2013-03-22 (jpj/ca/sdt) La Cour d’appel de Dijon confirme une ordonnance de mainlevée d’une SDT prise par le JLD de Dijon, au motif du défaut de motivation de la décision d’admission en soins sur demande d’un tiers du directeur du CHS La-Chartreuse de Dijon

• Pour citer le présent article : http://goo.gl/ATTSA ou http://psychiatrie.crpa.asso.fr/335

Document du vendredi 22 mars 2013
Article mis à jour le 10 février 2015

De façon connexe, sur notre site, cf. : 2013-04-29 (jpj/tgi/jld) JLD Strasbourg • Mainlevée d’une SPI : la décision d’admission du directeur de l’hôpital n’était pas motivée.

Et : 2012-01-19 (jpj/jld/cm) JLD Dijon • Mainlevée d’une SDT au motif d’illégalités externes et internes.


PDF - 183.1 ko
2013-04-08 Lettre de Me Franck Petit à propos d’une ordonnance confirmative de la Cour d’appel de Dijon du 22 mars 2013

Ci-joint, avec une lettre d’analyse de Me Franck Petit, avocat au Barreau de Dijon, une belle ordonnance de la Cour d’appel de Dijon, du 22 mars 2013, qui confirme, sur un appel suspensif du Parquet, une ordonnance du juge des libertés et de la détention de Dijon prise le 20 mars 2013, de mainlevée d’une mesure de soins sur demande d’un tiers au CHS La Chartreuse, à l’occasion d’un contrôle obligatoire de cette mesure.

Nous retenons ces attendus de cette ordonnance du délégué du premier président de la Cour d’appel de Dijon : "… Attendu que, à si à la différence de ce qui est expressément requis par l’article L. 3213-1 du code de la santé publique pour les arrêtés d’admission en soins psychiatriques pris par le représentant de l’État, la loi ne soumet pas la décision du directeur de l’établissement à une obligation de motivation spécifique énonçant avec précision les circonstances qui ont rendu l’admission en soins nécessaires, il n’en demeure pas moins, qu’elle doit répondre à l’exigence générale de motivation inhérente à tous les actes administratifs, laquelle doit permettre d’avoir connaissance des raisons médicales qui la motivent.

PDF - 123.5 ko
2013-03-22 Arrêt de la Cour d’appel de Dijon confirmant une décision de mainlevée d’une SDT prise par le JLD de Dijon

(…) Attendu que cette absence, alors que le directeur n’a pas repris, au moins de manière synthétique, les éléments médicaux retenus par les médecins, et constituant le support de sa décision, a privé Mme X de la connaissance des motifs médicaux qui fondaient la décision d’hospitalisation complète prise à son égard.

Attendu qu’il n’est pas établi que son état de santé ne la mettait pas en mesure de recevoir ces avis médicaux ; que dés lors, quel que soit le bien fondé de la décision il doit être considéré que cette irrégularité porte atteinte aux droits fondamentaux de la personne à laquelle est imposée pour des raisons médicales une restriction à sa liberté ; que c’est dés lors à bon droit que le premier juge a ordonné la mainlevée de l’hospitalisation complète de Mme …"

PDF - 251 ko
2013-03-20 Ordonnance de mainlevée d’une SDT par le JLD de Dijon

Un effet différé est donné à cette décision, pour permettre à l’établissement de mettre sur pieds, le cas échéant, un programme de soins.

Nous prônons que de tels moyens de droit soient soulevés aussi systématiquement que possible dans les contrôles des hospitalisations sur demande d’un tiers, ou dans le cas de péril imminent devant les juges des libertés et de la détention, comme devant les premiers présidents des Cours d’appel.



Publications

Derniers articles publiés

Agenda

<<

2019

>>

<<

Septembre

>>

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
2627282930311
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
30123456
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Sur le Web

28 mai - Fugue d’un patient et responsabilité infirmière

28 mai - Hopsyweb, circulez, il n’y a rien à voir!

26 mai - Deux ordonnances, trois circulaires et un désastre

26 mai - Communiqué USP, CGT, SUD et Printemps de la psychiatrie : Non à la T2A en psychiatrie

25 mai - Rappel de la loi d'Adeline Hazan, Contrôleur Général des Lieux de Privation de Liberté : Les libertés fondamentales et les droits fondamentaux des personnes hospitalisées ne doivent en aucun cas être sacrifié sur l'autel de l'hygiénisme

15 mai - Mission d'information sur le Défenseur des droits : nos observations

14 mai - 1e annonce : 35e congrès du SMG, sur le thème "La psychiatrie d'après" du 11 au 13 septembre 2020 à Paris

13 mai - Communiqué FO CHS Le Vinatier : « Phase 3 de la crise covid »… pour aller plus loin dans la destruction de l'hôpital ?

12 mai - 500 personnalités et professionnels de l'enfance demandent l'abandon du code de justice pénale des mineurs

12 mai - Mariotti : démission !

11 mai - Loi prorogeant l'état d'urgence sanitaire : notre « porte-étroite » devant le Conseil constitutionnel

5 mai - Poursuivre l’effort de déflation carcérale pour mettre fin à la surpopulation en prison

2 mai - Observations sur le pré-projet de loi prorogeant l'état d'urgence sanitaire

1er mai - Le jour d'après : appel du 1er mai

30 avril - Publication de rapports de visite

30 avril - Numerus clausus, oui c'est possible, et c'est le moment

30 avril - L'USP soutient l'appel du Printemps de la Psychiatrie dans son Opération « Déconnexion », Halte au codage du soin !

30 avril - Justice et déconfinement : les réponses à notre questionnaire

30 avril - Quand on veut, on peut ! Une autre justice des enfants

30 avril - Le 1er mai et ensuite ? Ensemble pour défendre la santé, l'hôpital public, les établissements du médicosocial et du social

28 avril - La justice doit redevenir notre bien commun

21 avril - Note sur l'organisation judiciaire à partir du 11 mai

20 avril - Saisine du ministre de l’intérieur sur la situation sanitaire dans les centres de rétention administrative

20 avril - Nos communications et écrits liés au Covid-19

19 avril - Prescriptions de la chancellerie : c'est grave docteur !