d’autant plus impérative dans le cas d’urgence, puisque, dés lors, un seul certificat médical est nécessaire pour instaurer la mesure d’hospitalisation sans consentement.

Citation de cette ordonnance, page 2. — : « … Attendu en l’espèce, que le certificat médical établi le 16 mars 2013, par le Dr Loichot - SOS Médecins est en grande partie illisible et particulièrement laconique ; que les circonstances tenant en deux mots ne peuvent être déchiffrées ; que les symptômes dont il semble être : mutisme total avec décompensation post-traumatique et troubles du comportement, ne sont en rien détaillés et ne permettent pas de savoir en quoi des soins seraient nécessaires ; que le certificat médical de 24 heures ne fait état que de mutisme et de troubles du comportement sans les détailler ainsi que d’une atteinte des facultés mentales dont il n’est pas indiqué en quoi elle consiste ; qu’il apparaît ainsi que la mesure n’est pas initialement justifiée et qu’il convient donc d’en ordonner la mainlevée (…) Par ces motifs (…) Ordonnons la mainlevée de l’hospitalisation complète de Mme … »

Ainsi l’examen du caractère suffisamment détaillé et circonstancié des certificats médicaux d’une mesure de SDT normale, de SDT d’urgence, ou de SPI (péril imminent), est-il nécessaire pour s’assurer de la validité de la procédure suivie. Le terme « circonstancié » est suffisamment large, et implique qu’il soit également explicité, dans ces certificats médicaux, des éléments factuels qui ne relèvent pas seulement de la clinique psychiatrique et de la description d’un syndrome.

Cette ordonnance a été obtenue par Me Charles-Edouard Pelletier avocat de permanence, et transmise par Me Laurent Jung, du Barreau de Strasbourg. Me Laurent Jung est l’avocat correspondant du CRPA pour le Bas-Rhin.



Publications

Derniers articles publiés

Agenda

<<

2019

 

<<

Mai

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
293012345
6789101112
13141516171819
20212223242526
272829303112
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Sur le Web

23 mai - Lettres des magistrats turcs

23 mai - Pas d'hôpital sans médecin

22 mai - Mobilisation syndicale devant les juges contre le plafonnement des indemnités pour licenciement injustifié

22 mai - Réforme de l'ordonnance de 45 : la plateforme commune des professionnels de la justice des enfants et des adolescents

22 mai - Réforme de la justice des mineurs : les professionnels de la justice des enfants et des adolescents formulent des propositions communes

17 mai - Première victoire relative au fichier biométrique des mineurs non accompagnés !

16 mai - COMMUNIQUE DE PRESSE UNITAIRE Proposition de loi pour l’aide sociale à l’enfance : Un pas en avant… deux pas en arrière… et au final c’est le droit des jeunes qui recule !

16 mai - Réaction ! Le Conseil d’Etat accepte de renvoyer au Conseil Constitutionnel la question de la conformité à la Constitution du fichage des mineur.es isolé.es étranger.es

15 mai - Proposition de loi Bourguignon pour l'aide sociale à l'enfance : un pas en avant...deux pas en arrière...

15 mai - Réforme de la procédure d’appel : les avocats méritent mieux qu’un râteau !

14 mai - L'USP et les élections professionnelles

13 mai - Communiqué commun contre le projet de loi de destruction de la fonction publique

13 mai - 1er mai : Régressions générales, mobilisation générale !

13 mai - Observations auprès de l'IGJ sur le bilan de la procédure d'appel

13 mai - Observations sur les conditions de lutte contre la délinquance économique et financière

13 mai - Nos observations sur le traitement de la criminalité organisée par les JIRS

13 mai - Commission d'avancement : nos revendications, nos actions et notre profession de foi

13 mai - Contributions sur la réforme de la Cour de cassation

13 mai - Communiqué commun : demande d'abrogation du décret autorisant l'échange d'informations entre le fichier Hopsyweb et le fichier des signalements pour la prévention et la radicalisation à caractère terroriste (FSPRT)

10 mai - Se soigner, être fiché, être fliqué

9 mai - Rapport d’activité 2018

6 mai - Prochain CN : le 23 juin 2019

6 mai - Appel à la grève le 9 mai 2019

2 mai - Quand manifester n’est plus un droit mais un risque

2 mai - Pour le 1er mai le SAF célèbre les travailleuses et les travailleurs à sa façon : Plafonnement des indemnités en cas de licenciement injustifié, on ne lâche rien !